Publié dans Politique

Vague de limogeage à la JIRAMA - La Direction générale fait fausse route

Publié le mardi, 12 novembre 2019

Une fausse solution à un vrai problème. Telle est la réaction d’un certain nombre d’observateurs à la suite de la vague de limogeage au sein de la Compagnie nationale de distribution d’électricité et d’eau de Madagascar (JIRAMA) dernièrement. Pour faire face à la grogne des abonnés et en réaction au sermon que leur aurait adressé le Président de la République à Morondava, suite aux coupures intempestives de l’électricité et les difficultés d’approvisionnement en eau potable, la Direction générale de la JIRAMA a décidé de procéder au limogeage de six directeurs. A savoir, le directeur d’exploitation des réseaux interconnectés (DERI), le directeur technique Eau Antananarivo (DTOA), le directeur production électricité (DPE), le directeur principal Région Antananarivo (DPRA), le directeur approvisionnement et logistique (DAppro) et le directeur de la Communication.

 

Pour des analystes, il apparaît, à travers ces cas, que le lifting, quand bien même il a concerné des Directions directement touchées par la crise, ne répond pas aux vrais problèmes de la JIRAMA. Ces limogeages créent uniquement l’illusion d’un changement et donnent l’image de décideurs qui ont le souci de faire sortir la JIRAMA des impasses dans lesquelles elle s’est enlisée.

Comme il a été noté par bon nombre d’analystes, remettre la JIRAMA sur les bons rails suppose, au-delà des profils et des hommes, une vision globale, une stratégie claire et réfléchie, une bonne gouvernance et surtout des dirigeants prévoyants. Cela ne se résume pas seulement à des limogeages de directeurs dont la performance et la compétence ont d’ailleurs été saluées…

Pour beaucoup, la Direction générale aurait dû s’attaquer aux vrais maux de la JIRAMA. Pour parler de délestage ou de coupures d’électricité, le problème de la JIRAMA ne serait pas forcément la production mais le réseau de distribution et de transport d’énergie. La vétusté des câbles ou des transformateurs, couplée au manque de pièces de rechange, obligeant les techniciens à procéder à du bricolage, sont un des problèmes évoqués à l’origine de ces coupures. Des problèmes sur lesquels les dirigeants de la compagnie auraient dû se pencher car ce sujet n’est pas récent. Les actuels intérimaires à la tête de la JIRAMA, d’anciens dirigeants au sein de cette compagnie, auraient dû prévoir ces problèmes.

Les dirigeants de la JIRAMA devraient aussi se pencher sur les déficits causés par les vols d’électricité. Des bruits d’informations indiquent qu’un contrôle pour vol de courant mené en 2018 aurait permis d’épingler une grosse société implantée à Antananarivo.  Cette dernière aurait été sommée de payer la coquette somme de 73 millions d’ariary. Une somme qui aurait été ramenée à 7,9 millions d’ariary au début du mois de septembre dernier par d’actuels dirigeants de la JIRAMA pour des raisons plus que douteuses.

Des solutions pérennes et durables sont également attendues en ce qui concerne l’approvisionnement en eau potable. Il faut noter que, en attendant ces solutions sur le long terme, l’initiative d’implanter des camions citernes mobiles dans certains quartiers privés d’eau a été saluée. Pourtant cette initiative de dépannage a été suspendue par la Direction générale arguant que c’est le rôle du ministère. C’est seulement depuis hier que ces camions citernes ont de nouveau été déployés dans les quartiers…

La Rédaction

Fil infos

  • La Vérité de la semaine
  • Saisie de 22,5 kg d’or aux Seychelles - Soupçons de laxisme au sein des organes de contrôle malagasy
  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cas désespéré !
    Quand quelqu’un détruit un des biens personnels à la maison, il est à plaindre. Mais quand il s’amuse à démolir sa propre maison en sapant irrémédiablement les fondations, il est malade voire un cas désespéré !Les désastres par le feu continuent. Des incendies ravageurs se déclarent un peu partout sur le territoire national presque au même moment. Des feux involontaires ou actes criminels ? Les résultats des enquêtes nous fixeront sur les détails. Dans tous les cas de figure, l’incendie détruit à jamais ! Des crimes de sang à la destruction totale des patrimoines nationaux en passant l’anéantissement d’une partie non négligeable des zones protégées pour en finir aux habitations humaines et d’animaux d’élevage défraient les chroniques. Des villages entiers disparaissent avec ce que cela suppose de dégâts humains, matériels et d’ordre moral. Des familles perdent en un seul moment tout ce qu’elles ont durement épargné des années. Tout récemment,…

A bout portant

AutoDiff