Publié dans Politique

Problèmes d’électricité - Le Chef de l’Etat dépoussière la centrale d’Andekaleka 

Publié le dimanche, 09 janvier 2022

Une visite déterminante et hautement symbolique ! Le Président Andry Rajoelina fera le déplacement à la centrale hydroélectrique d’Andekaleka ce jour pour constater de visu l’état des lieux. Une manière pour le Chef de l’Etat de montrer sa vive préoccupation par rapport aux difficultés vécues par la population en matière d’électricité. Des problèmes dont la résolution ne peut pas attendre car des moyens de subsistance d’une grande majorité des citoyens dans la Capitale en dépendent. A travers l’installation de nouveaux équipements, le numéro un de l’Exécutif pourra également dépoussiérer cette centrale qui constitue un pilier de l’économie malagasy par la production d’énergie au profit des ménages et des grandes industries.

Inaugurée par le Président Didier Ratsiraka en 1982, la centrale hydroélectrique d’Andekaleka est la plus grande infrastructure d’approvisionnement en électricité à Madagascar. En effet, elle produit le tiers de l’électricité qui alimente le réseau interconnecté d’Antananarivo, soit près de 90 mégawatts. 40 ans après son inauguration, Andry Rajoelina sera donc le 2ème Président de la République à visiter cette centrale hydroélectrique. 

Des mesures d’urgence

A cause du changement climatique et la croissance démographique, la production d’Andekaleka n’arrive plus à répondre aux besoins de la population. L’incendie survenu le 02 janvier dernier, ayant endommagé l’un des transformateurs de la centrale d’une puissance de 30 mégawatts, n’a pas arrangé les choses et a eu un impact sur la production d’électricité.  La production a baissé de 10 mégawatts le jour et de 30 mégawatts pendant les heures de pointe. Les foyers d’Antananarivo se sont ainsi confrontés à encore plus de coupures. L’issue de l’enquête, qui s’appuie sur une hypothèse criminelle, débutée depuis quelques jours permettra de faire la lumière sur cet incident et d’identifier les principaux coupables. Si au départ, deux groupes assuraient la production d’électricité au sein de la centrale, un groupe supplémentaire y a été installé en 2012. Après l’incendie, seuls deux groupes sont fonctionnels. Dans l’urgence, l’Etat a donc décidé de rendre fonctionnel un 3ème groupe pour améliorer la production d’électricité.

« Nous devons voir plus loin dans l’intérêt de la population », a déclaré le Président Andry Rajoelina face à la presse à Iavoloha en abordant la question liée aux problèmes d’électricité. Ainsi, sur le long terme, l’Etat ne se limitera pas à ce coup de pouce à la centrale d’Andekaleka, et proposera d’autres alternatives à l’instar de la prochaine mise en place de la centrale hydraulique de Sahofika. Cette centrale ambitionne de devenir la plus grande centrale de la Grande île en augmentant la production d’électricité jusqu’à 300 mégawatts. Au final, cela permettra de réduire de façon importante le coût de l’électricité. A cela s’ajoute la centrale hybride solaire qui est déjà opérationnelle à Tanambao- Toamasina.

Sandra R.

Fil infos

  • Impôt - Le GEM suggère d’assouplir les incitations fiscales
  • Montée des eaux à Antananarivo - Le BNGRC pris de court ?
  • Président Rajoelina aux côtés des sinistrés - « Nous devons rester unis dans les moments difficiles »
  • Sinistrés des intempéries à Antananarivo - Le Président Rajoelina appelle à la solidarité de tous 
  • Drame maritime de Soanierana-Ivongo - L'armateur demeure introuvable !
  • Inondations des plaines d’Antananarivo - 53,2 milliards d’ariary investis en 2017-2020
  • Montée des eaux à Antananarivo - Les remblayages illicites pointés du doigt
  • Décès du Général de corps d’armée Herilanto Raveloharison - La République perd un grand serviteur
  • Réseau de trafiquants démantelé aux Comores - Un projet d’exportation illicite de deux tonnes d’or déjoué
  • Conjoncture - Le FMI insiste sur le volet social et les infrastructures 

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Austérité oblige !
    Pour une fois dans les annales de l’histoire de la République, le Gouvernement serre les vannes. Les dépenses publiques font l’objet des mesures restrictives de deux à trois tours de vis. Les dépenses jugées non indispensables ou non prioritaires ont été purement et simplement supprimées de la comptabilité publique. Des décisions courageuses qu’il fallait mettre sur le compte du numéro Un du pays. Austérité oblige !Les festins et bombances du Nouvel an annulés ! Le maitre des céans supprime depuis janvier 2019 les cocktails à gogo et réceptions copieuses du Palais (d’Ambohitsorohitra ou d’Iavoloha) auxquels des milliers d’invités avaient été conviés. Ce fut une grande première durant les soixante ans de la République. Et pour cause, le besoin de limiter drastiquement les dépenses publiques. La traditionnelle présentation des vœux se voit réduite en simple cérémonie d’échange de bonnes manières de souhaits entre le couple présidentiel, le « Raiamandreny », et…

A bout portant

AutoDiff