Publié dans Société

Contrebande de carburant à Antsiranana - Le pipeline d’une société éventré par les trafiquants

Publié le mardi, 04 octobre 2022

Actuellement, deux femmes répondant respectivement aux noms de R.D. et T.MF domiciliées à Mangarivotra, secteur 2 du centre-ville d’Antsiranana, ont été arrêtées par la Gendarmerie, le week-end dernier. En cause, ces femmes figurent parmi ceux qui sont soupçonnés d’avoir stockés clandestinement du combustible volé chez eux. Par ailleurs, d’autres suspects impliqués dans cette même affaire sont encore activement recherchés. Tout a démarré par les plaintes, et ce, instruites plusieurs fois de suite par la « logistique pétrolière » du quartier de grand Pavois à Antsiranana, la société victime de ce détournement sinon cette contrebande de combustible. 

 

La compagnie territoriale de la Gendarmerie nationale d’Antsiranana a alors démarré une enquête, avec le résultat que l’on sait. D’autant plus que la coopération des riverains, du moins dans le domaine du renseignement, s’avérait payante. L’investigation que ladite compagnie de Gendarmerie a menée lui a alors permis de savoir le mode opératoire des trafiquants. Pour parvenir à leur funeste fin, ces derniers ont choisi la solution facile. Ils auraient puisé directement dans le pipeline de l’entreprise victime, en l’éventrant simplement. De son côté, la Gendarmerie a défini le phénomène comme étant du « piquage ». Effectivement, le point où les contrebandiers ont effectué l’opération a été localisé. Une fois qu’ils ont eu le combustible, le plus facile leur restait à faire : trouver des endroits pour le cacher et le stocker clandestinement. C’était à ce moment que des complices, c’est-à-dire certains habitants du secteur, étaient entrés dans la danse. La Gendarmerie soupçonne alors qu’ils seraient nombreux à stocker illicitement le combustible détourné chez eux. A preuve, l’arrestation de ces deux femmes. Ce coup de filet renforce le soupçon des enquêteurs comme quoi ces femmes n’étaient pas les seules à collaborer, si l’on peut l’exprimer ainsi, avec les contrebandiers. L’enquête se poursuit.

Alors que l’affaire de carburant frelaté, ayant conduit en prison des gérants de stations-service, cette fois-ci à Toamasina, semble s’atténuer d’un cran, voilà donc que le circuit du trafic a frappé de nouveau dans le Nord, en trouvant un autre moyen pas très catholique. Cependant, il reste à savoir si les deux aspects du trafic, observés à la fois à Antsiranana et à Toamasina, ont un lien ou non. 

Franck R.

Fil infos

  • Assemblée nationale - Une législature folklorique
  • Cementis Antsirabe - Vers une production annuelle d’un million de tonnes de ciment
  • Transport aérien - Madagascar Airlines renforce sa flotte avec un Embraer neuf 
  • Douane - Les trafics de matières nucléaires à la loupe
  • Ministre Tinoka Roberto - De l’huile sur le feu de la déception
  • Christine Razanamahasoa - Coup de couteau dans le dos de Rajoelina
  • Développement - « Madagascar peut dépasser ses voisins africains » selon la Banque mondiale
  • Forfait de Madagascar aux jeux de la CJSOI - Que les responsables soient sanctionnés !
  • Hajo Andrianainarivelo - «  L'une des mesures phares pour Madagascar, c'est d'établir une bonne gouvernance ! »
  • Drogue dure - La méthamphétamine s'achète à 150 000 ariary le gramme

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Quid du sort de l’environnement !
    Le pays se dégrade. Un constat amer pour tout citoyen jaloux de l’avenir de la Nation. A en croire l’article dûment élaboré par notre confrère tout récemment « Destruction de l’environnement » (vendredi 2 décembre), la machine environnementale de la Grande île tourne à la vitesse marche arrière. Un article qui se doit vivement d’interpeller tous les acteurs de développement du pays dont entre autres les autorités publiques, les élus, la Société civile, les mouvements associatifs, les lanceurs d’information, les simples citoyens, la communauté de base, etc.

A bout portant

AutoDiff