Publié dans Politique

Reconstruction du Rovan'Antananarivo - Le ministère de la Communication et de la Culture donne le ton !

Publié le jeudi, 25 juillet 2019

Avant le 26 juin 2020, le Rovan'Antananarivo sera reconstruit. C'est le défi lancé par le Président de la République, Andry Rajoelina, lors de la pose de la première pierre des débuts de travaux de réhabilitation, il y a deux mois. Désormais, tout va s'accélérer pour atteindre cet objectif fixé par celui qui, également, a fait renaître de ses cendres l'hôtel de ville d'Antananarivo. Tout le monde devra ramer dans le même sens afin que la barque de la reconstruction de ce symbole de la souveraineté nationale arrive à bon port.

 

Le ministère de la Communication et de la Culture (MCC), tête de file au niveau de l'Exécutif,  donne le ton à travers le lancement d'un appel d'offres. C'est le signal fort du début imminent des travaux de réhabilitation, confirmé d'ailleurs par le délai de la remise des documents de soumission des candidats intéressés. Ce délai est fixé au 6 août 2019 et précédé par la visite sur place des travaux à effectuer répartis en divers lots. Entre autres des gros œuvres, revêtement, étanchéité, faux plafond, cloison et platerie, peinture et papiers peints, installation d'ascenseur, climatisation et ventilation mécanique contrôlée, plomberie, sanitaire, électricité, système de sécurité, menuiserie bois, métallique et aluminium. De ces travaux ou fournitures énumérés, le  Rovan'Antananarivo  2e version sera plus moderne sans toutefois modifier l'architecture initiale.

Le lancement de cet appel d'offres par presse balaie aussi toutes suspicions et dires des mauvaises langues. Eux qui véhiculent les rumeurs sur les réseaux sociaux que les adjudicataires des  marchés sont déjà connus.

Un des grands chantiers en ce début du mandat du Président Rajoelina, la reconstruction du Rovan'Antananarivo est synonyme d'une souveraineté retrouvée. Ce n'est pas par hasard ainsi que le Président de la République met le 26 juin 2020 comme deadline à sa reconstruction car c'est la célébration du 60e anniversaire de l'indépendance de Madagascar. Une indépendance qui passe inéluctablement à la reconnaissance par soi-même de l'identité culturelle et de l'histoire du pays.

La rédaction

Fil infos

  • Accident de minibus à Marovoalavo - Dix personnes décédées
  • Président Andry Rajoelina - « Madagascar n’est pas un pays en crise »
  • Crimes à Kelilalina - Trois enfants tués à coups de hache
  • Massacre à Ankazobe - 6 personnes placées sous MD
  • Tarif optima business - Les grands consommateurs grincent les dents
  • Trafic de drogue - Un dealer cache ses héroïnes sur son bébé
  • Incendie criminel à Ankazobe - Les arrestations se suivent
  • Union européenne - Giovanni Di Girolamo élevé au rang de Commandeur de l’Ordre national
  • Une attaque sur fond de vengeance !
  • Incendie criminel à Ankazobe - Quatre membres de la bande éliminés

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • 10 août, une aubaine… 
    Le pays rendra hommage aux victimes de la tuerie de Mandrimena (Andoharanofotsy) demain. En effet, le 10 août 1991, des dizaines voire des centaines, certains avancent même des milliers de concitoyens, ont été abattus de sang-froid par des éléments de la Garde présidentielle, à l’époque de l’Amiral Didier Ratsiraka, sur le terrain vague de Mandrimena, entre Andoharanofotsy et Iavoloha.Les dirigeants de la lutte populaire issus du « Hery velona Rasalama » conduits par feus Zafy Albert et Andriamanjato Richard décidèrent sur la place du 13 Mai, ce 10 août 1991, d’aller avec des milliers de manifestants rejoindre le Palais d’Iavoloha pour entamer une concertation directe avec le maitre des lieux à savoir Didier Ratsiraka, Président de la République démocratique, et ce afin de dénouer la crise qui a trop duré dans le cadre d’un dialogue direct. Seulement, l’affaire a mal tourné. Les éléments d’élite de la GRP, survolant par hélico,…

A bout portant

AutoDiff