Publié dans Politique

Concertation nationale - Un prétexte pour le partage du pouvoir

Publié le mercredi, 10 août 2022

L’Opposition réclame la tenue d’une concertation nationale. L’objectif est soi–disant  pour préparer les élections. L’opinion n’est cependant pas dupe. Les concertations seraient utiles en cas de crise politique majeure comme en 1991 … ou en 2002. Mais même à cette dernière, les leaders politiques de l’époque n’ont pas daigné organiser une concertation. Le « 1er tour dia vita » prôné bien que contestable a suffi pour déclarer Ravalomanana vainqueur de l’élection présidentielle, après un bain de sang et une guerre fratricide entres les militaires.

Actuellement le but inavoué de ces demandeurs de la tenue de concertation est simple, c’est d’entrer dans l’arène du pouvoir. Personne ne peut affirmer qu’une fois sur place, ils n’envisagent une longue période transitoire. Les documents qui circulent sous les manteaux prévoient d’ailleurs comme résolutions de la concertation, l’instauration d’un Gouvernement de transition, le maintien de l’actuel Président mais avec des pouvoirs restreints, la mise en place d’un comité de salut public et la dissolution du Parlement.

Un piège 

Les opposants insistent à ce que dirigeants actuels adhèrent à l’idée et participent à la concertation. C’est pourtant un piège, gros comme un avion, pour eux….Tout le monde se souvient de l’insistance des candidats aux dernières élections présidentielles à une réunion avec la CENI de l’époque. Une demande acceptée par les membres de la commission. Mais au cours de la réunion, ces derniers ont été forcés par les candidats à déclarer le report des élections. C’était l’objectif principal de ces candidats. Mais la CENI a balayé d’un revers de main cette demande absurde et intéressée de candidats. La participation à cette concertation, de manière officielle ou officieuse, des dirigeants actuels, est perçue par l’Opposition comme une acceptation des résolutions qui seront prises….Cela va ouvrir un grand boulevard à la guerre froide.

Il est clair, en tout cas, que les dirigeants du régime Orange n’ont aucun besoin de réunir les acteurs politiques. L’actuel Président de la République a été élu démocratiquement. Le peuple lui a donné un mandat de cinq ans pour diriger le pays, présider la direction du pays et installer l’équipe pour ce faire. C’est le principe même de la démocratie. La situation en 2018, ayant conduit notamment à la nomination d’un Premier ministre issu du MAPAR, n’est pas la même que celle actuelle… La HCC avait reconnu au final que le droit de nommer le Premier ministre revenait au MAPAR. 

Fil infos

  • Cryptomonnaie africaine - Des souscripteurs de Madagascar victimes
  • Pollution - Antananarivo étouffe
  • Akamasoa - Inauguration de l’Institut d’Excellence culinaire Guillaume Gomez
  • Energie fossile - Les ressources locales remises en question
  • Drame familial - Il assassine froidement sa tante
  • Axe Toamasina-Foulpointe - Coup d’envoi d’une réhabilitation en béton !
  • Trafic d’or aux Comores - Un directeur des aéroports et un fils de procureur devant la barre
  • Kidnapping et agressions - Le cas des albinos malagasy préoccupe les Nations Unies
  • Usine « Pharmalagasy » - Une ambition locale et internationale confirmée
  • Ivato - Un camp au nom du Général Ismaël Mounibou 
Pub droite 1

Editorial

  • Un leadership mérité !
    La Grande île recevra le prochain Panel international Cacao fin en juin 2023 à Antananarivo. Pour ceux ou celles qui sont branchés dans ce secteur porteur, il s'agit d'une victoire gagnée à bras le corps par le ministère de l'Industrie, du Commerce et de la Consommation (MICC). Au cours de la 106 ème réunion du Conseil de l'Organisation du Cacao (ICCO) à Abidjan, le mois dernier, le 29 septembre, la délégation malagasy conduite par le ministre Razafindravahy Edgard s'était livrée à une bataille acharnée et un pari de taille pour remporter ce prochain rendez-vous à Antananarivo. De facto, Madagasikara s'est adjugé la première place mondiale dans la production de cacao. Un rang que la Grande île mérite.

A bout portant

AutoDiff