Publié dans Politique

Assassinat d’une jeune fille à Moramanga - L’ex-petit ami à Tsiafahy

Publié le mercredi, 22 juin 2022

Après une assez longue période de suspense liée aux procédures de l’enquête, l’affaire se rapportant sur l’assassinat de Sannie Raharimiantsa (21 ans), cette habitante de Moramanga que l’on croyait avoir été kidnappée au début, a été finalement déférée au Parquet d’Anosy, hier. A l’issue de l’audition par le juge d’instruction des suspects dans l’affaire, le Parquet a prononcé sa décision : le jeune homme de 24 ans, qui est présenté comme l’ex-petit ami de la victime et le principal suspect, a été placé sous mandat de dépôt à Tsiafahy pour homicide. Quant à la jeune femme qui serait sa compagne actuelle, elle l’est à la maison centrale d’Antanimora pour complicité.

Mais bien avant que l’affaire ne se soit dénouée ainsi, on peut dire que les tensions étaient vives dans la localité d’Ambohitsimpo à Anjiro Moramanga où les faits s’étaient déroulés, du moins selon un membre de la famille de la victime. En cause, les habitants étaient très remontés contre le jeune homme mis en cause. Leur colère était telle qu’ils ont incendié la maison appartenant au présumé assassin de Sannie. “Même les Forces de sécurité étaient impuissantes devant le mécontentement grandissant au sein des habitants qu’il a fallu pour le paternel de Sannie raisonner, mais également solliciter les Forces afin de sécuriser le domicile dudit présumé assassin. Ce fut chose faite. Mais une fois que ces Forces militaires s’étaient momentanément retirées, les membres du Fokonolona se sont rués vers la maison en question pour y mettre le feu”, rapporte notre interlocuteur.

L’affaire remonte la semaine dernière dans ce quartier susmentionné d’Anjiro, sur la RN2. L’autre week-end dernier, la jeune Sannie a d’abord quitté le foyer parental sous prétexte de rendre visite à une personne de sa connaissance. Or, elle n’a plus donné aucun signe de vie, depuis. La brigade de Gendarmerie d’Anjiro avec la Brigade criminelle (BC4) à Anosy ont démarré une enquête. Ce n’était seulement après deux jours qu’on l’a finalement retrouvée, mais malheureusement sans vie. Son cadavre a été repéré dans la cour de la propriété de son ex-petit ami. Un bien triste constat car la victime a été dénudée et des bleus, sans doute des traces de coups, sont observés sur son visage. D’ailleurs, c’était son ex-petit ami qui a indiqué aux enquêteurs l’endroit où le corps de Sannie a été enterré. Dire que le concerné avait beau fabriquer ridiculement un alibi, ou du moins raconter des bobards à propos de cette histoire montée de toutes pièces de kidnapping pour tenter de tromper la Police et la Gendarmerie. Alors qu’en réalité, et juste à un moment où il a feint de demander une rançon de 20 millions ariary aux proches de la victime contre la liberté de celle-ci, le meurtre avait été déjà consommé. Affaire à suivre.

Franck R.

 

Fil infos

  • Accident de minibus à Marovoalavo - Dix personnes décédées
  • Président Andry Rajoelina - « Madagascar n’est pas un pays en crise »
  • Crimes à Kelilalina - Trois enfants tués à coups de hache
  • Massacre à Ankazobe - 6 personnes placées sous MD
  • Tarif optima business - Les grands consommateurs grincent les dents
  • Trafic de drogue - Un dealer cache ses héroïnes sur son bébé
  • Incendie criminel à Ankazobe - Les arrestations se suivent
  • Union européenne - Giovanni Di Girolamo élevé au rang de Commandeur de l’Ordre national
  • Une attaque sur fond de vengeance !
  • Incendie criminel à Ankazobe - Quatre membres de la bande éliminés

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • 10 août, une aubaine… 
    Le pays rendra hommage aux victimes de la tuerie de Mandrimena (Andoharanofotsy) demain. En effet, le 10 août 1991, des dizaines voire des centaines, certains avancent même des milliers de concitoyens, ont été abattus de sang-froid par des éléments de la Garde présidentielle, à l’époque de l’Amiral Didier Ratsiraka, sur le terrain vague de Mandrimena, entre Andoharanofotsy et Iavoloha.Les dirigeants de la lutte populaire issus du « Hery velona Rasalama » conduits par feus Zafy Albert et Andriamanjato Richard décidèrent sur la place du 13 Mai, ce 10 août 1991, d’aller avec des milliers de manifestants rejoindre le Palais d’Iavoloha pour entamer une concertation directe avec le maitre des lieux à savoir Didier Ratsiraka, Président de la République démocratique, et ce afin de dénouer la crise qui a trop duré dans le cadre d’un dialogue direct. Seulement, l’affaire a mal tourné. Les éléments d’élite de la GRP, survolant par hélico,…

A bout portant

AutoDiff