Publié dans Société

Incendie à l’ONE Antaninarenina - Liberté provisoire pour l’ancien Dg et un gardien

Publié le jeudi, 04 mars 2021


S’il existe un fait qui suscite encore beaucoup de questions, c’est bien l’incendie qui a dévasté le siège de l’Office national de l’environnement (ONE) sis à Antaninarenina, en juillet dernier. Depuis lors, les enquêteurs ne chôment pas pour tenter de percer la vraie cause du sinistre. Hier, un rebondissement. Les deux principales personnes impliquées venaient d’obtenir une liberté provisoire. Il s’agit à la fois de l’ancien directeur général mais aussi le gardien. Cette information émane de Baomihavotse  Vahinala Raharinirina, la ministre de l’Environnement et du Développement Durable (MEDD).
Les suspects avaient été déférés au Parquet et auraient dû passer en instruction. Seulement, l’information n’a précisé à quel moment cette procédure judiciaire avait été enclenchée, pour déboucher sur cette décision concernant le sort des incriminés.  « Nous respectons l’indépendance de la Justice. A ma connaissance, elle les a provisoirement relâchés par manque de preuve », a-t-elle déclaré à ce propos. Parallèlement, les enquêteurs veulent que l’endroit soit laissé ainsi dans son état actuel. « Ils ont encore beaucoup de pain sur la planche pour tenter de trouver un quelconque indice », renchérit la ministre.
Tout cela semble conforter la difficulté pour la Police pour parvenir à une quelconque conclusion, même jusqu’à aujourd’hui encore.    Et pourtant quelques jours après l’ouverture de l’enquête, une source policière laquelle nous nous enquérons sur les faits a avancé qu’il y aurait une fausse manipulation et cela occasionnait les flammes », a-t-elle souligné.  Cette même source a tenu à rappeler qu'un tel bâtiment devrait toujours avoir à sa disposition des installations anti-incendie en fonction de l'exploitation. Et d'ajouter que le gardien devrait également avoir la maîtrise parfaite des matériels et équipements anti-feu et d'en assurer les premiers secours en cas d'incendie.
Sur fond de suspicion d'acte criminel, le ministère de l'Environnement et du Développement Durable a, sitôt après le drame, déposé une plainte contre X auprès de la Brigade criminelle. Toujours à la même époque, une source auprès dudit ministère a précisé que toutes les personnes liées de près ou de loin à ce drame et qui pourraient détenir des informations déterminantes, ont été convoquées à la Police. Les auditions portent ainsi sur plusieurs individus. C’est dire aussi que la durée de l’enquête n’est pas prête d’être fixée.
 Le soir du 15 juillet dernier, le feu a saccagé ce bâtiment sis à Antaninarenina. Un responsable des sapeurs-pompiers, mobilisé sur les lieux, a affirmé que le feu provenait d'une pièce en bois entre le bâtiment de l'ONE et celui de la Direction de la Poste.
Franck R.
 


Fil infos

  • Paiement des bourses - Solution en cours malgré tout
  • Traitement de Covid-19 - Le couple Rajoelina met du baume au cœur des malades
  • La Fièvre de la Vallée du Rift frappe de nouveau - Un millier de têtes de cheptel atteint
  • Serial killer - Un quinquagénaire récidiviste fut repris
  • Destitution du maire élu de Nosy Be - La décision controversée du Conseil d’Etat suspendue
  • Haute Cour constitutionnelle  - Les nouveaux juges d’Ambohidahy prennent fonction
  • Trafic d’influence et usurpation de titre - Un assistant parlementaire déféré au Parquet
  • Réunion du TIM et RMDM - Trêve ou mauvais coup en préparation ?
  • Prix exorbitants et détournement de médicaments - Des répressions sévères attendent les contrevenants !
  • Un parfum de scandale à Nosy Be - Avec 5% de voix, un candidat déclaré maire

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Et… la vie continue !
    La pandémie de Covid-19, variant sud-africain, assomme le pays. Le dernier bilan affiche la gravité et la dangerosité du virus. On parle, sans ambages, de record de nouveaux cas. La barre de cinq-cent-cinquante (nouveaux cas) est dépassée en une journée (du 8 au 9 avril) ! Et celle du décès atteint même au-delà de dix. La page « nécro » des quotidiens de la Capitale est prise d’assaut. Analamanga détient toujours le triste palmarès avec quatre-cent-trente-neuf (nouveaux cas). Et on n’est pas encore au bout de nos peines. Personne n’est en mesure d’anticiper à quand le bout du tunnel ! Catastrophique ! Apocalyptique ! Mais, attention ! La vie continue ! Et les problèmes classiques sinon « traditionnels » continuent aussi de sévir, redoublent même d’intensité. Que les tenants du pouvoir ne se trompent pas. Au front, ils ont en face non pas un seul « ennemi » (le variant…

A bout portant

AutoDiff