Publié dans Société

Métier d’enseignant - « Nous devons dépasser les simples remerciements à la profession »

Publié le mardi, 04 octobre 2022

Le métier d’enseignant n’a cessé de régresser à Madagascar, entrainant la médiocrité de la qualité de l’éducation. Actuellement, un maître d’école ne veut plus rien dire si autrefois, il représentait la connaissance et était porteur de développement pour tout un village. Juges, policiers, militaires sont les métiers mis en avant alors que ces fonctions sont superflues avec une éducation de base solide prônant la discipline et le respect de la propriété d’autrui. 

 

Un simple merci n’est plus suffisant. Durant le sommet de l’éducation qui s’est tenu dernièrement à New York (Etats-Unis), il a été dit qu’« il faut faire confiance et soutenir les enseignants pour que l’enseignement public de qualité devienne une réalité pour tous les élèves ». Mais cela devrait se traduire en actes au sein des différents pays et impacter directement les enseignants et non profiter, une fois de plus, aux politiques. « Pour réellement célébrer la Journée mondiale des enseignantes et enseignants, nous devons dépasser les simples remerciements à la profession. Nous devons investir dans des systèmes d’enseignement public de qualité. Nous appelons les Gouvernements partout dans le monde à investir dans les enseignantes et enseignants, à garantir les droits du travail et les bonnes conditions de travail », a indiqué le secrétaire général de l’International Education, David Edwards. 

Depuis des années, la stratégie des maîtres FRAM est devenue comme la norme. Les caisses sont vides et la rémunération des professeurs par les parents d’élèves eux-mêmes a été choisie pour remédier à ce problème. Au début, l’initiative était louable dans un désir de donner les meilleurs aux enfants qui n’ont pas d’enseignants dans les zones reculées et loin de tout. Mais cela a finalement conduit à la situation actuelle puisque cette solution a été choisie comme la base même de notre système éducatif, en allant jusqu’au recrutement de ces maîtres Fram en tant que fonctionnaires de l’Etat alors qu’ils étaient prévus pour combler momentanément un vide dans l’éducation. 

La situation s’explique aussi par le fait que les sortants des écoles normales et des centres de formation n’arrivent pas à s’occuper de toutes les écoles du pays. Les maîtres FRAM dans les localités enclavées n’ont jamais eu accès à des formations adéquates. Ce sont les mêmes têtes qui reçoivent les formations et que celles-ci s’arrêtent pour la plupart au niveau des Districts. Il est logique que les résultats des examens officiels stagnent chaque année car c’est au niveau même des apports qualitatifs que l’on ne constate aucune amélioration. Certes, ces apports baissent ou gagnent un peu en pourcentage, mais il n’y a jamais eu un grand bond en avant.

Il faut donc aller jusque dans les méandres de l’éducation, partir dans la cambrousse à la rencontre des « véritables enseignants de base ». Ce n’est pas la volonté qui manque, ni la motivation. Comment peut-on dire que ces gens-là sont des fainéants alors que la majorité d’entre eux passent leur vie à transmettre le peu qu’ils possèdent ? Ils ont juste besoin qu’on les aide dans leur tâche en leur prodiguant les formations nécessaires, mais aussi leur dû au niveau pécuniaire. Avec l’inscription des salaires des enseignants au budget général, qui dérange beaucoup de gens d’ailleurs, ils peuvent au moins subir des retards réguliers dans la perception de leur salaire. Cela reste quand même insuffisant. Il faut aussi que les équipements, les matériels et les livres arrivent à bon port et ne fassent plus l’objet de détournement, un art dans lequel on excelle.

Nikki Razafy

Fil infos

  • Assemblée nationale - Une législature folklorique
  • Cementis Antsirabe - Vers une production annuelle d’un million de tonnes de ciment
  • Transport aérien - Madagascar Airlines renforce sa flotte avec un Embraer neuf 
  • Douane - Les trafics de matières nucléaires à la loupe
  • Ministre Tinoka Roberto - De l’huile sur le feu de la déception
  • Christine Razanamahasoa - Coup de couteau dans le dos de Rajoelina
  • Développement - « Madagascar peut dépasser ses voisins africains » selon la Banque mondiale
  • Forfait de Madagascar aux jeux de la CJSOI - Que les responsables soient sanctionnés !
  • Hajo Andrianainarivelo - «  L'une des mesures phares pour Madagascar, c'est d'établir une bonne gouvernance ! »
  • Drogue dure - La méthamphétamine s'achète à 150 000 ariary le gramme

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Quid du sort de l’environnement !
    Le pays se dégrade. Un constat amer pour tout citoyen jaloux de l’avenir de la Nation. A en croire l’article dûment élaboré par notre confrère tout récemment « Destruction de l’environnement » (vendredi 2 décembre), la machine environnementale de la Grande île tourne à la vitesse marche arrière. Un article qui se doit vivement d’interpeller tous les acteurs de développement du pays dont entre autres les autorités publiques, les élus, la Société civile, les mouvements associatifs, les lanceurs d’information, les simples citoyens, la communauté de base, etc.

A bout portant

AutoDiff