Publié dans Politique

Cardinal Tsarahazana Désiré à Iavoloha - « Les catholiques s’opposent à la violence et l’attentat à la vie »

Publié le jeudi, 29 juillet 2021

Lourd de sens ! La rencontre entre le Président Andry Rajoelina et les représentants de la Conférence des évêques de Madagascar (CEM), sous l’égide du cardinal Désiré Tsarahazana hier au Palais d’Etat d’Iavoloha, a été hautement symbolique étant donné le contexte actuel lié à l’affaire de tentative d’élimination physique du Chef de l’Etat.

Une affaire dans laquelle le nom du numéro un de l’EKAR et non moins archevêque d’Antananarivo, Odon Razanakolona a été cité. A ce sujet, le message du cardinal a été clair : « L’église catholique ne fait pas de la politique. Notre rôle se limite à conseiller, à encourager les efforts réalisés et faire des critiques constructives pour améliorer les inconvénients. Les évêques et les prêtres n’ont pas pour objectif de briguer une quelconque fonction politique. Nous n’avons pas de candidat », a martelé le cardinal de Madagascar, Désiré Tsarahazana. Il écarte ainsi toutes rumeurs qui prêtent un candidat soutenu par l’EKAR à la Primature. Il ne manque pas de souligner que « l’église s’oppose fermement à toutes formes d’attentat à la vie et de violence pour s’accaparer le pouvoir ».

Pour la première fois depuis l’éclatement de l’affaire de tentative d’assassinat contre le Président Andry Rajoelina, l’homme fort du pays s’est aussi exprimé à l’issue de cette rencontre. D’emblée, le Chef de l’Etat a remercié tous ceux qui lui ont adressé des encouragements durant cette période difficile qui a mis sa vie en danger. « Merci pour vos témoignages de soutien et vos prières qui m’ont accompagné » a-t-il déclaré avant de poursuivre que « la violence ne fait pas partie des valeurs malagasy et n’est pas une solution aux problèmes du pays ».

Messager du Vatican

Outre son statut de numéro un de la conférence épiscopale, le cardinal Tsarahazana Désiré est également venu en tant qu’envoyé du Vatican pour apporter un message d’encouragement du Pape François depuis le Saint Siège face à l’épisode « effroyable » – la tentative d’assassinat déjoué du Président de la République en l’occurrence – dans le pays.

Le cardinal a également fait part de l’assemblée extraordinaire tenue par les évêques pour partager des informations émanant de chaque diocèse. Cette rencontre avec le locataire d’Iavoloha fut donc l’occasion pour ces leaders de l’église catholique romaine de faire part des nombreuses préoccupations de la population en ce moment. L’église catholique appelle ainsi le régime à mobiliser plus d’efforts afin de résoudre les problèmes sociaux qui prévalent actuellement comme l’inflation, la détérioration de certaines infrastructures routières, l’insécurité, les litiges fonciers entre autres. Des efforts nécessaires que le Président de la République a reconnus et qu’il a promis de prendre en considération.

La Rédaction

Fil infos

  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu
  • Norbert Lala Ratsirahonana - “ Non à l’impunité ! ”
  • Gouverneur de Betsiboka - La lutte contre le grand banditisme érigée en priorité

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • L’inévitable rappel !
    La Présidence fonce dans le tas. Conscient du degré alarmant du laxisme dans certains secteurs de l’administration, le sommet de l’Etat se décide, enfin, à prendre la situation en main. Un ministre fait même l’objet d’un rappel à l’ordre de la Présidence. Il fallait à tout prix prendre le taureau par les cornes.

A bout portant

AutoDiff