Publié dans Politique

Détournement de 618 millions d’ariary - Le ministre de la Santé de l'époque impliqué ?

Publié le mercredi, 24 avril 2019

Comme annoncé dans notre édition d'hier, suite au détournement de plus de 618 millions d'ariary de financement du Programme élargi de vaccination (PEV, relevant du ministère de la Santé) et dont les présumés auteurs ont été placés sous contrôle judiciaire la semaine dernière par le Pôle anti-corruption (PAC), nous reproduisons ci-après notre article du 09 Septembre 2016 ayant révélé cette affaire pour la première fois.  

D'après notre source (alors haut responsable au sein du ministère de la Santé qui, pour avoir refusé  de mouiller dans les combines maffieuses, a été par la suite limogé), les malversations portaient sur des livraisons de matériels fictives et/ou non conformes, mais qui ont été tout de même payées avec la complicité des personnes actuellement inquiétées par le PAC. La même source avait même avancé que les magouilles en question auraient été perpétrées sous l'impulsion du ministre de la Santé de l'époque, dont le frère aurait figuré parmi les adjudicataires des marchés du PEV en question.

Fil infos

  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu
  • Norbert Lala Ratsirahonana - “ Non à l’impunité ! ”
  • Gouverneur de Betsiboka - La lutte contre le grand banditisme érigée en priorité
Pub droite 1

Editorial

  • L’inévitable rappel !
    La Présidence fonce dans le tas. Conscient du degré alarmant du laxisme dans certains secteurs de l’administration, le sommet de l’Etat se décide, enfin, à prendre la situation en main. Un ministre fait même l’objet d’un rappel à l’ordre de la Présidence. Il fallait à tout prix prendre le taureau par les cornes.

A bout portant

AutoDiff