Publié dans Politique

Risque de propagation du COVID-19 - L'Etat poussé à l'intransigeance !

Publié le dimanche, 22 mars 2020

72 heures après l'annonce du Président de la République sur les premiers cas confirmés du coronavirus, bon nombre de citoyens ne semblent pas encore être conscients du danger représenté par cette pandémie. Samedi, par exemple, les Tananariviens se sont rués vers les marchés pour faire des provisions de produits de première nécessité (PPN). Tous les lieux de commerce se sont retrouvés, du coup, complètement envahis. Pire, certains citoyens considèrent même que l'épidémie « ne frappe que les riches », c'est-à-dire ceux qui reviennent de voyage à l'étranger.

 

Une attitude qui entre pourtant en contradiction avec les consignes destinées à réduire la propagation du virus comme le respect de la distance d'un mètre. Si l'on se réfère à l'expérience d'autres pays déjà frappés par le virus, les mesures déjà prises jusqu'à maintenant telles que la fermeture des écoles et des églises, ainsi que l'interdiction des rassemblements seront vaines si les gens ne limitent pas leur circulation dans les lieux publics comme les marchés. La prolifération du fameux virus et sa capacité de contamination s'effectue avec une telle rapidité que l'insouciance de certains malagasy fait presque hérisser les poils.

Discipline à renforcer

Face à cette réaction, plus ou moins laxiste, le renforcement de la discipline par l'Etat est fortement attendu. En effet, le dénominateur commun chez les autres pays comme la Chine qui a réussi à vaincre le virus, ou la Russie qui compte encore zéro décès jusqu'à présent, constitue l'application d'une discipline stricte. Le Kremlin qui est allé jusqu'à brandir la menace d'une peine d'emprisonnement à toute personne qui tente de se soustraire à la mise en quarantaine.

Loin d'encourager les dirigeants à l'abus de pouvoir ni au totalitarisme, les mesures disciplinaires doivent néanmoins être renforcées pour encourager la population à suivre les consignes de santé et permettre d'endiguer le plus rapidement possible la propagation du virus. Une fermeté qui est inséparable avec les campagnes d'information et de sensibilisation déjà menées jusqu'ici. L'on espère en tout cas que la décision du Président de la République de décréter l'Etat d'urgence sanitaire ira dans ce sens et ce avant qu'un décès ne soit déclaré. L'heure est grave !

La Rédaction 

Fil infos

  • Carburants - L’Etat doit encore 83 milliards d’ariary aux pétroliers
  • KMF-CNOE – Etat malagasy - Le Conseil d’Etat se déclare incompétent
  • Pôle anti-corruption d’Antananarivo - 649 dossiers traités en deux ans
  • Projet d’incendie à l’université de Toamasina - Un conseiller de l’ex-Président dans le collimateur de la Justice
  • Code municipal d’hygiène - Réplique du maire Naina Andriantsitohaina
  • Assassinat de Danil Radjan - La théorie d’un règlement de comptes privilégiée
  • Lutte contre la Covid-19 - Madagascar, parmi les pionniers dans la médecine traditionnelle
  • Covid-19 - Relâchement signifie suicide collectif !
  • Déconfinement - Le secteur du transport poursuit sa reprise
  • Incendie à Ankatso II et à Manjakandriana - Des millions d’ariary de perte, aucun mort ni blessé

La Une

Editorial

  • Cause toujours !
    Palabre par-ci ! Causerie par-là ! Décidément en face, de l’autre côté de la rive, on n’en finit pas de jacasser, de caqueter ou de papoter. De la cacophonie ! De l’énervement superficiel ! D’un semblant de colère d’un juste ! En réalité, on a la peur bleue d’être fauché à … jamais.Ravalomanana Marc en binôme avec Rivo Rakotovao s’agitent. Si le premier fut un ancien Chef d’Etat plutôt un président déchu, le second un futur ex-président d’institution. Entourés d’une cohorte de rapaces avides de proies faciles, ils font du bruit, du tapage inutile. Le tout donc dans un ensemble factice portant l’étiquette d’opposition. A Madagasikara, il n’existe pas d’opposition à proprement parler. On n’a que des ex de ceci ou d’anciens de cela ou encore des ratés qui gesticulent dans un but inavoué de récupérer, d’une manière ou d’une autre, quelque chose qui a échappé à la prise. Inaptes…

A bout portant

AutoDiff