Publié dans Société

Meurtre à Ivandry - Le suspect français placé sous MD à Tsiafahy

Publié le vendredi, 21 janvier 2022

Comme l'on s'y attendait, Loïc Large, ce patron d'entreprise français soupçonné du meurtre de Junot Ramananarivo, a finalement rejoint le chemin de la prison, précisément celle de Tsiafahy, après son déferrement au Parquet d'Anosy, hier. Vers 15h, le juge d'instruction, après l'avoir auditionné, a donc ficelé son sort. Pendant son déferrement où rien n'a filtré, l'accusé était assisté de son conseil.   

Un meurtre avec préméditation serait le principal chef d'accusation. Mais l'homme serait également trempé dans une histoire de chèque sans provision. Un acte prémédité car, le dimanche 16 janvier dernier, lorsque la négociation a mal tourné entre les deux hommes. Le suspect a eu mailles à partir avec l'entrepreneur malagasy à propos d'une histoire de dettes avec un montant de 300 millions d'ariary qu'il devait notamment à ce dernier. 

Dès le lendemain même des faits, le ministre de la Justice, Imbiki Herilaza, s'est exprimé sur l'affaire. Il a confirmé l'accusation sinon le caractère prémédité de l'acte du Français : “A l'HOMI, les médecins ont terminé l'autopsie qui a prouvé que le décès de la victime avait été occasionné par une agression faite à l'aide d'un couteau. Junot Ramananarivo fut mortellement touché dans ses organes vitaux”, a déclaré alors le ministre devant la presse.

Ainsi donc s'est dénoué cette affaire, du moins en attendant le jugement de l'accusé. Cependant, aucune date n'a été encore fixée pour le procès. D'autant plus que le tribunal est encore en pleine période de vacances judiciaires. 

Mais revenons brièvement aux faits. Le garde du corps de Junot raconte en détail les derniers moments de ce dernier et lors de son rendez-vous avec le Français près de Pullman à Ivandry. Le bodyguard relate les circonstances du drame. 5 ou 50 minutes après, je l'ai entendu hurler et m'appeler à son secours. Lorsque je l'ai vu, Junot était déjà tout en sang, presque sur l'ensemble du corps. C'était seulement là qu'il m'a dit qu'il s'agit de Loïc ! J'ai vu qu'un morceau de métal était resté planté dans son plexus. J'ai dégainé mon arme de service. Pendant cela, le malheureux s'effondrait sur le dos, la tête en premier, tout en retirant vivement l'objet tranchant de sa plaie alors que je lui ai conseillé de ne pas le faire”, renchérit notre interlocuteur.

Pendant que la victime a agonisé, le suspect français a été arrêté par le garde du corps de Junot. 

Franck R.

Fil infos

  • Agression meurtrière - Le tueur cache le corps sous des cosses de riz
  • Liaison aérienne Afrique du Sud - Madagascar - Airlink s'impatiente
  • Grève au MAE - Les syndicats désavouent les propos du ministre
  • Hausse des prix du carburant - âpres négociations Etat–Compagnies pétrolières
  • Association de malfaiteurs - Ninie Donia et ses co-accusés condamnés
  • Les actus en bref
  • Disparition de 36 kg d’or et 64.000 litres de gasoil - Des "magiciens" à Madagascar !
  • Lutte antiacridienne - Un pesticide controversé utilisé à Madagascar
  • Face-à-face entre les députés et le Gouvernement - La JIRAMA sous le feu des critiques !
  • Ministère des Affaires étrangères - Les grévistes veulent changer d’interlocuteur

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Psychose prématurée !
    Panique avant terme ! Depuis un certain temps, l’ombre d’une éventuelle augmentation des prix à la pompe pèse lourdement. Avant que les autorités compétentes, de concert avec les patrons des Compagnies pétrolières, n’annoncent les nouveaux prix la panique des flambées de prix des carburants envahissent déjà les esprits. Les stations-service sont prises d’assaut. Un réflexe très dangereux dans la mesure où il risque d’épuiser avant terme les réserves et d’un. Il portera atteinte aussi et surtout au calcul de projection à la gestion des stocks. Il faussera certainement l’enjeu. Le directeur général de l’Office malgache des hydrocarbures (OMH) a dû prendre la mesure sévère à savoir interdire le stock de carburant. La hantise de l’inflation empoisonne avant coup ! Jusqu’à hier, jeudi 30 juin, les dirigeants au sommet de l’Etat et les décideurs des compagnies pétrolières n’étaient pas encore parvenus à s’entendre sur les nouveaux prix. Evidemment, il s’agit d’un…

A bout portant

AutoDiff