Publié dans Société

Pauvreté multidimensionnelle - Deux enfants malagasy sur trois touchés !

Publié le mardi, 03 novembre 2020

Santé, nutrition, éducation, eau et assainissement, habitat ainsi que la communication. Telles sont les dimensions de la pauvreté considérées dans l’analyse « MODA » ou « Chevauchements des privations multiples des enfants » effectuée par le Gouvernement malagasy, en collaboration avec l’UNICEF. Un enfant est dit « multidimensionnellement pauvre » s’il souffre de privations matérielles dans au moins deux dimensions. Selon les résultats de cette étude réalisée conjointement avec l’Institut national de la Statistique (INSTAT), plus de deux tiers (67,6 %) des enfants malagasy souffrent de privations matérielles dans au moins 2 dimensions de bien-être simultanément et 23,7 % sont victimes de privations dans 4 (ou plus) dimensions de bien-être. Aussi, la proportion d’enfants pauvres est plus élevée dans le Sud et l’Ouest du pays, alors que le plateau central et le Nord-est du pays ont les taux de pauvreté les plus bas. Dans les Régions d’Atsimo-Andrefana et Ihorombe, par exemple, près d’un enfant sur deux (respectivement 49,3 % et 49,1 %) souffre de privations matérielles dans au moins 4 dimensions de bien-être simultanément, contre moins de 5 % à Analamanga.
D’un autre côté, les garçons tendent à avoir beaucoup plus de privations que les filles dans le domaine de l’éducation. Ceci pourrait s’expliquer par le fait que les garçons sont plus susceptibles de travailler par rapport aux filles. Les garçons sont également plus susceptibles d’être victimes de discipline violente. Par contre, les filles sont plus contraites à faire la corvée d’eau. Aussi, l’éducation des parents, notamment celle de la mère, est fortement associée avec une réduction des privations chez les enfants. Ceci même après avoir pris en compte que les parents plus éduqués tendent à être plus riches, plus urbains et plus âgés par rapport à la moyenne. Mais au-delà du niveau primaire, d’autres pressions sociales et économiques rentrent en jeu, pouvant négativement affecter le bien-être de certains enfants. Le non allaitement et les différentes formes de violence en font partie.
Par ailleurs, la pauvreté s’est probablement accrue tant au niveau des ménages qu’au niveau des enfants avec la crise sanitaire liée à la Covid-19. Selon les simulations préliminaires de l’UNICEF, 1,3 million d’enfants de plus risquent de tomber dans la pauvreté d’ici la fin de l’année. « Nous pensons qu’une information précise et actualisée sur les indicateurs de développement est la première étape de toute stratégie réussie, et constitue donc l’objectif essentiel de ce rapport d’analyse », explique Michel Saint-Lot, représentant de l’UNICEF à Madagascar. Ce responsable a également confirmé l’engagement dudit organisme onusien  dans cette tâche, sans oublier son désir de continuer à travailler aux côtés de ses partenaires nationaux et internationaux. « A chaque fois que les opportunités vont se présenter, le Gouvernement malagasy ne manquera pas de mettre à jour les indicateurs élaborés sur la base d’une analyse multidimensionnelle de la pauvreté à partir des grandes enquêtes nationales, tout cela afin de disposer de données pour le suivi des progrès vers l’atteinte de l’ODD 1, relatif à la pauvreté sous différentes formes, et notamment celle des enfants », explique Laurent Ampilahy, directeur général de l’INSTAT.
Quoi qu’il en soit, cette étude MODA servira de référence pour le suivi de l’indicateur sur la pauvreté multidimensionnelle des enfants dans le pays. Madagascar pourra même prioriser les plus pauvres dans les interventions programmatiques.
Recueillis par Patricia R.

Fil infos

  • Campagne de reboisement 2021 - 75 000 hectares à couvrir d’arbres !
  • Chambre haute du Parlement - Razafimahefa Herimanana, élu président du Sénat
  • Secteur halieutique - Des investisseurs « abandonnés » implorent le ministère
  • Nouvelle hausse des cas de Covid-19 - Appliquons les gestes qui sauvent !
  • Président de la République - Trois magistrats et un ancien ministre parmi les désignés sénateurs
  • Campagne de reboisement 2021- Coup d’envoi par le couple présidentiel à Taolagnaro
  • Trafic de 73,5 kg d’or - L’Opposition divague
  • Covid-19 - Un reconfinement pas à l’ordre du jour
  • Exécutif - Aucun remaniement gouvernemental à l’horizon - Halte à la désinformation dans l’affaire des 73.5kg d’or !
  • Sénateur Rakotondrainibe Andrianantenaina - « Le MMM sera une force de proposition au Sénat »

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • De la matière grise !
    Madagasikara se trouve à la croisée des chemins pour le recrutement de certains postes-clés et hautement stratégiques. D’emblée, une cynique mais légitime question intervient : « le pays dispose-t-il suffisamment de matière grise pour satisfaire ses besoins ? ». La Compagnie nationale malagasy de transport aérien « Air Madagascar » recrute son directeur général (DG). Elle est à la recherche depuis une semaine d’un oiseau rare. Depuis le départ volontaire du DG Besoa Razafimaharo en décembre 2019, Air Mad n’a plus de DG titulaire. La Direction générale a été assurée par une intérimaire, en la personne de Hanitra Rasetarinera, et ce depuis le 15 janvier 2020. Elle n’est autre que le directeur général adjoint, chargé de la finance. Evidemment, la mission que le Conseil d’administration entend confier à l’oiseau rare (le DG) consiste à relever la Compagnie. En effet, le divorce forcé avec la Compagnie réunionnaise Air Austral portait un…

A bout portant

AutoDiff