Publié dans Société

Usurpation d’identité sur Facebook - Mialy Rajoelina condamne les faux comptes

Publié le dimanche, 10 octobre 2021


A l’origine d’actes frauduleux. Une soixantaine de comptes « fake » et pages au nom de la Première dame et de ses 3 enfants existent actuellement sur les réseaux sociaux, notamment sur Facebook. Derrière ces faux comptes figurent des extorsions de fonds, des déclarations mensongères ainsi que d’autres actes réprimés par la réglementation en vigueur à Madagascar. A travers la page officielle de l’association Fitia sur Facebook, Mialy Rajoelina condamne la multiplication des actes d’usurpation de son identité. « Les contenus de tout(e) page ou compte créé(e) et utilisé(e) en son nom ou au nom de l’un de ses enfants ne peuvent engager que leurs auteurs, qui désormais feront l’objet de plaintes déposées auprès des autorités compétentes », a communiqué ladite association, samedi dernier. « Nous exhortons les utilisateurs des réseaux sociaux à rester vigilants face aux actes frauduleux dont ils pourraient être victimes via ces faux profils, et encourageons leur signalement », a ajouté le communiqué.
Punie par la Loi
Ce n’est pas la première fois que l’épouse et les enfants du Président de la République Andry Rajoelina sont victimes des comptes « fake » à leurs noms. Des signalements ont déjà eu lieu, mais de nouveaux faux profils se créent et continuent de pulluler. Toutefois, l’usurpation d’identité est punie par la loi. « Quiconque aura sciemment, sur un support informatique ou électronique, usurpé l’identité de toute personne physique ou morale, ou une ou plusieurs données de toute nature permettant de l’identifier, en vue de troubler sa tranquillité ou celle d’autrui, ou de porter atteinte à son honneur ou à la considération de ces derniers, sera puni d’une peine allant de six mois à dix ans d’emprisonnement et d’une amende de 600 000 ariary à 18 000 000 d’ariary », souligne l’article 19 de la Loi n° 2014-006 sur la lutte contre la cybercriminalité. Mais afin d’être protégée ou dédommagée, la victime devrait signaler ou dénoncer l’usurpation de son identité auprès des Forces de l’ordre…
Recueillis par Patricia Ramavonirina



Fil infos

  • Inondations à Antananarivo - La nécessité d’une nouvelle ville devient pressante 
  • Gestion des catastrophes - L’Exécutif appelle le BNGRC à une meilleure anticipation
  • Impôt - Le GEM suggère d’assouplir les incitations fiscales
  • Montée des eaux à Antananarivo - Le BNGRC pris de court ?
  • Président Rajoelina aux côtés des sinistrés - « Nous devons rester unis dans les moments difficiles »
  • Sinistrés des intempéries à Antananarivo - Le Président Rajoelina appelle à la solidarité de tous 
  • Drame maritime de Soanierana-Ivongo - L'armateur demeure introuvable !
  • Inondations des plaines d’Antananarivo - 53,2 milliards d’ariary investis en 2017-2020
  • Montée des eaux à Antananarivo - Les remblayages illicites pointés du doigt
  • Décès du Général de corps d’armée Herilanto Raveloharison - La République perd un grand serviteur

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Un front de trop !
    Alors que les dirigeants du pays s’affairent à affronter l’urgence sanitaire et l’urgence de la reforestation, deux urgences nationales, voilà qu’une troisième urgence nationale pointe son nez : la montée des eaux. Bref, le régime se trouve en face de trois fronts de guerre qu’il faille attaquer en simultané. Evidemment, il faut avoir la tête posée et les reins solides. En somme, c’est l’avantage pour un pays d’avoir un dirigeant jeune en pleine possession de ses facultés intellectuelles et physiques.

A bout portant

AutoDiff