Publié dans Politique

Corruption passive et extorsion - Un inspecteur de police écope de deux ans de prison ferme

Publié le jeudi, 18 juillet 2019

Un policier a été condamné à deux ans d’emprisonnement ferme pour corruption passive, par le Tribunal de première instance de Mahajanga.  L'affaire au centre de laquelle s’était retrouvé cet inspecteur de police, aurait également impliqué  trois brigadiers, lesquels ont  été relaxés au bénéfice du doute. Au mois de juin dernier, les quatre policiers, issus du poste de police d’Ambohimandambina – Mahajanga, avaient été  accusés d’avoir  fait subir des exactions et procédé à une détention arbitraire. Les policiers en question auraient exigé la somme de deux millions d’ariary, en contrepartie de la libération de détenus, selon les informations. Des victimes qui se sont tournées vers le démembrement local du Bureau indépendant anti-corruption pour porter plainte.


Les enquêtes et constatations menées par les limiers de l’entité en charge de la lutte contre la corruption auraient confirmé les dires des plaignants. Les policiers ont ainsi été déférés au parquet du TPI de Mahajanga pour corruption passive et extorsion, étant donné que cette ex-province ne dispose toujours pas de Pôle anti-corruption. Cette affaire risque de nuire l’image de la Police nationale, dans un contexte national où le leitmotiv est la tolérance zéro. Et ce, d’autant plus que, tous les acteurs et les secteurs s’efforcent de montrer davantage d’engagement et de volontarisme pour lutter contre la corruption.
Pour un certain nombre d’analystes, cette affaire révèle au grand jour « un énième dysfonctionnent de la Justice puisque les plaignants et les investigations ont toujours fait état de quatre policiers ». Des faits qui ont d’ailleurs été confirmés par le Parquet de Mahajanga en poursuivant les quatre policiers avant que trois d’entre eux ne bénéficient de relaxe au bénéfice du doute. « Apparemment le doute profite encore aux corrompus », précise notre source. Notons que la mise en place du Pôle Anti-corruption de Mahajanga serait déjà en cours selon les acteurs du système Anti Corruption à Madagascar.
La Rédaction

Fil infos

  • Education, violences sur les mineurs, Kere, … - Le Président Rajoelina répond aux questions d’une trentaine d’enfants
  • Problèmes d’approvisionnement en eau de Fianarantsoa - Les solutions urgentes instaurées
  • Scrutin du 11 décembre - Les téléphones interdits dans l’isoloir
  • Sénatoriales - Vers la razzia IRMAR !
  • Exploitation halieutique - Un investisseur étranger arnaqué de plusieurs milliards ariary
  • Pénurie d’eau à Fianarantsoa - Henri Rasamoelina décèle des issues environnementales
  • Trafic de tortues - Quatre personnes placées sous mandat de dépôt à Fianarantsoa
  • Transport aérien - Les défaillances d'Air Madagascar mises à nu
  • Confédération africaine de football - Victime d’un attentat prémédité, Ahmad riposte
  • Conjoncture - Des problèmes sociaux à régler

La Une

Editorial

  • Elu ou nommé, faux débat !
    Ces derniers temps, à l’approche des sénatoriales, les esprits s’échauffent et les faux débats pullulent. A mesure que la date du 11 décembre se précise, les fumées noires qui s’échappent du volcan en éveil alourdissent et noircissent l’atmosphère. On étouffe.A l’allure où vont les choses de la politique, les poids lourds de l’opposition risquent fort de se retrouver à la touche. En s’élargissant davantage, la plate-forme acquise à la cause défendue par le jeune président Rajoelina Andry Nirina occupera le terrain. La hantise de l’exclusion déclenche chez les activistes du RMDM une hystérie. A eux s’ajoutent les ténors du Groupe de Panorama dont la traversée du désert risque de se prolonger indéfiniment. Et alors, tous les moyens sont bons pour tenter de déstabiliser le pouvoir. L’entame de la campagne électorale, depuis hier 19 novembre, fait monter d’un cran la tension. Aussi étrange qu’inquiétant soit-il mais vrai, un certain remous s’invite…

A bout portant

AutoDiff