Publié dans Politique

Vol d’or au ministère des Mines - Les responsables successifs s’en lavent les mains

Publié le vendredi, 24 juin 2022

Digne d’un scénario hollywoodien, le vol de 36 kg d’or et de pierres précieuses au sein même des locaux du ministère des Mines laisse l’opinion publique sans voix. Depuis le constat de la disparition de cette importante quantité de métal et de pierres précieuses, plusieurs ex-directeurs ont été interpellés, inculpés et placés en détention provisoire. En tous les cas, les 36 kg d’or ont été remplacés par des métaux de toutes sortes pour couvrir le vol. Le nouveau locataire des lieux, nommé le 17 mars 2022, décide de faire un inventaire précis des moyens et des biens dont il a la charge. 

Il découvre le préjudice, en effectuant ce tour du propriétaire. Mais ce n’est que récemment que les premiers concernés se sont prononcés sur l’affaire. Toujours d’après les responsables au ministère, les procédures normales concernant les passations ont été scrupuleusement suivies à la lettre. Passation qui a été effectuée le 13 avril dernier entre le directeur général sortant du ministère des Mines et celui qui a repris ses fonctions depuis. Mais ce n’est au 1er juin que l’on a fait appel aux services d’un huissier pour constater les anomalies observées par les nouveaux responsables. Notamment, sur le fait que le coffre contenant les 36 kg d’or et de pierres précieuses aurait été perforé sans que pour autant les plombs de scellage aient été touchés. Scellage, en effet, car les marchandises de valeur qui ont été volées sur les lieux ont étaient celles saisies il y a un peu moins de cinq ans. Tout ce temps, et avec les responsables qui se sont succédé, les procédures de passation auraient donc été respectées sans entrer dans les détails. Des faits qui sont loin d’apaiser la rumeur concernant l'éventuelle complicité d'un membre du Gouvernement dans la contrebande des 73 kg d'or vers l'Afrique du Sud. Pour le moment, selon le ministre des Mines, ce sont les services de la Primature qui se sont chargés de porter l’affaire en justice afin d’élucider la raison du vol et de retrouver les milliards perdus par l’Etat.

La Rédaction

 

Fil infos

  • Accident de minibus à Marovoalavo - Dix personnes décédées
  • Président Andry Rajoelina - « Madagascar n’est pas un pays en crise »
  • Crimes à Kelilalina - Trois enfants tués à coups de hache
  • Massacre à Ankazobe - 6 personnes placées sous MD
  • Tarif optima business - Les grands consommateurs grincent les dents
  • Trafic de drogue - Un dealer cache ses héroïnes sur son bébé
  • Incendie criminel à Ankazobe - Les arrestations se suivent
  • Union européenne - Giovanni Di Girolamo élevé au rang de Commandeur de l’Ordre national
  • Une attaque sur fond de vengeance !
  • Incendie criminel à Ankazobe - Quatre membres de la bande éliminés

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • 10 août, une aubaine… 
    Le pays rendra hommage aux victimes de la tuerie de Mandrimena (Andoharanofotsy) demain. En effet, le 10 août 1991, des dizaines voire des centaines, certains avancent même des milliers de concitoyens, ont été abattus de sang-froid par des éléments de la Garde présidentielle, à l’époque de l’Amiral Didier Ratsiraka, sur le terrain vague de Mandrimena, entre Andoharanofotsy et Iavoloha.Les dirigeants de la lutte populaire issus du « Hery velona Rasalama » conduits par feus Zafy Albert et Andriamanjato Richard décidèrent sur la place du 13 Mai, ce 10 août 1991, d’aller avec des milliers de manifestants rejoindre le Palais d’Iavoloha pour entamer une concertation directe avec le maitre des lieux à savoir Didier Ratsiraka, Président de la République démocratique, et ce afin de dénouer la crise qui a trop duré dans le cadre d’un dialogue direct. Seulement, l’affaire a mal tourné. Les éléments d’élite de la GRP, survolant par hélico,…

A bout portant

AutoDiff