Publié dans Politique

Infanticide - Le phénomène prend une ampleur inquiétante

Publié le vendredi, 15 septembre 2023
Un enfant a été décapité et caché dans un sac Un enfant a été décapité et caché dans un sac

L'être humain de plus en plus cruel. Si les ancêtres considèrent un enfant comme une bénédiction, un trésor, actuellement, il est devenu une malédiction pour certains. Des Malagasy vont à l'encontre de leurs croyances. Tuer un enfant de sang-froid est devenu une pratique courante dans le pays. Depuis le début de cette année, au moins une dizaine de cas ont été relatés par les Forces de l'ordre et les médias. Des enfants décapités, brûlés, étouffés… Malgré leur innocence, ils souffrent de la méchanceté de leur propre famille, ou des personnes ayant de l’hostilité contre leurs parents. Certains de ces enfants ont pu être sauvés, mais la torture a laissé des traces. Etant donné que les actes sont perpétrés par leurs propres parents notamment le père ou des proches. Outre la vengeance, la dépression, les problèmes familiaux ou au niveau de la communauté, la toxicomanie en sont les causes principales. Ces personnes déversent leur colère sur les enfants. Et parfois, elles les assassinent même pour cacher les viols.
Seulement, ce mois de septembre, plusieurs cas ont été enregistrés par la Police et la Gendarmerie. Récemment, une mère de 30 ans et son fils de 3 ans et demi ont été sauvagement assassinés à leur domicile à Ambohimandroso, Région Vakinankaratra. Le père de l'enfant, le premier suspect, a été arrêté le jour même. Le cou de la femme portait des traces de coup de couteau, tandis que celui de l'enfant noué d’un tissu avec lequel on l’avait étranglé. Toujours, ce mois-ci à Ankofabe Maroantsetra, un père de famille a brûlé son fils de 5 mois. Ayant bu de l'alcool, il voulait cuire son enfant au barbecue  au lieu de lui donner le bain. Il a été déjà arrêté et placé en garde à vue. L'enfant a survécu même si ses fesses,  cuisses, jambes et chevilles ont été brûlées. Le 11 septembre dernier à Sabotsy Namehana, une femme a jeté son bébé dans les toilettes publiques. Une personne a informé la Gendarmerie pour avoir entendu les pleurs d'un enfant venant desdites toilettes. Ainsi, des éléments ont été dépêchés sur place, et le bébé, immédiatement transporté à l'hôpital, a survécu. La mère, trouvée chez elle a avoué qu'elle ne voulait pas de cet enfant. Enfin, une femme a été arrêtée pour avoir brûlé la main du fils de son concubin à Sambava. Agé de 13 ans, l'enfant présentait au niveau de son corps des brûlures. La Police a ouvert une enquête.
L'infanticide, le viol, l'agression des enfants ne sont pas un cas isolé dans le pays. Mais certains n'osent pas dénoncer. Certaines personnes mettent au monde des enfants pour ensuite… leur ôter la vie.
Anatra R.

Fil infos

  • Nouvel ordre économique mondial - Le Président Rajoelina appelle les pays à l’action
  • Incitation à la haine et diffamation - L'Administration douanière reste de marbre
  • Ambinaninony Brickaville - La propriété d’une lanceuse d’alerte incendiée
  • ONU Commerce et développement - Début du forum des dirigeants à Genève
  • Elections législatives - La débâcle de l’Opposition 
  • ACTU-BREVES
  • Parti TGV - A la recherche d'un nouveau souffle
  • Actu-brèves
  • Forum des dirigeants mondiaux à Genève - Madagascar placé en première ligne
  • 60ème anniversaire de la CNUCED - Le couple présidentiel attendu à Genève 

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • De l’austérité absolue !
    Pour la énième fois, nous revenons à la charge sur la nécessité absolue d’appliquer la gestion budgétaire basée sur une politique sévère d’austérité.Les députés ont voté sans amendement le projet de Loi de Finances rectificative 2024. Deux points majeurs font la une de cette loi des finances votée à savoir, les coupes budgétaires drastiques et les subventions revues à la hausse accordées à la JIRAMA. Au total 272, 32 milliards d’Ar ont été amputés des finances publiques de l’Etat. Des coupes qui permettront au Gouvernement de faire face à d’autres dépenses beaucoup plus urgentes. Ce sont des mesures encourageantes, des initiatives courageuses mais quelque part impopulaires. Certes, elles vont provoquer de sourdes grognes au niveau de certains ministères. Mais, en vertu de l’austérité absolue, il faut le faire. Nous dirions même qu’il fallait oser aller encore plus loin. N’oublions pas que le Président Rajoelina fraîchement élu en 2018, avait décidé…

A bout portant

AutoDiff