Publié dans Politique

Délestage à Tanà, Antsirabe et Moramanga - L’Etat se donne 6 à 8 mois pour résoudre le problème

Publié le lundi, 10 janvier 2022


Course contre la montre ! Les problèmes de coupure d’électricité qui font jaser la plupart des ménages ne laissent pas les dirigeants indifférents. Hier, le Président Andry Rajoelina a fait le déplacement à la centrale hydroélectrique d’Andekaleka pour constater de visu les dommages laissés par l’incendie du transformateur survenu le 2 janvier dernier. Malgré la difficulté d’accès au site qui abrite la centrale, le Chef de l’Etat a fait le parcours en train pendant près de trois heures. Une fois sur les lieux, le Chef de l’Etat a pu s’entretenir avec les techniciens. Ainsi, suite à l’incident du 2 janvier dernier, le premier groupe qui alimente la centrale n’est plus fonctionnel. Tous les câbles  de puissance ont été ravagés par le feu et cela a invalidé le 2ème et le 3ème groupe. D’ici un mois, le 2ème sera de nouveau opérationnel tout comme le 3ème groupe, un mois et demi après.
Pour ce faire, la JIRAMA travaillera 24 heures sur 24 selon les consignes du Président. Dans 6 à 8 mois, un 4ème (nouveau) groupe qui va renforcer ceux déjà fonctionnels avec un nouveau transformateur à l’appui. Au final, la centrale pourra fournir 128 MW ; le besoin total pour Antananarivo étant de 200 MW. C’est donc le même délai nécessaire pour remettre la centrale d’Andekaleka sur pied et diminuer le délestage progressivement dans les régions touchées. L’Etat s’accorde donc un délai de 6 à 8 mois pour résoudre, du moins en partie, le problème de délestage auquel sont confrontés le réseau interconnecté d’Antananarivo, mais également Antsirabe et Moramanga qui dépendent tous d’Andekaleka. Le Chef de l’Etat demande ainsi un peu de patience de la part des usagers.
Beaucoup de transparence et aucun répit
« Nous allons travailler jour et nuit, déployer tous les efforts nécessaires pour dénouer la situation mais on ne peut pas faire de miracle », a déclaré le Président Andry Rajoelina. Le principal objectif est de rendre Andekaleka fonctionnel en tant que source de fierté nationale. Pour le moment, il s’agit de la seule centrale de production d’électricité nationale avec le plus faible coût soit 5 ariary le kilowattheure. Un coût qui se multiplie par 100 pour les autres sociétés à qui l’Etat loue des groupes.
« C’est l’unique fierté de Madagascar. Si l’on arrive à construire une autre centrale nous pourrons diminuer considérablement, jusqu’à 100 fois moins, le coût de l’électricité pour la population. C’est pour cette raison que nous faisons tous les efforts afin de mettre en place la centrale de Sahofika qui sera achevée d’ici 5 ans », explique le numéro un de l’Exécutif. Sur cette lancée, il a invité les responsables à faire preuve de transparence vis-à-vis de la population c’est-à-dire ne pas se murer dans le silence malgré la série de coupures de l’électricité et expliquer avec précision les délais de tous les travaux de réhabilitation en cours.  En tout cas, les réparations actuelles devront alléger les coupures jusqu’à les réduire largement dans les prochains mois. La population n’attend que ça !
Sandra R.

Fil infos

  • Sinistrés des intempéries à Antananarivo - Le Président Rajoelina appelle à la solidarité de tous 
  • Drame maritime de Soanierana-Ivongo - L'armateur demeure introuvable !
  • Inondations des plaines d’Antananarivo - 53,2 milliards d’ariary investis en 2017-2020
  • Montée des eaux à Antananarivo - Les remblayages illicites pointés du doigt
  • Décès du Général de corps d’armée Herilanto Raveloharison - La République perd un grand serviteur
  • Réseau de trafiquants démantelé aux Comores - Un projet d’exportation illicite de deux tonnes d’or déjoué
  • Conjoncture - Le FMI insiste sur le volet social et les infrastructures 
  • Association Tsiky Mahajanga - Les 10 ans de bénévolat et de dévouement de Gilles Tavernier reconnus
  • Déforestation - L’ «Ala atsinanana » en détresse !
  • Jeunes agressés dans un karaoké - Des éléments des Forces de l’ordre pointés du doigt
Pub droite 1

Editorial

  • Au ras des pâquerettes !
    La déviance mène partout, conduit nulle part sauf sur le droit chemin ! Une certaine partie de la classe politique du pays notamment celle qui revendique l'honneur d'appartenir à l'Opposition s'enlise dans la démence intellectuelle. On dévie à cœur joie les débats. On crée de faux problèmes et on monte au créneau pour des polémiques stériles. Les vrais débats s'effacent et on s'éloigne des vraies solutions !

A bout portant

AutoDiff