Publié dans Politique

Assemblée nationale - Le projet de loi de Finances se fait attendre !

Publié le lundi, 28 octobre 2019

Rien à signaler ! L’Assemblée nationale de Tsimbazaza est encore calme et presque déserte depuis le début de la session ordinaire le 15 octobre dernier. Rappelons que cette 2ème session sera essentiellement portée sur l’étude et l’adoption du projet de loi de Finances 2020. A priori, le texte n’est pas encore arrivé au niveau de la Chambre basse d’après la présidente du perchoir de Tsimbazaza, Christine Razanamahasoa hier en marge d’une cérémonie au Carlton Anosy.
Rappelons que lors de l’ouverture officielle de cette 2ème session ordinaire, le 15 octobre dernier, la présidente de l’Assemblée nationale avait déjà insisté sur l’importance de l’arrivée du projet de loi de Finances entre les mains des députés. En principe, le ministère de l’Economie
et des Finances a encore jusqu’au 31 octobre pour envoyer le texte en question et respecter ainsi le délai imparti par la loi.

Attentes multiples

Cette session budgétaire est déterminante dans la concrétisation des projets présidentiels insérés dans la Politique générale de l’Etat (PGE).D’ailleurs, le numéro un de Tsimbazaza avait également interpellé l’Exécutif  par rapport au fait que cette loi de Finances devrait refléter la politique publique et les ambitions de l’Exécutif, tout en encourageant ses pairs à apporter les modifications et amendements nécessaires à ce projet de loi.A part les projets présidentiels, les acteurs concernés dans le droit des enfants (l’UNICEF en l’occurrence) ont le regard rivé vers Tsimbazaza après la séance consacrée aux analyses budgétaires des secteurs sociaux clés pour les enfants.
Outre l’examen et l’adoption de la loi de Finances 2020, le réexamen de la proposition de loi relative à l’opposition et les partis d’opposition figure, entre autres, parmi les dossiers chauds qui attendent d’être traités au niveau des deux Chambres du Parlement. Autant dire que les prochains jours de session devront être bien remplis pour les parlementaires.
Sandra R.

Fil infos

  • JIRAMA - Les impayés des fournisseurs s’élèvent à 1 000 milliards d’ariary
  • Etat de droit - « Le système judiciaire est corrompu »
  • Affaire de Vohilava Mananjary - Les raisons du mécontentement de la population
  • Sénatoriales - Le CNOE se plie à la décision de la HCC
  • Situation sanitaire à Madagascar - L’état d’urgence levé, la prudence exigée
  • Arrêt de l’exploitation aurifère à Vohilava - La Société civile exige des sanctions contre la société fautive
  • Association AFF - Fondation - VISEO Ensemble pour un renouveau de l’éducation
  • Décret de convocation du collège électoral - La HCC déboute Rivo Rakotovao et les sénateurs
  • Marc Ravalomanana - Un indécrottable mauvais payeur
  • Vol de marchandises d'1 milliard Ar - Quand la politique entre dans le prétoire…

Editorial

  • Bataille acquise !
    Zéro décès, nombre de contaminés en traitement stationnaire. Le Président Rajoelina est en passe de gagner son pari, son combat. C’est le cas de le dire, il a pris la lutte contre la pandémie de Covid-19 pour « son » combat, défi et pari personnel. Il a de quoi à être fier ! L’Etat met fin à l’état d’urgence sanitaire. Pour un Chef d’Etat, perdre ou gagner la bataille contre la Covid-19 équivaut à perdre ou gagner son combat politique personnel. La mauvaise gestion de la réponse à la pandémie traduit un échec politique d’un dirigeant qui va perdre, de fait, la confiance de son peuple. Le cas risque de se produire quelque part en Amérique en cette veille de l’élection présidentielle du 3 novembre prochain.

A bout portant

AutoDiff