Publié dans Politique

Agression meurtrière - Le tueur cache le corps sous des cosses de riz

Publié le vendredi, 01 juillet 2022


 Vers le début de cette semaine, c’est-à-dire le lendemain même de la fête nationale, le corps sans vie d’un inconnu a été retrouvé sous des tonnes de cosse de riz dans la Commune de Manazary Fiankarantsoa, District de Miarinarivo. La victime est un chef de famille de 42 ans prénommé Modeste. Au constat, le malheureux a été tout simplement assassiné. Des plaies, occasionnées par un objet contendant ou acéré, ont été observées dans plusieurs endroits de son corps.
Depuis, la Gendarmerie a démarré une enquête. Cette dernière a porté ses fruits car jeudi dernier, le présumé meurtrier a été appréhendé. Une source auprès de cette Force à Miarinarivo a indiqué que le suspect se serait rendu de son propre gré auprès de la Gendarmerie. Mais l’état mental du concerné suffirait à expliquer la violence et l’agression meurtrière qui l’ont animé. “Le suspect souffre d’une instabilité psychique, pour ne pas dire d’une démence”, selon notre source auprès de la Gendarmerie. Mais que s’était-il donc passé pour qu’il fut poussé à commettre ainsi l’irréparable ? Selon toujours l’information, la victime qui se trouvait dans un état d’ébriété au moment des faits, a fait une altercation verbale avec le suspect. Ce dernier aurait donc vu rouge que, loin de se contenter de ces vifs échanges verbaux, il n’a pas hésité à attaquer son interlocuteur avec cet objet tranchant, en visant particulièrement son visage. Une fois son sale coup commis, le suspect s’était débrouillé pour transporter et cacher le corps de la victime sous ces cosses de riz.
Sitôt que le présumé assassin se trouvait entre les mains de la Gendarmerie, cette dernière a saisi le Parquet, qui a finalement décidé de placer le concerné sous mandat de dépôt à la prison de Miarinarivo. D’ailleurs, les proches de la victime ont porté plainte pour homicide.
F.R

Fil infos

  • Accident de minibus à Marovoalavo - Dix personnes décédées
  • Président Andry Rajoelina - « Madagascar n’est pas un pays en crise »
  • Crimes à Kelilalina - Trois enfants tués à coups de hache
  • Massacre à Ankazobe - 6 personnes placées sous MD
  • Tarif optima business - Les grands consommateurs grincent les dents
  • Trafic de drogue - Un dealer cache ses héroïnes sur son bébé
  • Incendie criminel à Ankazobe - Les arrestations se suivent
  • Union européenne - Giovanni Di Girolamo élevé au rang de Commandeur de l’Ordre national
  • Une attaque sur fond de vengeance !
  • Incendie criminel à Ankazobe - Quatre membres de la bande éliminés

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • 10 août, une aubaine… 
    Le pays rendra hommage aux victimes de la tuerie de Mandrimena (Andoharanofotsy) demain. En effet, le 10 août 1991, des dizaines voire des centaines, certains avancent même des milliers de concitoyens, ont été abattus de sang-froid par des éléments de la Garde présidentielle, à l’époque de l’Amiral Didier Ratsiraka, sur le terrain vague de Mandrimena, entre Andoharanofotsy et Iavoloha.Les dirigeants de la lutte populaire issus du « Hery velona Rasalama » conduits par feus Zafy Albert et Andriamanjato Richard décidèrent sur la place du 13 Mai, ce 10 août 1991, d’aller avec des milliers de manifestants rejoindre le Palais d’Iavoloha pour entamer une concertation directe avec le maitre des lieux à savoir Didier Ratsiraka, Président de la République démocratique, et ce afin de dénouer la crise qui a trop duré dans le cadre d’un dialogue direct. Seulement, l’affaire a mal tourné. Les éléments d’élite de la GRP, survolant par hélico,…

A bout portant

AutoDiff