Publié dans Société

Exactions présumées des Forces de défense à Miandrivazo - 5 personnes brûlées vives

Publié le dimanche, 14 novembre 2021

La situation semble être de plus en plus explosive à Miandrivazo, du moins à la lueur de la succession des faits particulièrement émaillés de violence sans nom. Elle est imputable à la fois des deux côtés, d’une part les dahalo, et de l’autre, les Forces de sécurité. Il y a encore quelques jours de cela, quatre militaires ont dû être évacués d’urgence dans la Capitale à cause de leurs blessures occasionnées par des échanges de tirs avec les dahalo.

Vers midi vendredi dernier, cinq personnes ont été brûlées vives dans le quartier de Bejihatra, Commune de Soaloka, District de Miandrivazo. Il s’agit d’un certain Berafia ou Dadilahy Lepitro, 65 (ans), demeurant à Anivorano, Letsivery ou  Baban’i Hova 53 (ans), Selo Baba Nirina 52 (ans) d’Ambalabadika, de Fanomezana 45 (ans) de Morafeno Commune de Soaloka, enfin de Lekanga 47 (ans), également de Morafeno.

D’après les témoignages des villageois que nous avons interrogés, les éléments des Forces de défense et de sécurité auraient tendu un terrible piège à ces malheureux. Autrement dit, ils ont simplement payé le plus lourd tribut aux exactions supposées de ces Forces de l’ordre.  “Les éléments de celles-ci ont voulu faire des cinq civils des guides afin de les conduire jusqu’à Bejihatra où les premiers affirment vouloir arrêter des dahalo dangereux. Or, une fois arrivés à l’endroit, les agents des Forces ont enfermé les cinq civils à l’intérieur d’une maison dans laquelle les premiers ont mis ensuite le feu”, explique un porte-parole des villageois. Du motif de la réaction de ces membres des Forces, nul ne le sait encore. Car sitôt l’acte consommé, ces derniers se sont rapidement retirés du hameau, sans donner aucune explication.

Ces faits sciemment rapportés ne sont qu’un exemple des exactions que la population locale reproche vivement à un Corps composant nos Forces de l’ordre. Car selon toujours nos sources, ces éléments des Forces n’hésitent pas à déchirer les fiches de bovidé des éleveurs, s’ils ne s’accaparent pas simplement de leurs zébus pour les manger. “Les membres des Forces en opération ont besoin de six bœufs par jour pour leur consommation”, se lamente notre interlocuteur. Et à ce dernier d’ajouter que ces agents des Forces ne feraient pas grand cas des droits humains. “Un adolescent de 16 ans a fini par mourir à la suite de travaux forcés qu’on lui a imposé à Soaloka”, renchérit-il. Des habitants risquent la mort du fait de simples dénonciations. A notre interlocuteur de rappeler l’exécution d’un certain Martial et dont le cadavre avait été par la suite au fond d’une forêt dans la Commune d’Antsikida, il y a deux semaines de cela. Mais beaucoup d’autres victimes auraient subi le même sort sans que les autorités locales de Miandrivazo en fussent informées. Enfin comme pour souligner cette situation de chaos et de terreur qui règnent sur place, et en marge de ces faits que certains imputent aux Forces de défense, il est sans doute inutile de rappeler la disparition inexpliquée de 32 détenus de la prison de Miandrivazo.

F.R.

Fil infos

  • Décentralisation - Beaucoup de Communes en infraction
  • Travailleurs migrants - Régulation stricte des sorties du territoire
  • Fihariana - Intervention d’experts en génétique pour la filière laitière
  • Président Rajoelina à Ihosy - « Un homme politique pense aux élections, un homme d’Etat pense aux futures générations »
  • Blocage des routes à Taolagnaro - Des agents des Forces de l’ordre séquestrés puis relâchés
  • Désinformation - Des outils de vérification à la portée de tous
  • La « Vérité » de la semaine
  • Réhabilitation de la RN13 - Feu vert de l’Union européenne !
  • Blocage des routes - QMM passe en mode service minimum
  • Prix du carburant à la pompe - Les consommateurs s’attendent à un coup de massue

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Où en sommes-nous ?
    L’UE regrette ! Le RSF enfonce ! Le CSI déplore ! Certaine presse étrangère et certains activistes des réseaux sociaux accusent !Au fait, où en sommes-nous dans la bataille contre les grands maux qui minent et bloquent le réel démarrage vers l’essor et le développement du pays ? En est-on resté au stade des grands mots dans la lutte sans merci contre les grands maux à savoir la corruption, l’impunité, le non-respect de l’Etat de droit, de la liberté d’expression, de la démocratie ? Le tableau ne luit pas assez comme nous l’entendions. Les différents rapports d’Institution et d’organisme étranger ainsi que des Institutions en charge de la lutte contre toute forme de malversation et certaine Société civile du pays ne vont pas dans le sens de notre faveur sinon notre souhait. Ou bien, on se prend pour le mal aimé des autres et en revanche on dénonce ! Ou…

A bout portant

AutoDiff