Publié dans Société

Responsabilité citoyenne à Antsirabe - Deux voyageurs clandestins dénoncés et mis en quarantaine

Publié le mardi, 19 mai 2020

Un camion plateau a transporté deux voyageurs clandestins à Antsirabe, lundi dernier, vers 16heures de l’après –midi. Le conducteur a fait descendre ses voyageurs avant l’entrée du barrage sanitaire de la ville afin de ne pas éveiller les soupçons. Toutefois, les riverains ont vu la manœuvre  et ont alerté les responsables locaux qui se sont déplacés sur le lieu afin de vérifier les faits et mener l’enquête. Ces « passagers clandestins » viennent d’Antananarivo tandis que le camion venait de Toamasina, d’après l’audition des clandestins qui ont profité de l’autorisation du  camion de marchandises pour s’y engouffrer moyennant certainement d’une somme d’argent non dévoilée. Sous la pression des autorités, les deux passagers ont fini par livrer la description et l’immatriculation du véhicule, un camion plateau immatriculé, 8840 TAE. Recherché depuis lundi, le mastodonte été retrouvé hier ainsi que son chauffeur et son aide. 

Bien que ces deux voyageurs ne présentent aucun symptôme douteux, l’autorité locale les a priés de rester chez eux, et ce, en respectant les mesures de confinement. Ils ont fait fi pourtant de cette clémence et ont été aperçus par les riverains sortir de leurs maisons et de pavaner dans les rues. Un défi de trop à l’endroit des autorités d’un côté et une provocation envers les riverains qui les ont dénoncés. Avisés par ces derniers de la situation, les responsables ont procédé à l’arrestation des deux voyageurs clandestins. De suite, ils ont été placés en quarantaine aux frais et à la charge de leurs proches.  

Cette  responsabilité citoyenne des habitants de cette bourgade dans la ville d’eaux est saluée sur les réseaux sociaux. En période de crise sanitaire, la participation de tous s’avère nécessaire pour arrêter la propagation du virus qui, actuellement, a fait deux morts à Madagascar. Et face aux mesures strictes imposées par les autorités, des malintentionnés cherchent et trouvent toujours des solutions pour les contourner. Cette situation  à Antsirabe le prouve. Certains,  animés par  l’appât du gain, mettent au second plan l’intérêt de la majorité au profit des leurs. Corruption et  abus de pouvoir font légion actuellement comme l’atteste la mise en arrêt d’un responsable de l’ATT à Vakinankaratra en début de cette semaine.

Les Forces de l’ordre ne pourraient être partout, ainsi la délation des faits répréhensibles par les citoyens est vivement encouragée et conseillée. Et ce dans le but de protéger la population face à l’avancée du Covid-19, véhiculé par les personnes.

 Concernant le camion ayant transporté deux passagers clandestins, le chauffeur et son aide seront déférés devant le Parquet d’Antsirabe bientôt tandis que le camion est mis en fourrière pour une période de 10 jours.  

Le Centre  de commandement opérationnel de la Région Vakinankaratra est strict quant à l’application de la loi, notamment la surveillance de l’entrée et  la sortie de la ville d’Antsirabe. 

Anatra R.

Fil infos

  • Carburants - L’Etat doit encore 83 milliards d’ariary aux pétroliers
  • KMF-CNOE – Etat malagasy - Le Conseil d’Etat se déclare incompétent
  • Pôle anti-corruption d’Antananarivo - 649 dossiers traités en deux ans
  • Projet d’incendie à l’université de Toamasina - Un conseiller de l’ex-Président dans le collimateur de la Justice
  • Code municipal d’hygiène - Réplique du maire Naina Andriantsitohaina
  • Assassinat de Danil Radjan - La théorie d’un règlement de comptes privilégiée
  • Lutte contre la Covid-19 - Madagascar, parmi les pionniers dans la médecine traditionnelle
  • Covid-19 - Relâchement signifie suicide collectif !
  • Déconfinement - Le secteur du transport poursuit sa reprise
  • Incendie à Ankatso II et à Manjakandriana - Des millions d’ariary de perte, aucun mort ni blessé

La Une

Editorial

  • Cause toujours !
    Palabre par-ci ! Causerie par-là ! Décidément en face, de l’autre côté de la rive, on n’en finit pas de jacasser, de caqueter ou de papoter. De la cacophonie ! De l’énervement superficiel ! D’un semblant de colère d’un juste ! En réalité, on a la peur bleue d’être fauché à … jamais.Ravalomanana Marc en binôme avec Rivo Rakotovao s’agitent. Si le premier fut un ancien Chef d’Etat plutôt un président déchu, le second un futur ex-président d’institution. Entourés d’une cohorte de rapaces avides de proies faciles, ils font du bruit, du tapage inutile. Le tout donc dans un ensemble factice portant l’étiquette d’opposition. A Madagasikara, il n’existe pas d’opposition à proprement parler. On n’a que des ex de ceci ou d’anciens de cela ou encore des ratés qui gesticulent dans un but inavoué de récupérer, d’une manière ou d’une autre, quelque chose qui a échappé à la prise. Inaptes…

A bout portant

AutoDiff