Publié dans Politique

Taolagnaro - Un colloque régional pour résoudre les problèmes du Grand Sud

Publié le vendredi, 11 juin 2021

Comme annoncé, le colloque régional pour l' « Emergence du Sud de Madagascar » a démarré hier à Taolagnaro, dans la Région Anôsy sous la houlette du Président de la République, Andry Rajoelina. Prévue s'étendre sur deux jours, cette concertation régionale se penchera sur les différents projets de développement qui devront être mis en œuvre dans cette partie de la Grande île.

Les participants sont composés des représentants des habitants, des élus locaux dans les Régions Anôsy et Androy, les membres du Gouvernement  ainsi que le Premier ministre, Christian Ntsay. La famine et la malnutrition, le phénomène d'insécurité dû aux dahalo, le manque voire l'absence d'accès à l'eau potable sont autant de problèmes qui affectent le Grand Sud. Les deux journées de réunion depuis hier devront ainsi accoucher de solutions concrètes pour endiguer ces problèmes.

Dès l'ouverture officielle du colloque, le Président a été clair par rapport à ses attentes à l'issue de cette concertation. « Nous avons besoin de définir des solutions concrètes, il n'y a pas de place pour les discours improvisés. », a - t - il déclaré à l'attention des participants. Ce rendez - vous sera l'occasion de faire l'inventaire des infrastructures qui existent et qui doivent encore être mises en place dans le Sud (comme les barrages, les forages d'eau, etc.) afin d'en finir avec la famine.

Le Président veut du concret

« Nous allons faire des cartographies et déterminer de manière précise les budgets dont nous aurions besoin pour l'exécution des différents projets tout en discutant des atouts et des difficultés dans la région.», a déclaré le Chef de l'Etat malagasy. Lesdits projets concernent plusieurs domaines comme la nutrition, la sécurité, l'éducation, etc. A titre de solutions, le Président évoque notamment la possibilité d'approvisionnement en eau potable pour 100 000 personnes par jour, la promotion des activités d'agriculture et d'élevage, entre autres. Parmi les interventions qui ont marqué cette première journée figurent, par exemple, celle du député Jean Michel Henri, élu à Ambovombe qui a notamment retracé l'histoire de l'insécurité dans le Sud et ce depuis l'époque coloniale. Pour sa part, le ministre de l'Eau, l'Assainissement et l'Hygiène, Voahary Rakotovelomanantsoa a exposé les perspectives relatives aux actions à entreprendre : la construction ou la reconversion de points d'eau, le renforcement du pipeline Ampotaka - Tsihombe, la mise en place de forages à gros débit pour les activités d'agriculture et d'élevage, etc.

De nombreuses résolutions concrètes et réalisables sont attendues au terme de cette concertation régionale dans la capitale de la Région Anôsy.

La Rédaction

Fil infos

  • Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo - « Paul Rafanoharana n’a jamais été conseiller du Président de la HAT »
  • Menaces intérieures et extérieures - Les Forces armées derrière le Président
  • Ralaialitiana Andrianarisoa, témoin d’histoire - « La mise en cause des intérêts économiques de sociétés étrangères entraîne à chaque fois la déstabilisation du régime »
  • Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - « Un tel projet va à l’encontre des valeurs malagasy »
  • Cardinal Tsarahazana Désiré à Iavoloha - « Les catholiques s’opposent à la violence et l’attentat à la vie »
  • Kidnapping à Anjozorobe - Un suspect échappe de la protection des Forces et meurt lynché
  • Présidents en exercice à Madagascar - Au moins quatre attentats manqués depuis 1975
  • Conjoncture - Une inflation à surveiller de très près !
  • Tentative d'élimination physique du Président - 11 gendarmes dont 4 GSIS et deux généraux auditionnés
  • Mobilisation pour le Sud - Vers la capitalisation des ressources en eau

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Trop de princes !
    Que la triste et choquante tentative d’élimination physique de la personne du Chef de l’Etat ne nous voile pas les réalités toujours compliquées et encore difficiles vécues par les concitoyens. Qu’il nous soit permis de dresser sans état d’âme, ni complaisance ou détours le tableau qui met en relief la vie nationale vue surtout sous l’angle du train de vie des « Mpitondra Fanjakana ». Et qu’il nous soit admis également de rappeler, en toute humilité et en toute franchise, les consignes decelui à qui le peuple a confié son pouvoir et son avenir.La population vit dans une ambiance des plus tordues. Les effets délétères de la pandémie corsent tous les secteurs des activités économiques dont le tourisme qui littéralement s’agenouille. Les opérateurs attirent sérieusement l’attention des décideurs que leurs chiffres d’affaires ont baissé d’au moins 56 %. Le nombre des sans-emplois gonflent. Le coût de la vie, de son…

A bout portant

AutoDiff