Publié dans Politique

TIM et consorts - Appel à la rébellion en pleine crise sanitaire

Publié le mercredi, 21 avril 2021

Comme il fallait s’y attendre, le parti « Tiako i Madagasikara » et consorts choisissent encore le mauvais moment pour jouer les opportunistes. Alors que le pays plonge encore dans la crise sanitaire liée à l’épidémie de la Covid-19 et plusieurs compatriotes luttent encore contre la mort, Marc Ravalomanana et sa troupe n’ont pas trouvé mieux que de poursuivre leur quête insatiable du pouvoir.

 

Dans une récente déclaration diffusée sur les ondes du « Miara – manonja », ces opposants ont sans la moindre gêne appelé la population à contredire les consignes et mesures sanitaires établies par l’Etat. Sur cette lancée, les Hanitra Razafimanantsoa et consorts vont jusqu’à réclamer l’ouverture des écoles, des églises ainsi que tous les lieux de rassemblement tout en incitant leurs partisans à sortir dans la rue, faire du bruit afin de s’opposer au confinement total prévu le week – end prochain à travers une manifestation demain. Ils estiment que les centres de traitement mis en place par le régime n’ont aucune utilité alors que les familles de patients peinent à trouver des places pour leurs malades qui désirent s’y faire soigner. Bref, un appel direct et ouvert à la rébellion alors que la population est confrontée à la 2ème vague de l’épidémie. Une période d’autant plus compliquée par la présence du variant sud – africain.

Provocation 

Une fois de plus, l’Opposition verse encore dans la provocation. Faut – il rappeler les dernières épisodes de manifestations orchestrées par le camp « Miara – manonja » sous couvert d’excursion puis de compte-rendu parlementaire.  Cette fois – ci, il est clair que la stratégie qui se cache derrière cette démarche est de pousser le régime à commettre une maladresse. Comme d’habitude, les opposants surfent sur la vague en utilisant un sujet à polémique pour créer le chaos. La dernière controverse en date est celle relative à la fermeture des églises et des écoles. Ils instrumentalisent ainsi la frustration des propriétaires d’écoles et de certains fervents chrétiens pratiquants en faisant semblant de défendre leurs arguments. Au final, leur unique intention est pourtant de trouver une brèche pour attaquer le régime. L’on est même tenté de penser que l’Opposition souhaite fortement ou même aurait beaucoup à gagner dans la propagation des contaminations à la Covid-19 pour mieux acculer les tenants du pouvoir.

En tout cas, ces membres de l’Opposition savent pertinemment que le contexte d’Etat d’urgence sanitaire n’est pas le moment propice à ce genre de manifestation. Ils ne doivent donc pas s’étonner s’ils font l’objet de sanctions.

La Rédaction 

Fil infos

  • Armée Malagasy - Haro sur les conspirations
  • Preuves accablantes contre Paul R. et consorts - « Madagascar Oil » confirme le projet de coup d’Etat
  • Christian Ntsay sur la tentative d’assassinat du Président - « Ce n’est pas du cinéma, il est question de vie ! »
  • Emprisonné en Roumanie - Radu Mazère conteste son extradition de Madagascar
  • Frontières malagasy - Réouverture incertaine 
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - L’Etat-major des armées françaises lâche les deux officiers arrêtés
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - Les pièces à conviction saisies : Des armes de guerre et des milliards d'ariary
  • Projet d’attentat contre le Président de la République - Condamnation tous azimuts
  • Restitution des îles Eparses - Pas un mot des “collabos” !
  • Tentative d’élimination physique du Président Andry Rajoelina - Des ressortissants malagasy et étrangers arrêtés
Pub droite 1

Editorial

  • CUA, la résurrection !
    Antananarivo, la ville d’Andrianjaka, la Ville des Mille renaît-elle de ses cendres ! Guy Willy Razanamasy resurgit-il de sa tombe ! Ou plutôt, le maire Naina Andriantsitohaina jouit-il de la réincarnation du Lahimatoan’Iarivo ! Autant de questions qui taraudent l’esprit en constatant de visu la prouesse du premier magistrat de la ville et son équipe autour de l’assainissement de la Capitale.Les trottoirs de Soarano-Behoririka se dégarnissent. Ces étalagistes, les petits marchands informels qui occupaient indûment les trottoirs déménagent, à contrecœur évidemment. A coup de sifflets, de cris et des huées, ils ont occupé la rue mais les éléments de la Police municipale épaulés par ceux de la Police nationale maîtrisent la situation. En fait, ils déclinent carrément l’offre de la Commune à savoir les recaser au « Tsenaben’ny Behoririka », un nouveau et joli bâtiment « Manara-penitra », de surcroît, dédié pour. Ces étalagistes délogés jugent trop exigus le 1,5…

A bout portant

AutoDiff