Publié dans Politique

Actu-brèves

Publié le mardi, 02 avril 2024


La Grande île sollicitée pour rejoindre l'ISCOS dans le cadre de la coopération maritime en Afrique. Dans le cadre d'une démarche visant à renforcer la coopération dans le secteur maritime en Afrique, l'ISCOS (Intergovernmental Standing Committee on Shipping) sollicite l'adhésion de Madagascar. Cette organisation intergouvernementale régionale a pour mission la promotion et la coordination des activités de transport maritime entre les pays membres. Répondant à cette sollicitation, une délégation de l'ISCOS a récemment été reçue par le ministre des Transports et de la Météorologie, Valéry Ramonjavelo. L’organisation exprime son intérêt à accueillir de nouveaux membres afin de favoriser des collaborations fructueuses. L'objectif principal de l'ISCOS est de promouvoir des collaborations bénéfiques entre les Etats membres, notamment à travers la mise en service de lignes de transport maritime et la mise en place de systèmes de formation adaptés. Ces projets rentables pourraient être développés plus efficacement avec l'adhésion d'États africains à l'organisation, selon ses représentants. La politique nationale du transport maritime de Madagascar guide les initiatives du pays dans le domaine maritime. Cette politique nationale pourrait constituer un atout majeur pour l'adhésion de Madagascar à l'ISCOS, comme l'ont souligné les autorités du ministère des Transports et de la Météorologie. En s'associant à l'ISCOS, Madagascar pourrait renforcer sa position dans le secteur maritime régional et contribuer activement au développement de la coopération maritime en Afrique.

Echange de bons procédés : Visite de la Haute Cour constitutionnelle de Madagascar au Bénin. Une délégation de la Haute Cour constitutionnelle (HCC) de Madagascar, dirigée par le doyen des hauts conseillers, M. Noël-Son William, entame une visite au Bénin à partir de ce mardi 02 avril 2024. Cette rencontre vise à renforcer la coopération entre les deux institutions et à échanger sur des questions juridiques et institutionnelles.  La visite de la HCC de Madagascar à la Cour constitutionnelle du Bénin souligne l'importance de la coopération entre ces deux instances judiciaires. Elle reflète la volonté des deux hautes juridictions de partager leurs expériences pour renforcer la démocratie et l'Etat de droit. Au cours de déplacement, la délégation malgache a été accueillie par le président de la Cour constitutionnelle béninoise, le professeur Cossi Dorothé Sossa, ainsi que par l'ensemble des conseillers. Les deux parties discuteront des pratiques et des expériences en matière constitutionnelle, ainsi que des défis rencontrés dans leurs pays respectifs. Il est à rappeler que le mandat actuel de la HCC de Madagascar a débuté le 08 avril 2021 pour un mandat de 7 ans non renouvelable. Présidée par Florent Rakotoarisoa, la Cour est composée de neuf membres, dont le doyen des hauts conseillers, Noël-Son William. Parmi les neuf hauts conseillers, cinq sont des femmes : Germaine Razanoarosoa, Christiane Rakotobe, Antonia Rakotoniaina, Lucette Razanadrainiarison et Rojoniaina Ranaivoson.

Promotion du charbon écologique à Madagascar : Sept producteurs appuyés par le ministère de l’Environnement. Dans le cadre de la promotion du charbon écologique, une alternative durable au charbon et au bois de chauffage largement utilisés dans les foyers malgaches, le MEDD a signé un partenariat avec sept organisations. Il s’agit de Sahaza Charbon, Karma, Mi'Arina, Cadri, Mi-arina, Wanya Mahery, Mada Eco Energie. Il faut savoir que la consommation annuelle en charbon de bois à Madagascar est estimée à 100 kg par habitant en milieu urbain. Cette initiative vise donc à encourager l'adoption du charbon écologique comme une solution durable pour les ménages malgaches, contribuant ainsi à la protection de l'environnement et à la promotion de modes de vie plus respectueux de la nature. L'association AIDES Développement apporte son soutien technique et financier à cette coopération. Selon le ministre de l'Environnement, Andonirina Max Fontaine, l'objectif est d'étendre cette collaboration à l'ensemble de Madagascar en impliquant tous les acteurs concernés.


Assemblée nationale, plus de réunion incitant à la haine dans l’enceinte du Palais. Le ton est donné, plus de gabegie à Tsimbazaza. C’est le vice-président pour la Province d’Antananarivo, Naivo Raholdina qui a affirmé cela hier. « Tous les manifestations, ou réunion ayant attrait incitant à des révoltes, à la haire, ou à toutes formes de déstabilisation de l’Etat seront vivement réprimandées dans l’enceinte du Palais ». Celui-ci a aussi rappelé que la dernière réunion de l’ancienne présidente de l’AN  était censée une présentation de vœux, mais qui a tourné à des déclarations d’incitation aux troubles. «Le cafeteria ne servira plus que pour servir le repas. Les députés ont le droit de donner leur avis et engager le débat politique, mais cela ne signifie pas dénigrer les dirigeants. Cela n’entre pas dans le cadre de l’immunité parlementaire ». Naivo Raholdina a aussi indiqué que si des individus persistent à proférer des discours de haine et de déstabilisation, la sécurité est là pour s’occuper d’eux. Dorénavant, les personnes qui n’ont pas de motif valable seront interdites dans l’enceinte de l’AN. Les membres du cabinet de l’ancienne présidente seront également considérés comme des simples citoyens et doivent suivre les règles de sécurité.

Fil infos

  • Mission du FMI à Madagascar - Deux appuis financiers importants sur la table des négociations
  • ACTU-BREVES
  • Actu-brèves
  • Enseignement supérieur - L'université de Fenoarivo -Atsinanana officiellement inaugurée 
  • Administration - Le Président veut des collaborateurs loyaux et efficaces
  • Actu-brèves
  • JIRAMA - Le manager de redressement bientôt dans le ring
  • Lutte contre la corruption à Madagascar - Le CSI pointe du doigt les blocages institutionnels
  • Conseil des ministres décentralisé - Focus sur Toamasina
  • Législatives - 470 prétendants à l’assaut des 163 sièges au Parlement

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Recadrage présidentiel
    Au terme d’un Conseil des ministres, délocalisé à Toamasina, la capitale de la Région d’Atsinanana, le Chef de l’Etat Rajoelina Andry et la délégation qu’il conduit, des membres du Gouvernement, se sont enquis de l’état actuel de la situation de l’avancement des travaux s’inscrivant dans le cadre des projets présidentiels dans le Grand Port et aussi de la Région d’Analanjirofo.A Toamasina, le Président Rajoelina et sa suite dont entre autres le Premier ministre, Ntsay Christian, la ministre de la Justice Landy Mbolatiana Randriamanantsoa, le ministre des Travaux publics, le colonel Ndriamihaja Livah Andrianatrehina, le Secrétaire d’Etat en charge des Nouvelles villes Gérard Andriamanohisoa et bien d’autres, ont constaté de visu l’état de la réalisation des travaux. Le chantier MIAMI, un projet présidentiel phare dans le Grand Port de l’Est, continue son bonhomme de chemin. En dépit des retards dus aux crises sanitaires de 2020- 2022 et surtout à cause de…

A bout portant

AutoDiff