Publié dans Société

Rentrée scolaire - Quid des gestes de barrières sanitaires ?

Publié le jeudi, 02 septembre 2021


La distanciation sociale d’un mètre, le lavage régulier des mains et le port obligatoire du masque constituent les protocoles de santé à appliquer pour cette nouvelle rentrée scolaire. Et cela afin de maîtriser les nouvelles contaminations au coronavirus en milieu scolaire. Effectivement, les images du retour à l'école aperçues ces deux premiers jours renvoient en général au respect de ces gestes barrières. Par exemple, au Collège d’enseignement général (CEG) de Nanisana ou encore à celui d’Avaradoha, tous les élèves portent un masque dans l’enceinte de l’établissement et les salles de classe respectives. A cela s’ajoute la mise en place des dispositifs de lavage des mains ayant déjà servi tout au long de l’année scolaire précédente. « On ne peut pas bousculer nos collégiens. On ne peut pas espérer un changement de comportement en un temps record. La bonne stratégie se repose sur l’apprentissage, étape par étape, tout en essayant de leur inculquer progressivement les comportements adoptés face au virus. Il s’agit de mettre en place un protocole sanitaire dans les écoles. Cela  consiste à sensibiliser les élèves aux gestes barrières de façon ludique et durable », a avancé Randrianasolo Fanjatiana, directeur du CEG de Nanisana, un établissement public où circulent quotidiennement plus de 2 000 élèves.  Notons qu’en 2020, cet établissement scolaire a mis en place un comité spécial Covid-19 regroupant des parents d’élèves, des enseignants et des surveillants pour mener des actions de sensibilisation à l’endroit des élèves.

Des contraintes…

Cependant, la prévention contre la propagation du virus en milieu scolaire présente des limites. Déjà, chaque établissement scolaire ne dispose pas d’un thermo flash pour prélever la température de toute personne avant son entrée dans l’enceinte scolaire, voilà aussi que la distanciation sociale ne peut pas y être appliquée au bonne et due forme. Selon Marie Raza, directeur d’une école privée sise à Ambohidratrimo, c'est inexécutable de veiller à ce que les élèves ne pratiquent pas de jeux de contact ou encore de ne pas s'échanger des objets en classe, sans parler de l’interdiction de s’attrouper dans la cours. « Même si tous les efforts seront déployés pour contenir la propagation de la Covid-19, l’application de la distanciation sociale d’un mètre demeure difficile voire impossible en milieu scolaire. A l’école, ce n’est pas seulement un lieu d’apprentissage entre les quatre murs, mais c’est également un endroit où des camarades de classe se côtoient, s’échangent autour d’une activité physique », a souligné un directeur d’une Ecole primaire publique située en centre-ville. Et de poursuivre qu’il ne faut pas non plus s’attendre à une flambée des nouveaux cas positifs avec la rentrée scolaire, sans pour autant négliger le risque de circulation intense du virus.

A titre de rappel, environ 5 millions d’élèves répartis dans 28 000 écoles primaires publiques, 2 800 collèges d'enseignement général et 574 lycées publics sont de retour sur les bancs de l’école depuis mercredi dernier. Particulièrement cette année, l’année scolaire est subdivisée en 5 bimestres, et non en 3 trimestres. Au total, il y aura 37 semaines de cours, composées d’environ 1 000 heures de classe, contre 900 heures selon les normes. Les 100 heures supplémentaires inclueront les éventuels aléas pouvant entraîner la suspension des cours, entre autres les cyclones et la pandémie. Ce premier mois de cette nouvelle année scolaire est consacré entre autres aux rattrapages, suite aux quelques semaines de suspension des cours à cause de la recrudescence de la Covid-19.
K.R.

Fil infos

  • Les actus en bref
  • Couple Rajoelina - Echange convivial avec le couple Biden
  • Pénurie d’eau - Le pire est à craindre
  • Affaire 73,5 kilos d’or - Le procès remis aux calendes grecques 
  • Rapport de la mission de suivi électoral  - L’UE insiste sur la mise en œuvre des recommandations 
  • JIRAMA - Andekaleka se dote d’un quatrième générateur
  • Commerce - L’Algérie lorgne sur la vanille malagasy
  • Rajoelina à la tribune des Nations Unies - Interpellation sur le prix du baril de pétrole
  • Disparition du plus petit primate au monde - La honte pour Madagascar !
  • Discours à la tribune des Nations unies - Rajoelina dans le même panel que Biden et Kagamé

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Fia…ble !
    On ne peut pas passer inaperçu l’évènement majeur de la semaine dernière, la FIA. En fait de jeudi à dimanche, la Foire internationale de l’agriculture (FIA) s’est tenue au Parc des expositions à Tanjombato. Quand on parle d’Agriculture, ce grand ensemble qui englobe toutes les activités du monde rural dans tous ses états. Sont inclus à l’intérieur de ces activités dites agricoles la culture, la pêche et l’élevage qui se souscrit au sein de l’économie « verte » et « bleue ». Avec l’évolution des activités exigées par la demande sans cesse croissante des besoins de l’homme, l’agribusiness apparait et commence à occuper du terrain. De toute façon, l’agriculture représente un domaine de priorité surtout pour un pays comme Madagasikara. L’initiative entrant dans le cadre pour l’épanouir est toujours très appréciée et fiable. Les actions de l’Agence Première Ligne font partie des stratégies à encourager. En principe, l’agriculture est un…

A bout portant

AutoDiff