Publié dans Société

Neutralisation de bandits et accrochage à Anjozorobe - Les assaillants utilisent des munitions volées d'une caserne

Publié le mercredi, 11 mai 2022

Entre le 9 et le 10 mai derniers, les opérations menées par la Gendarmerie et visant à réprimer le gangstérisme à Anjozorobe ont porté leurs fruits. En observant à la loupe les faits plus récents, qui datent du 10 mai dernier, ils se traduisaient par un accrochage avec des dahalo puis se sont soldés par la neutralisation d'un malfaiteur répondant au nom de Herizo (24 ans), réputé dangereux et doublé d’un récidiviste en matière de vol. Les circonstances de cette élimination se sont déroulées vers 22h 30 au “kizo” ou passage obligé sis entre Antampon'ny Tsimahabeomby et Ambohitrandriana, route menant au village d'Anosimanarivo, Commune rurale d’Ambatomanoina, District d’Anjozorobe II.

Selon toujours la Gendarmerie, Herizo a alors succombé sur le coup tandis que ses 2 complices ont pu prendre la fuite, emmenant avec eux des fusils MAS 36. Après l'élimination de Herizo, un fusil de fabrication artisanale a été récupéré sur le lieu d'accrochage. Cette arme fonctionne correctement avec des munitions de fusil MAS 36. De même, 5 munitions de 7,5 mm ont été récupérées lors du ratissage de la zone.

Une source auprès de la compagnie de gendarmerie de l'Imerina centrale précise que les quatre munitions récupérées sur le théâtre de l'affrontement, et avec lesquelles se sont servis les assaillants, sont celles de dotation du poste avancé d'Antanetibe Anativolo, ce dernier dépendant de la Brigade Ambatomanoina. Des malfaiteurs ont volé ces cartouches à la caserne du poste avancé d'Antanetibe Anativolo, lors de l'émeute du 30 septembre de l’année dernière.

Revenons sur les faits. Nantis de renseignements de source sûre sur le passage dans le village d'Anosimanarivo de 3 dahalo voleurs de bœufs, recherchés depuis plusieurs mois, notamment Herizo, 5 gendarmes de la Brigade d'Ambatomanoina ont été dépêchés sur les lieux pour traquer ces malfaiteurs. Après une course-poursuite, un accrochage a eu lieu entre les malfaiteurs et les gendarmes dans ce « kizo ». A l'issue de ce heurt, l'on n'a déploré aucun mort ni blessé, côté Gendarmerie.

La Gendarmerie dresse un sinistre tableau des méfaits de Herizo et de sa bande. Ces derniers seraient les auteurs de plusieurs actes de banditisme et de vols de bœufs dans le District d'Anjozorobe. Et ce depuis des années. En août 2020, Herizo a déjà écopé 13 mois d'emprisonnement ferme à Antanimora suite à une arrestation en flagrance pour vol des bœufs dans la Commune de Betatao. Juste après sa libération en septembre 2021, il a perpétré un vol de bœufs au village de Tsimahabetany, Commune rurale de Beronono. En novembre 2021, sa bande a commis un vol de bœufs au village d'Ambohimiadana, Commune rurale d'Ambohibary Vohilena. En décembre 2021, ils ont de nouveau razzié un troupeau dans le village d'Ambatoaponga, Commune rurale d'Ambohimirary et dans celui d'Ambodimanga à Ambatomanoina. Enfin, en avril 2022, Herizo et sa clique ont également perpétré un vol de bœufs au village de Fierenana, toujours dans la Commune de Beronono.

F.R

 

Fil infos

  • Accident de minibus à Marovoalavo - Dix personnes décédées
  • Président Andry Rajoelina - « Madagascar n’est pas un pays en crise »
  • Crimes à Kelilalina - Trois enfants tués à coups de hache
  • Massacre à Ankazobe - 6 personnes placées sous MD
  • Tarif optima business - Les grands consommateurs grincent les dents
  • Trafic de drogue - Un dealer cache ses héroïnes sur son bébé
  • Incendie criminel à Ankazobe - Les arrestations se suivent
  • Union européenne - Giovanni Di Girolamo élevé au rang de Commandeur de l’Ordre national
  • Une attaque sur fond de vengeance !
  • Incendie criminel à Ankazobe - Quatre membres de la bande éliminés

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • 10 août, une aubaine… 
    Le pays rendra hommage aux victimes de la tuerie de Mandrimena (Andoharanofotsy) demain. En effet, le 10 août 1991, des dizaines voire des centaines, certains avancent même des milliers de concitoyens, ont été abattus de sang-froid par des éléments de la Garde présidentielle, à l’époque de l’Amiral Didier Ratsiraka, sur le terrain vague de Mandrimena, entre Andoharanofotsy et Iavoloha.Les dirigeants de la lutte populaire issus du « Hery velona Rasalama » conduits par feus Zafy Albert et Andriamanjato Richard décidèrent sur la place du 13 Mai, ce 10 août 1991, d’aller avec des milliers de manifestants rejoindre le Palais d’Iavoloha pour entamer une concertation directe avec le maitre des lieux à savoir Didier Ratsiraka, Président de la République démocratique, et ce afin de dénouer la crise qui a trop duré dans le cadre d’un dialogue direct. Seulement, l’affaire a mal tourné. Les éléments d’élite de la GRP, survolant par hélico,…

A bout portant

AutoDiff