Publié dans Société

Meurtre à Ivandry - Le suspect français placé sous MD à Tsiafahy

Publié le vendredi, 21 janvier 2022

Comme l'on s'y attendait, Loïc Large, ce patron d'entreprise français soupçonné du meurtre de Junot Ramananarivo, a finalement rejoint le chemin de la prison, précisément celle de Tsiafahy, après son déferrement au Parquet d'Anosy, hier. Vers 15h, le juge d'instruction, après l'avoir auditionné, a donc ficelé son sort. Pendant son déferrement où rien n'a filtré, l'accusé était assisté de son conseil.   

Un meurtre avec préméditation serait le principal chef d'accusation. Mais l'homme serait également trempé dans une histoire de chèque sans provision. Un acte prémédité car, le dimanche 16 janvier dernier, lorsque la négociation a mal tourné entre les deux hommes. Le suspect a eu mailles à partir avec l'entrepreneur malagasy à propos d'une histoire de dettes avec un montant de 300 millions d'ariary qu'il devait notamment à ce dernier. 

Dès le lendemain même des faits, le ministre de la Justice, Imbiki Herilaza, s'est exprimé sur l'affaire. Il a confirmé l'accusation sinon le caractère prémédité de l'acte du Français : “A l'HOMI, les médecins ont terminé l'autopsie qui a prouvé que le décès de la victime avait été occasionné par une agression faite à l'aide d'un couteau. Junot Ramananarivo fut mortellement touché dans ses organes vitaux”, a déclaré alors le ministre devant la presse.

Ainsi donc s'est dénoué cette affaire, du moins en attendant le jugement de l'accusé. Cependant, aucune date n'a été encore fixée pour le procès. D'autant plus que le tribunal est encore en pleine période de vacances judiciaires. 

Mais revenons brièvement aux faits. Le garde du corps de Junot raconte en détail les derniers moments de ce dernier et lors de son rendez-vous avec le Français près de Pullman à Ivandry. Le bodyguard relate les circonstances du drame. 5 ou 50 minutes après, je l'ai entendu hurler et m'appeler à son secours. Lorsque je l'ai vu, Junot était déjà tout en sang, presque sur l'ensemble du corps. C'était seulement là qu'il m'a dit qu'il s'agit de Loïc ! J'ai vu qu'un morceau de métal était resté planté dans son plexus. J'ai dégainé mon arme de service. Pendant cela, le malheureux s'effondrait sur le dos, la tête en premier, tout en retirant vivement l'objet tranchant de sa plaie alors que je lui ai conseillé de ne pas le faire”, renchérit notre interlocuteur.

Pendant que la victime a agonisé, le suspect français a été arrêté par le garde du corps de Junot. 

Franck R.

Fil infos

  • Accident de minibus à Marovoalavo - Dix personnes décédées
  • Président Andry Rajoelina - « Madagascar n’est pas un pays en crise »
  • Crimes à Kelilalina - Trois enfants tués à coups de hache
  • Massacre à Ankazobe - 6 personnes placées sous MD
  • Tarif optima business - Les grands consommateurs grincent les dents
  • Trafic de drogue - Un dealer cache ses héroïnes sur son bébé
  • Incendie criminel à Ankazobe - Les arrestations se suivent
  • Union européenne - Giovanni Di Girolamo élevé au rang de Commandeur de l’Ordre national
  • Une attaque sur fond de vengeance !
  • Incendie criminel à Ankazobe - Quatre membres de la bande éliminés

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • 10 août, une aubaine… 
    Le pays rendra hommage aux victimes de la tuerie de Mandrimena (Andoharanofotsy) demain. En effet, le 10 août 1991, des dizaines voire des centaines, certains avancent même des milliers de concitoyens, ont été abattus de sang-froid par des éléments de la Garde présidentielle, à l’époque de l’Amiral Didier Ratsiraka, sur le terrain vague de Mandrimena, entre Andoharanofotsy et Iavoloha.Les dirigeants de la lutte populaire issus du « Hery velona Rasalama » conduits par feus Zafy Albert et Andriamanjato Richard décidèrent sur la place du 13 Mai, ce 10 août 1991, d’aller avec des milliers de manifestants rejoindre le Palais d’Iavoloha pour entamer une concertation directe avec le maitre des lieux à savoir Didier Ratsiraka, Président de la République démocratique, et ce afin de dénouer la crise qui a trop duré dans le cadre d’un dialogue direct. Seulement, l’affaire a mal tourné. Les éléments d’élite de la GRP, survolant par hélico,…

A bout portant

AutoDiff