Publié dans Société

Vol de matériels du projet présidentiel - Le receleur curieusement libre

Publié le vendredi, 04 mars 2022

Après deux jours d’audition des dix suspects dans l’affaire concernant le vol de plus de six tonnes de granules de caoutchouc au Parquet du tribunal de 1ère instance d’Anosy, le résultat de leur déferrement a été finalement communiqué, hier. Ce matériel est prévu à la construction de terrains synthétiques à la fois à Moramanga et à Ambatondrazaka, dans le cadre justement d’un projet présidentiel.

Mais à la surprise générale, découlant du déferrement, le prénommé J., présumé acheteur et receleur dans l’affaire figure parmi les sept accusés ayant bénéficié d’un traitement plus atténuant car placés sous contrôle judiciaire, c’est-à-dire libres, du moins provisoirement. « Seulement, les sept concernés doivent se présenter systématiquement au juge d’instruction, cabinet n°6, tous les lundis », explique davantage le commandant de compagnie de Gendarmerie Imerina centrale et non moins artisan de ce vaste coup de filet, en l’occurrence le capitaine Safidiniavo Toky Andriambeloniaina. Mais revoyons à la loupe le cas de J., le receleur supposé lequel la mise en liberté provisoire ne cesse de susciter à la fois l’étonnement général et la curiosité. Car ce n’est pas les preuves à charge qui manquent. Tout d’abord, une partie du matériel détourné, soit les 2,45 tonnes de ces granulés ont été bel et bien trouvés chez le concerné, lors d’une récente perquisition de sa maison par les gendarmes à Ambohitrimanjaka. De plus, il a affirmé avoir acheté les matériels en question à hauteur de 600 000 ariary la tonne avec un frais de transport de 300 000 ariary, du moins pour leur transit jusque dans la Capitale. Il a également reconnu son ambition de vouloir construire un terrain synthétique à Ambohitrimanjaka, au cours de son interrogatoire. De fait, l’on ne peut donc s’empêcher de s’interroger pourquoi le concerné n’a été nullement inquiété alors qu’il s’agit d’un crime flagrant associé à une complicité de vol, constate un observateur. Enfin, il est clair que c’est J. qui a fait la commande des granules, sans présentation d’aucune facture d’achat. 

A l’instar de J. bien sûr, les deux autres accusés -ayant été placés sous contrôle judiciaire- sont les conducteurs des véhicules fourgons servant au transport des objets volés. Enfin, les quatre restant sont à la fois composés des employés de l’entreprise Fanomezana, des manutentionnaires mais aussi des gardiens du terrain à Ambatondrazaka.

Trois accusés condamnés

 En attendant, ce sont trois autres accusés sur les dix impliqués qui paient les pots cassés. A l’issue du déferrement d’hier, les premiers ont été alors placés sous mandat de dépôt à Antanimora. Il s’agit respectivement d’un ingénieur de chantier de 52 ans du terrain d’Ambatondrazaka où 4 tonnes de granulés de caoutchouc ont été volées, mais aussi d’un chef de chantier du terrain de Moramanga où 2, 45 tonnes ont été saisies par la Gendarmerie. Enfin, d’un démarcheur et convoyeur de granules de caoutchouc volés. 

Comme nous l’avons rapporté plus haut, une partie de ces granules ont été donc volés au « Kianja manara-penitra » ou stade de Moramanga.

 Là, c’est le chef de chantier en cause qui est taxé d’avoir fait évacuer clandestinement de ce stade tous ces matériels en question. Et c’était également dans ces circonstances que l’un des suspects potentiels, un homme de 40 ans domicilié à Mandialaza-Ankadifotsy, fut arrêté à Manjakandriana lors de la tentative de la bande d’acheminer les granulés de caoutchouc volés vers la Capitale, le 1er mars dernier. L’homme est également soupçonné d’avoir commandité les deux convoyeurs impliqués dans l’affaire.

Dans la distribution des rôles, c’est le chef de chantier du stade « manara-penitra » de Moramanga qui a bénéficié de la complicité de l’ingénieur de chantier du stade d’Ambatondrazaka. Grosso modo, ces derniers, qui travaillent au sein de la société Fanomezana, qui auraient tout orchestré. Enfin, un autre larron a été interpellé alors qu’il était sur le chemin le conduisant à Antananarivo, via Toamasina, et ce, grâce à un avis de recherche émis par la compagnie d’Imerina centrale et surtout un échange de renseignements avec celle de Toamasina.

Fil infos

  • Maharante Jean de Dieu - Un présumé auteur de détournement accueilli comme un VIP
  • Massacre à Iabohazo-Farafangana - Le chef de bande éliminé
  • Tanamasoandro-Tsimahabeomby - L’abattoir aux normes inauguré
  • Circulation dans la Capitale - 16 cas d’accidents mortels en un mois
  • Série de kidnappings - L’Alaotra-Mangoro toujours sur le qui-vive
  • Développement local - Descente du Premier ministre dans l’Atsimo-Atsinanana
  • 3e décennie du développement de l’industrie en Afrique - Le Président Rajoelina adoubé par l’ONUDI
  • Massacre à Farafangana  - 7 enfants tués à coups de couteau
  • Massacre à Ankazobe - Elimination d’un présumé meurtrier dangereux
  • Projet « cuisson propre et reboisement » - Andry Rajoelina et Abdulhamid Alkhaifa sur la même longueur d’onde
Pub droite 1

Editorial

  • Paradis des faux prophètes !
    La Grande île serait-elle l’endroit idéal pour l’épanouissement des activités des charlatans religieux ? En réalité, l’Afrique francophone et anglophone confondue est le dépotoir des faux prophètes !Un confrère titrait un jour son Edito « Les faux prophètes pullulent dans les rues ». Effectivement, le pays grouille d’escrocs qui s’autoproclament pasteurs et qui s’enrichissent sur le dos pauvres gens. Ce jeune vendeur d’appareils de sonorisation d’occasion dans les Arcades, au début des années 90, qui devient par magie pasteur. Trente ans après, il se trouve à la tête d’une puissante église nommée « Apokalypsy ». Mailhol André Christian Dieudonné, car il s’agit de lui, membre d’un nébuleux groupe « Eksodosy », ex- fidèle de l’église adventiste qui, par la suite, se dit prophète continue d’embobiner des milliers de fidèles malgré le ratage de sa prophétie annonçant qu’il sera Président de la République, selon la volonté divine, en 2013. Sa communauté…

A bout portant

AutoDiff