Publié dans Politique

Affaire Ketakandriana Rafitoson/GEL - Immixtion étrangère au parfum de litchi 

Publié le dimanche, 27 novembre 2022

Dans un communiqué conjoint émis jeudi dernier, certaines chancelleries étrangères ont déclaré s’opposer à « toute action (…) susceptible de miner la lutte pour la transparence, la redevabilité et la liberté d’expression ». Bien qu’à aucun moment, il n’y est fait mention explicitement ou non, point n’est besoin d’être devin pour savoir que ledit communiqué pointe du doigt la convocation, intervenue le même jour, de Ketakandriana Rafitoson, directrice exécutive de Transparency International-Initiative Madagascar (TI-IM) auprès de la police économique d’Anosy pour être entendue dans le cadre d’une plainte pour diffamation déposée à son encontre. 

Réaction pour le moins épidermique car, outre qu’on est sans conteste en face d’une immixtion dans une affaire qui relève de la Justice du pays hôte, on se demande si ces diplomates se sont penchés un tant soit peu sur les tenants de la question ou se sont-ils simplement fiés au titre charmeur de l’Organisation dirigée par la mise en cause. Pire, il apparaît que, à travers leur mise en garde à peine voilée, ces représentations diplomatiques sont en train de préjuger sur la probité des autorités judiciaires malagasy dans le traitement du dossier en question.

Pourquoi crier d’emblée au loup ?

Rappelons que, en l’espèce, il s’agit d’un litige entre deux entités malagasy non étatiques, à savoir le TI-IM précité d’une part, et un groupement d’opérateurs économiques privés, le GEL (Groupement des exportateurs de litchis) d’autre part. Ce, suite à un échange de tirs médiatiques auquel se sont livrées les deux parties les jours précédents et dans lequel, signalons-le, c’est TI-IM qui a dégainé le premier. Or, si l’on estime que TI-IM est parfaitement en droit de faire des signalements auprès des instances judiciaires compétentes pour des suspicions de corruption à l’encontre du GEL, on doit également admettre que c’est le droit le plus strict de ce dernier d’ester en justice s’il se sent diffamé par cette initiative du premier. Dans l’un et l’autre cas, il appartiendra aux juridictions saisies de trancher sur le bien-fondé ou non de ce qui leur est soumis. 

Le simple fait pour les autorités judiciaires de donner suite à une plainte déposée en bonne et due forme constitue-t-il une « action susceptible de miner la lutte pour la transparence, la redevabilité et la liberté d’expression », au point d’amener les représentations diplomatiques en question à se fendre dans un communiqué aux allures d’intimidation ? Dans tous les cas, on se demande pourquoi crier d’emblée au loup, alors que, en étant tout juste à une phase balbutiante de la procédure, les deux parties en présence ont encore toute latitude de faire valoir leurs arguments auprès des différentes instances judiciaires concernées. D’autant plus que, si comme elle l’affirme, Ketakandriana Rafitoson détient vraiment les preuves irréfutables de ses allégations, elle n’a absolument rien à craindre d’une plainte en diffamation à son encontre.

Pseudo-lanceurs d’alerte ou lanceurs d’infox

En réalité, cette sortie médiatique de ces chancelleries étrangères fait partie de manœuvres  -  dont certaines sont orchestrées par  Ketakandriana Rafitoson elle-même (voir encadré) -  destinées à faire pression sur la Justice malagasy, ou plutôt sur les magistrats en charge du dossier et ce, en vue d’influer sur la décision de ces derniers. Si ce n’est pas de la subordination, Dieu que ça y ressemble ! Une pratique perverse, tendant à dévier le cours normal de la Justice, que les Organisations de la Société civile, comme TI-IM, elles-mêmes sont pourtant censées combattre quel qu’en soit l’auteur.

Cette affaire TI-IM/GEL tombe à point nommé et constitue un excellent laboratoire pour une loi en gestation  -  dont, justement, Ketakandriana Rafitoson figure parmi les premiers initiateurs et fervents défenseurs  -  visant à accorder une protection légale aux lanceurs d’alerte et autres militants des Droits de l’homme. En effet, ladite loi doit impérativement prévoir le cas de ces activistes qui, dans un but inavoué (règlement de compte, intérêt personnel,…), se livrent sans la moindre retenue à des dénonciations et accusations à tout va, lesquelles se révèlent par la suite être dénuées de tout fondement. En l’absence de balises dans la future loi en question, ce serait accorder une protection, voire une immunité  à ces pseudo-lanceurs d’alerte ou lanceurs d’infox qui pullulent actuellement sur les réseaux sociaux et qui, lorsqu’ils sont traduits en Justice par leur victime, se réfugient derrière la liberté d’expression. Suivez mon regard…

 

La Rédaction

Fil infos

  • Christian Ntsay - "La priorité de l'Etat est la population"
  • Ville de Moramanga - Parfum d’abus de fonction et de corruption
  • Vanille - Les fossoyeurs de la filière démasqués !
  • Pacte national pour l’alimentation et l’agriculture - Le Président Rajoelina convainc et obtient 534 millions de dollars des partenaires
  • Conjoncture politique - L’Opposition concocte un plan machiavélique
  • Sommet sur l’alimentation en Afrique - Le Président Rajoelina défend la cause des agriculteurs
  • Exportation de crabes - Redevances quadruplées en une année
  • Maroc - Le Parlement décide de reconsidérer ses relations avec le Parlement européen
  • Embardée d’un taxi-brousse sur la RN5 - Un bébé décède sur le coup
  • Présidentielle - Le vote de la diaspora malagasy se dessine

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Du déjà entendu !
    Redite. Ibidem. Récidive. La communauté internationale revient à la charge avec quelques nuances près. Une subtile note qui sonne après tout en litanie ou refrain du déjà entendu et qui, passez-nous les termes, frise à certains égards l’arnaque !SEM Arnaud Guillois, l’ambassadeur de France, en résidence à Antananarivo, au cours d’une conférence de presse tenue ce lundi 23 janvier à la Résidence de France, devait s’étaler au moins sur deux sujets essentiels relatifs aux défis et enjeux de l’année en cours. En fait, sur les deux thèmes majeurs évoqués à savoir l’élection (présidentielle) et les îles Eparses, Arnaud Guillois annonçait la couleur concernant la position officielle affichée par le Quai d’Orsay.De l’élection, notamment présidentielle, qui se tiendra normalement au cours du dernier trimestre de l’année 2023, l’ambassadeur Arnaud Guillois a bien voulu émettre son avis qui devait, soulignons-le encore une fois, légitimement refléter la position officielle de la France dont…

A bout portant

AutoDiff