Publié dans Politique

Tentative d’élimination physique du Président Rajoelina - Les pièces à conviction saisies : Des armes de guerre et des milliards d'ariary

Publié le jeudi, 22 juillet 2021

Au lendemain de la sortie médiatique de la procureure générale près de la Cour d’appel d’Antananarivo (PGCA), Razafiarivony Berthine, les informations arrivent au compte-gouttes sur ce projet d’attentat contre le Président Andry Rajoelina et des personnalités malagasy.

 

Hier, c’est au tour du ministère de la Sécurité publique, Randrianarison Rodellys, de livrer des informations plus détaillées. De cette affaire, six individus sont arrêtés entre autres les deux suspects annoncés hier à savoir le Français Philippe Marc François et le Franco–malagasy Paul Rafanoharana, ainsi que trois Malagasy et une autre qui possède également la double nationalité. Le numéro un de la Sécurité publique a précisé que des armes, des documents et des liquidités saisis sur les incriminés constituent les pièces à conviction.

Des bribes d’informations, livrées par certaines sources proches du dossier, permettent de comprendre le déroulement du projet. Le conditionnel est ici de rigueur. 15 commandos mercenaires auraient été recrutés par les commanditaires pour mener l’opération. Parmi eux, figureraient des éléments ayant opéré et participé à de récents attentats sur le continent africain. C’est un groupe de commandos expérimenté dans le déploiement d’actions militaires à but de déstabilisation politique en Afrique menée par des officiers supérieurs.

L’opération menée par ce groupe de commandos devait s’appuyer sur des éléments sur place à Madagascar dont des officiers supérieurs malagasy auditionnés dans le cadre de cette affaire. Un projet qui bénéficierait d’un financement de 5 millions d’euros. Lors des perquisitions, menées par les Forces de l’ordre malagasy, une partie de la somme équivalente à 250 000 euros en espèces dans 4 valises cabines, soit plus d’un milliard d’ariary, aurait été trouvée dans le domicile d’un des suspects. Auraient également été saisis des armes de guerres et des munitions ainsi que des documents compromettants selon ladite source.

Le ministre Randrianarison Rodellys a révélé que ça fait des mois que les limiers malagasy ont eu vent de ce projet les obligeant à collecter les renseignements utiles avant de procéder à l’arrestation de ces six individus. Il n’a pas pourtant précisé si l’épouse de Paul Rafanoharana et celle de Philippe Marc François font partie des six individus gardés à vue comme l’affirme certaine presse étrangère.

Depuis leur arrestation, ces présumés comploteurs se trouvent dans un local de la Police nationale à Anosy pour subir leur audition avant le déferrement au Parquet. Selon des sources étrangères, Paul Rafanoharana a été arrêté à son domicile dans la soirée de mardi tandis que Philippe Marc François, également gérant de la société

« Tsara First » appartenant au premier, a été surpris à l’aéroport international d’Ivato en partance pour la France.

La rédaction

Fil infos

  • Meurtre d’un opérateur économique français - Le principal suspect extradé de Madagascar
  • AG des Nations unies - Renforcement des capacités pharmaceutiques de l’Afrique souhaité
  • 332 millions $ d’aide non remboursable du FMI - La plaidoirie de Rajoelina fait mouche
  • Membres du Gouvernement - La descente sur le terrain continue
  • Lu sur le Net - Madagascar, pays sans Covid et sans dictature vaccinale
  • Andry Rajoelina sur les îles Eparses - Appel à une veille « bienveillante et cohérente » des Nations unies
  • Acte de banditisme à Tsiazotafo - La propriétaire d’un magasin délestée d’1 million Ar
  • Assemblée générale des Nations unies - Le President Rajoelina rencontre le SG Antònio Guterres
  • Midongy- Atsimo - Quarante-cinq morts dans un affrontement
  • Assemblée générale des Nations Unies - Une première pour le Président élu Andry Rajoelina

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Projets délirants ?
    Fous ! Chimériques ! Utopiques ! Tels sont les termes signifiant comment les sceptiques voient les projets présidentiels. Des projets pharaoniques, impossibles disent les uns. Fruits de la rêverie d’un jeune visionnaire ironisent les autres. En effet, étant vu les capacités matérielles limitées de la Grande île, compte tenu des ravages de la pandémie et considérant les besoins nécessaires pour la relance économique, les concrétisations de grands projets dans un contexte pareil relèvent de la délire, un pari inaccessible ! Contre toute appréhension et en dépit des doutes, lesdits projets prennent forme l’un après l’autre. Du moins en phase d’être pour certains cas.Projet « Tanamasoandro » à Antananarivo et environs. Quand le roi Andrianjaka (1610-1630) investit la colline d’Analamanga en 1610 et fonda la « Cité des Mille » (guerriers) en chassant les Vazimba, la plaine d’en-bas (Plaine d’Antananarivo) n’était qu’un espace désert. Il a fallu le transformer en zone…

A bout portant

AutoDiff