Publié dans Société

Reboisement - 150 000 hectares de surface à recouvrir cette année

Publié le mercredi, 19 janvier 2022

Une politique nationale dirigée par le ministère de l’Environnement et du Développement durable (MEDD). Le Président de la République Andry Rajoelina a fait du reboisement une priorité durant ces 3 dernières années. La forêt de l’Est a été choisie cette année pour mener la campagne nationale y afférente. Poumons de Madagascar et du monde, ladite forêt se trouve actuellement en proie à plusieurs aléas dont la déforestation massive, les feux de brousse ou encore les impacts du changement climatique.

Cela nécessite ainsi une politique spécifique pour sa protection. Le lancement officiel du reboisement national pour 2022 s’est tenu hier dans la forêt d’Amparafana, située dans le Fokontany de Tandroroho, à 18km de la Commune urbaine et District de Mahanoro. 50 000 plantes et 500 kg de graines ont été mis en terre sur 75 hectares de terrain, à cette occasion. 

Le  Velirano n° 10, « la gestion durable de nos ressources naturelles », est devenu la priorité absolue du Chef de l’Etat. En 2019, il a posé comme défi le recouvrement de 40 000 hectares de terrain. En 2020, nous avons couvert 40500 ha de terrain tandis qu’en 2021, 75000 ha ont été reboisés dont des mangroves. « Cette année le vice-ministre chargé de la reforestation a  placé comme objectif le reboisement de 150 000 hectares », a fait savoir, Baomiavotse Vahinala Raharinirina, ministre de l’Environnement et du Développement durable.

Pour un reboisement responsable

« Reboiser plus de superficie que les zones de déforestation reste désormais notre priorité pour atteindre notre objectif à long terme de zéro déforestation. 100 000 hectares de forêt partent en fumée à Madagascar tous les ans.  La leçon à tirer est de cesser de faire une simple plantation, elles nécessitent aussi de l’entretien continu. Il faut de l’engagement pour éviter de faire peine perdu dans la reforestation de notre chère partie. Beaucoup plantent des pépinières sauvagement sans respecter le strict minimum de technique de plantation. Nous devrons faire maintenant ce qu’on appelle un reboisement responsable et mobilisation de l’Etat et de la population autochtone. C’est la responsabilité de tout le monde pas seulement de l’Etat ni des agents du ministère qui ne sont pas suffisants dans la gestion de 8 millions d’hectares de forêt restant dans notre pays », renchérit le ministre Baomiavotse.

Le reboisement est un investissement. Le charbon reste un immense blocage pour la reforestation. L’Etat a déjà avancé des alternatives, comme la réduction du TVA des butanes et du gaz pour que plus de personnes jouissent de cette énergie dans leurs foyers. Lors d’un symposium avec les jeunes chercheur malagasy, 89 nouvelles sources d’énergie ont été mises à jour, comme les briquettes de charbon, ou briques de charbon en bambou. Le manque de financement empêche toutefois nos jeunes de faire une mise à l’échelle de leur production. La demande des foyers malagasy reste ainsi non satisfaite. « Nous devons aussi augmenter les zones de concession destinées à répondre à notre besoin en bois ou en chauffage comme fait Fanalamanga partout dans l’île », avance le ministre de tutelle dans une interview.

En outre, le MEED  a mis en place dans ses objectifs la multiplication du reboisement urbain à travers des étroites collaborations avec plusieurs Communes à Madagascar. La plantation des arbres ainsi que l’aménagement de jardins dans les zones avec le plus de trafic en ville sont également privilégiés.

E.F.

Fil infos

  • Agression meurtrière - Le tueur cache le corps sous des cosses de riz
  • Liaison aérienne Afrique du Sud - Madagascar - Airlink s'impatiente
  • Grève au MAE - Les syndicats désavouent les propos du ministre
  • Hausse des prix du carburant - âpres négociations Etat–Compagnies pétrolières
  • Association de malfaiteurs - Ninie Donia et ses co-accusés condamnés
  • Les actus en bref
  • Disparition de 36 kg d’or et 64.000 litres de gasoil - Des "magiciens" à Madagascar !
  • Lutte antiacridienne - Un pesticide controversé utilisé à Madagascar
  • Face-à-face entre les députés et le Gouvernement - La JIRAMA sous le feu des critiques !
  • Ministère des Affaires étrangères - Les grévistes veulent changer d’interlocuteur

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Psychose prématurée !
    Panique avant terme ! Depuis un certain temps, l’ombre d’une éventuelle augmentation des prix à la pompe pèse lourdement. Avant que les autorités compétentes, de concert avec les patrons des Compagnies pétrolières, n’annoncent les nouveaux prix la panique des flambées de prix des carburants envahissent déjà les esprits. Les stations-service sont prises d’assaut. Un réflexe très dangereux dans la mesure où il risque d’épuiser avant terme les réserves et d’un. Il portera atteinte aussi et surtout au calcul de projection à la gestion des stocks. Il faussera certainement l’enjeu. Le directeur général de l’Office malgache des hydrocarbures (OMH) a dû prendre la mesure sévère à savoir interdire le stock de carburant. La hantise de l’inflation empoisonne avant coup ! Jusqu’à hier, jeudi 30 juin, les dirigeants au sommet de l’Etat et les décideurs des compagnies pétrolières n’étaient pas encore parvenus à s’entendre sur les nouveaux prix. Evidemment, il s’agit d’un…

A bout portant

AutoDiff