Publié dans Politique

Taolagnaro - Un colloque régional pour résoudre les problèmes du Grand Sud

Publié le vendredi, 11 juin 2021

Comme annoncé, le colloque régional pour l' « Emergence du Sud de Madagascar » a démarré hier à Taolagnaro, dans la Région Anôsy sous la houlette du Président de la République, Andry Rajoelina. Prévue s'étendre sur deux jours, cette concertation régionale se penchera sur les différents projets de développement qui devront être mis en œuvre dans cette partie de la Grande île.

Les participants sont composés des représentants des habitants, des élus locaux dans les Régions Anôsy et Androy, les membres du Gouvernement  ainsi que le Premier ministre, Christian Ntsay. La famine et la malnutrition, le phénomène d'insécurité dû aux dahalo, le manque voire l'absence d'accès à l'eau potable sont autant de problèmes qui affectent le Grand Sud. Les deux journées de réunion depuis hier devront ainsi accoucher de solutions concrètes pour endiguer ces problèmes.

Dès l'ouverture officielle du colloque, le Président a été clair par rapport à ses attentes à l'issue de cette concertation. « Nous avons besoin de définir des solutions concrètes, il n'y a pas de place pour les discours improvisés. », a - t - il déclaré à l'attention des participants. Ce rendez - vous sera l'occasion de faire l'inventaire des infrastructures qui existent et qui doivent encore être mises en place dans le Sud (comme les barrages, les forages d'eau, etc.) afin d'en finir avec la famine.

Le Président veut du concret

« Nous allons faire des cartographies et déterminer de manière précise les budgets dont nous aurions besoin pour l'exécution des différents projets tout en discutant des atouts et des difficultés dans la région.», a déclaré le Chef de l'Etat malagasy. Lesdits projets concernent plusieurs domaines comme la nutrition, la sécurité, l'éducation, etc. A titre de solutions, le Président évoque notamment la possibilité d'approvisionnement en eau potable pour 100 000 personnes par jour, la promotion des activités d'agriculture et d'élevage, entre autres. Parmi les interventions qui ont marqué cette première journée figurent, par exemple, celle du député Jean Michel Henri, élu à Ambovombe qui a notamment retracé l'histoire de l'insécurité dans le Sud et ce depuis l'époque coloniale. Pour sa part, le ministre de l'Eau, l'Assainissement et l'Hygiène, Voahary Rakotovelomanantsoa a exposé les perspectives relatives aux actions à entreprendre : la construction ou la reconversion de points d'eau, le renforcement du pipeline Ampotaka - Tsihombe, la mise en place de forages à gros débit pour les activités d'agriculture et d'élevage, etc.

De nombreuses résolutions concrètes et réalisables sont attendues au terme de cette concertation régionale dans la capitale de la Région Anôsy.

La Rédaction

Fil infos

  • La Vérité de la semaine
  • Saisie de 22,5 kg d’or aux Seychelles - Soupçons de laxisme au sein des organes de contrôle malagasy
  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cas désespéré !
    Quand quelqu’un détruit un des biens personnels à la maison, il est à plaindre. Mais quand il s’amuse à démolir sa propre maison en sapant irrémédiablement les fondations, il est malade voire un cas désespéré !Les désastres par le feu continuent. Des incendies ravageurs se déclarent un peu partout sur le territoire national presque au même moment. Des feux involontaires ou actes criminels ? Les résultats des enquêtes nous fixeront sur les détails. Dans tous les cas de figure, l’incendie détruit à jamais ! Des crimes de sang à la destruction totale des patrimoines nationaux en passant l’anéantissement d’une partie non négligeable des zones protégées pour en finir aux habitations humaines et d’animaux d’élevage défraient les chroniques. Des villages entiers disparaissent avec ce que cela suppose de dégâts humains, matériels et d’ordre moral. Des familles perdent en un seul moment tout ce qu’elles ont durement épargné des années. Tout récemment,…

A bout portant

AutoDiff