Publié dans Société

Reforestation - Avancées positives dans l’Atsimo-Andrefana

Publié le mercredi, 17 août 2022


373 149 Ha de surfaces forestières détruites en 5 ans. La couverture forestière dans la Région Atsimo-Andrefana est passée de 1 342 748 Ha en 2017 à 969 599 Ha en 2021, soit un taux de dégradation de 27,8%. De plus, cette Région du Sud enregistre le plus de cas d’incendies et feux de forêts à Madagascar. Cette situation s’explique non seulement par l’insécurité grandissante mais aussi l’extension des zones cultivables à travers la culture sur brûlis. A cela s’ajoutent l’exploitation abusive des ressources minières et celles forestières ainsi que d’autres raisons socioéconomiques. Toutefois, l’Atsimo-Andrefana note des avancées positives en matière de reforestation. « 76% des objectifs de reboisement sont actuellement atteints dans l’Atsimo-Andrefana. L’on a pu couvrir 2091 Ha de surfaces sur les 2722 Ha fixés dans l’objectif », rapporte Marie- Orléa Vina, ministre de l’Environnement et du Développement durable (MEDD). D’un autre côté, la Région note une baisse considérable des points de feu, passant de 3409 en 2021 contre 699 cette année. « La stratégie mise en œuvre par l’Organe mixte de conception (OMC), conduite par la Préfecture, porte ses fruits », se réjouit la ministre de tutelle. La reforestation fait partie des activités entreprises dans le cadre de la lutte contre le changement climatique et la dégradation des ressources naturelles. 
Embellissement de l’avenue Antaninarenina Toliara
75 000 Ha de surfaces à couvrir chaque année. Tel est le défi lancé par l’Etat malagasy à travers le MEDD pour un Madagascar plus vert. Les activités, pour ce faire, couvrent à la fois la reforestation des zones forestières et les sites de mangroves ainsi que le reboisement entrepris en ville. Ce dernier vise à embellir des localités en milieu urbain, pouvant attirer l’attention des touristes, et en créer des espaces verts soucieux de l’environnement. L’avenue d’Antaninarenina à Toliara vient d’accueillir ce genre de reboisement, mardi dernier, en présence du numéro un du MEDD ainsi que du ministre de la Défense nationale, le Général Richard Rakotonirina. En effet, 80 jeunes plants décoratifs, composés de flamboyant géant, de flamboyant nain, de mantaly, d’acacia et de filao ont été mis en terre à l’occasion. « Après cette plantation, le suivi et l’entretien des arbustes s’avèrent indispensables pour assurer la réussite de ce reboisement. Les jeunes plants ont besoin d’être protégés, notamment face aux risques d’être consommé par les bétails ou encore les vols et feux », déclare la ministre de tutelle. Pour sa part, le maire de la Commune urbaine de Toliara n’a pas manqué d’exprimer sa reconnaissance pour cette initiative d’embellissement de la ville du Soleil. Le premier magistrat de cette ville a également promis de veiller aux activités de suivi et d’entretien des arbustes. Notons que l’extension de ce genre d’activité dans toutes les grandes villes figurent parmi les perspectives du MEDD, afin de renforcer la reforestation et d’atteindre le Velirano n°10 y afférent.
Recueillis par Patricia Ramavonirina



Fil infos

  • Assemblée nationale - Une législature folklorique
  • Cementis Antsirabe - Vers une production annuelle d’un million de tonnes de ciment
  • Transport aérien - Madagascar Airlines renforce sa flotte avec un Embraer neuf 
  • Douane - Les trafics de matières nucléaires à la loupe
  • Ministre Tinoka Roberto - De l’huile sur le feu de la déception
  • Christine Razanamahasoa - Coup de couteau dans le dos de Rajoelina
  • Développement - « Madagascar peut dépasser ses voisins africains » selon la Banque mondiale
  • Forfait de Madagascar aux jeux de la CJSOI - Que les responsables soient sanctionnés !
  • Hajo Andrianainarivelo - «  L'une des mesures phares pour Madagascar, c'est d'établir une bonne gouvernance ! »
  • Drogue dure - La méthamphétamine s'achète à 150 000 ariary le gramme

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Quid du sort de l’environnement !
    Le pays se dégrade. Un constat amer pour tout citoyen jaloux de l’avenir de la Nation. A en croire l’article dûment élaboré par notre confrère tout récemment « Destruction de l’environnement » (vendredi 2 décembre), la machine environnementale de la Grande île tourne à la vitesse marche arrière. Un article qui se doit vivement d’interpeller tous les acteurs de développement du pays dont entre autres les autorités publiques, les élus, la Société civile, les mouvements associatifs, les lanceurs d’information, les simples citoyens, la communauté de base, etc.

A bout portant

AutoDiff