Publié dans Politique

21ème sommet du COMESA - Le Président Rajoelina vante les mérites du numérique

Publié le mardi, 23 novembre 2021


Les pays du COMESA ou Marché commun de l’Afrique orientale et australe se mettent à l’ère numérique. « Edifions notre résilience par une intégration économique numérique stratégique », tel est le thème du 21ème sommet des Chefs d’Etat et de Gouvernement qui s’est tenu hier au Caire, Capitale de l’Egypte. Présent sur le territoire égyptien depuis dimanche, le Président Andry Rajoelina a donné le coup d’envoi de ce sommet, en tant que président sortant de cette organisation régionale.
Durant sa prise de parole, le Président a rappelé les séquelles laissées par la Covid-19 sur l’économie des pays de la région. Ce sommet étant la première rencontre physique entre les Chefs d’Etat et de Gouvernement du COMESA après l’avènement de la Covid-19, le Président Andry Rajoelina a  déploré les impacts socio – économiques de la crise sanitaire qui a engendré, entre autres, des pertes d’emplois, une hausse des coûts de transport, une inflation du prix des marchandises surtout les produits de première nécessité.  Le numéro un du pays a souligné les avantages de la technologie qui est désormais incontournable pour se relever de cette crise sanitaire. « Grâce à la technologie, le monde n’était pas à l’arrêt. Les entreprises ont pu poursuivre leurs activités et même les gouvernants et hauts responsables des pays du monde ont pu continuer à fonctionner et à décider notamment des stratégies communes contre la pandémie », a – t – il indiqué.
A l’heure du bilan
Le numéro un malagasy a aussi dressé un bilan des étapes franchies par l’organisation ces dernières années tout en avançant des perspectives. Concernant les réalisations, le Président malagasy a fait part de la mise en œuvre des plate – formes de la Zone de libre – échange numérique (ZLEN). Une initiative visant à donner un coup de pouce aux petites et moyennes entreprises (PME) afin de passer au – delà des règlementations, des processus et les obstacles complexes. L’idée est aussi de faciliter les transactions commerciales transfrontalières à l’aide des plateformes numériques, d’autant plus que la ZLEN facilite la circulation des marchandises. Il a ainsi encouragé la perspective de construction d’une économie numérique régionale.
Au terme de 5 années à la présidence du COMESA, Madagascar laisse la place à l’Egypte. Ainsi, la passation de fanion entre le Président Andry Rajoelina et son homologue égyptien Abdel Fattah Al – Sissi a été réalisée. Ce dernier a salué les efforts de Madagascar durant le mandat à la tête de cette organisation régionale. Le Chef de l’Etat malagasy a vivement remercié tous les pays membres du COMESA pour leur soutien durant cette période de présidence de Madagascar. « Nous devons rester unis face aux défis communs et à nos aspirations partagées », conclut le Président de la République avant de souhaiter plein succès au Chef de l’Etat égyptien qui assure désormais la présidence du COMESA pour un mandat de 5 ans.
Sandra R.

Fil infos

  • Transport aérien - Madagascar Airlines renforce sa flotte avec un Embraer neuf 
  • Douane - Les trafics de matières nucléaires à la loupe
  • Ministre Tinoka Roberto - De l’huile sur le feu de la déception
  • Christine Razanamahasoa - Coup de couteau dans le dos de Rajoelina
  • Développement - « Madagascar peut dépasser ses voisins africains » selon la Banque mondiale
  • Forfait de Madagascar aux jeux de la CJSOI - Que les responsables soient sanctionnés !
  • Hajo Andrianainarivelo - «  L'une des mesures phares pour Madagascar, c'est d'établir une bonne gouvernance ! »
  • Drogue dure - La méthamphétamine s'achète à 150 000 ariary le gramme
  • Coupures incessantes de l’électricité - Les usagers de la JIRAMA se rebellent !
  • Grève du personnel du Sénat - L'adoption du projet de loi des Finances reportée
Pub droite 1

Editorial

  • Quid du sort de l’environnement !
    Le pays se dégrade. Un constat amer pour tout citoyen jaloux de l’avenir de la Nation. A en croire l’article dûment élaboré par notre confrère tout récemment « Destruction de l’environnement » (vendredi 2 décembre), la machine environnementale de la Grande île tourne à la vitesse marche arrière. Un article qui se doit vivement d’interpeller tous les acteurs de développement du pays dont entre autres les autorités publiques, les élus, la Société civile, les mouvements associatifs, les lanceurs d’information, les simples citoyens, la communauté de base, etc.

A bout portant

AutoDiff