Publié dans Politique

Epidémie de  Covid-19 _ Reconduction de l’état d’urgence sanitaire - Assouplissement des mesures sanitaires - Défilé militaire dans les 6 Chefs-lieux de province

Publié le dimanche, 13 juin 2021

 « L’état d’urgence sanitaire est reconduit pour les quinze prochains jours à Madagascar sur toute l’étendue du territoire malagasy », a indiqué le Chef de l’Etat au cours de son émission spéciale diffusée sur les chaînes publiques hier dans la soirée. Il est, en effet, important de ne pas relâcher les efforts et de rester vigilant, a fortiori car Madagascar rentre dans la saison hivernale, évoque le Chef de l’Etat.

Toutefois, le pays est sur la voie de gagner la bataille contre la Covid-19. Raison pour laquelle, l’Etat malagasy a pris la décision d’assouplir les mesures sanitaires dans le pays. Limités à 100 personnes depuis les dernières semaines, les rassemblements de moins de 200 personnes sont désormais autorisés, mais conditionnés par la capacité des lieux. Le couvre-feu est maintenu entre 23 heures et 4 heures. Le Chef de l’Etat précise que le transport de dépouilles mortelles en dehors d’Antananarivo est autorisé. Pour les décès causés par la Covid-19, l’interdiction de transport d’une Région à une autre, ainsi que l’obligation d’inhumation dans les 24h suivant leur mort, restent en vigueur. Autre annonce, accueillie avec joie par les

professionnels du métier, les lieux de réception sont autorisés à rouvrir dans le respect des mesures sanitaires. Le Président de la République annonce aussi le maintien de la fermeture des frontières de la Grande-île, mais une exception est accordée aux Malagasy qui souhaitent rentrer pour enterrer un membre de sa famille proche.

Fête nationale dictée par la crise sanitaire

Ce sera dans ces conditions que se déroulera la célébration du 61è anniversaire du retour de l’Indépendance du pays. Madagascar célébrera sa fête nationale dans 13 jours, exactement, le 26 juin prochain. Une célébration qui, pour la seconde année consécutive, se déroulera dans un contexte particulier. Et comme l’an passé, aucune célébration à l’échelle nationale ne sera prévue. La crise sanitaire liée à la Covid-19 dictera cette année encore le déroulement des festivités. Selon le Président de la République Andry Rajoelina, hier lors de son émission spéciale, un défilé sera organisé uniquement au niveau des 6 Chefs-lieux de province de Madagascar, à savoir Antananarivo, Antsiranana, Mahajanga, Toamasina, Fianarantsoa et Toliara. Pour la Capitale en particulier, aucune information n’a été délivrée sur le lieu ou sur le déroulement de la célébration. Le stade Barea est normalement prêt pour accueillir le traditionnel défilé militaire et le public. Cette parade s’était déroulée sur l’Avenue de l’Indépendance d’Analakely l’an dernier. Crise sanitaire oblige, la parade s’est tenue à huis clos et le public avait été invité à suivre le défilé à la télé. Notons que le Chef de l’Etat Andry Rajoelina a également lancé hier une invitation à chaque malagasy de hisser le drapeau national.

La rédaction

Fil infos

  • Crimes à Kelilalina - Trois enfants tués à coups de hache
  • Massacre à Ankazobe - 6 personnes placées sous MD
  • Tarif optima business - Les grands consommateurs grincent les dents
  • Trafic de drogue - Un dealer cache ses héroïnes sur son bébé
  • Incendie criminel à Ankazobe - Les arrestations se suivent
  • Union européenne - Giovanni Di Girolamo élevé au rang de Commandeur de l’Ordre national
  • Une attaque sur fond de vengeance !
  • Incendie criminel à Ankazobe - Quatre membres de la bande éliminés
  • Fonds routier - Rencontre entre le Président et les entrepreneurs impayés 
  • Déchéance du Président de la République - La HCC renvoie l’Opposition à ses études
Pub droite 1

Editorial

  • Bilan mitigé !
    L’heure du bilan sonne. Le mandat de cinq ans des membres du Conseil pour le fampihavanana malagasy (CFM) tire à sa fin. Présidé dans un premier temps par le feu Général Charles Rabotoarison, Maka Alphonse prend le relais. La mission essentielle consiste à mettre en œuvre le « processus de réconciliation nationale » de telle manière que les blessures laissées par les crises, notamment à partir de 2002, soient guéries et par la suite instaurer un climat d’apaisement pour asseoir enfin l’unité nationale. Une noble mission à laquelle tout dirigeant politique sérieux et tout concitoyen responsable doivent assumer.

A bout portant

AutoDiff