Publié dans Société

Examen du CEPE - Une dernière ligne droite pour les élèves

Publié le mardi, 25 août 2020

Le retour en classe laissé aux appréciations de chaque établissement. Après l’intervention de la ministre de l’Education nationale, Dr Marie Michelle Sahondrarimalala, laissant le champ libre aux établissements scolaires de reprendre ou pas l’enseignement pour les élèves qui assisteront à l’examen pour l’obtention du Certificat d’étude primaire élémentaire (CEPE), certains d’entre ces établissements ont choisi de rouvrir leurs portes, à compter d’hier, et ce, jusqu’à samedi matin. Or, ces établissements privés n’ont pas attendu la déclaration du ministre pour convoquer les élèves et parents au sujet du retour de l’enseignement.
D’après Lanto Ramaromisa, directrice pédagogique d’une école privée sise à Ambohimanarina, cette rencontre avant la tenue de l’examen est très importante, puisque ces cinq longs mois où les cours ont été suspendus ont des impacts sur la mémoire des élèves. « Certes, on n’a pas le temps de revoir tous les programmes scolaires, mais c’est important de donner quelques techniques et astuces pour ces élèves », avance-t-elle. Toutefois, l’ultime choix revient aux parents. « Nous n’imposons rien aux parents. S’ils ne veulent pas envoyer leurs enfants à l’école, c’est leur choix. Mais en contrepartie, ils doivent nous garantir de faire tous les nécessaires pour que l’élève ne se sente pas comme un étranger durant les épreuves », poursuit-elle.
Impression des sujets d’examen
A une semaine avant la tenue de l’examen, le Centre national de production de matériel didactique (CNAPMAD) assure l’impression des sujets d’examen. Durant une descente de la ministre de l’Education nationale sur place, hier, les employés de ce département ont manifesté leur volonté de participer au bon déroulement des examens, après plusieurs semaines de grève. Une tâche qui, d’après les employés, n’est pas facile puisque après les impressions, les sujets doivent être mis sous plis, puis en cases avant d’être dispatchés au niveau de chaque Direction régionale, Circonscription scolaire et enfin au niveau des écoles.  La première vague d’envoi des sujets sera ainsi limitée aux Provinces d’Antananarivo et Antsiranana.
En rappel, les épreuves du CEPE se dérouleront le mardi 1er septembre pour Antananarivo et Antsiranana, le mardi 8 septembre pour Mahajanga et Fianarantsoa et le mardi 15 septembre pour Toliara et Toamasina.
Recueillis par Anatra R.



Fil infos

  • Paiement des bourses - Solution en cours malgré tout
  • Traitement de Covid-19 - Le couple Rajoelina met du baume au cœur des malades
  • La Fièvre de la Vallée du Rift frappe de nouveau - Un millier de têtes de cheptel atteint
  • Serial killer - Un quinquagénaire récidiviste fut repris
  • Destitution du maire élu de Nosy Be - La décision controversée du Conseil d’Etat suspendue
  • Haute Cour constitutionnelle  - Les nouveaux juges d’Ambohidahy prennent fonction
  • Trafic d’influence et usurpation de titre - Un assistant parlementaire déféré au Parquet
  • Réunion du TIM et RMDM - Trêve ou mauvais coup en préparation ?
  • Prix exorbitants et détournement de médicaments - Des répressions sévères attendent les contrevenants !
  • Un parfum de scandale à Nosy Be - Avec 5% de voix, un candidat déclaré maire

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Et… la vie continue !
    La pandémie de Covid-19, variant sud-africain, assomme le pays. Le dernier bilan affiche la gravité et la dangerosité du virus. On parle, sans ambages, de record de nouveaux cas. La barre de cinq-cent-cinquante (nouveaux cas) est dépassée en une journée (du 8 au 9 avril) ! Et celle du décès atteint même au-delà de dix. La page « nécro » des quotidiens de la Capitale est prise d’assaut. Analamanga détient toujours le triste palmarès avec quatre-cent-trente-neuf (nouveaux cas). Et on n’est pas encore au bout de nos peines. Personne n’est en mesure d’anticiper à quand le bout du tunnel ! Catastrophique ! Apocalyptique ! Mais, attention ! La vie continue ! Et les problèmes classiques sinon « traditionnels » continuent aussi de sévir, redoublent même d’intensité. Que les tenants du pouvoir ne se trompent pas. Au front, ils ont en face non pas un seul « ennemi » (le variant…

A bout portant

AutoDiff