Publié dans Société

Période cyclonique - Plusieurs zones à risque d’effondrement dans la Capitale

Publié le lundi, 21 janvier 2019

Jusqu’à l’heure où nous écrivons cet article, onze personnes ont perdu la vie dans des circonstances tragiques, au cours du week-end. Un glissement de terrain a en effet entraîné, samedi soir, l’effondrement de plusieurs maisons à Tsimialonjafy, sur les hauteurs de la Capitale. Selon les informations recueillies, les infiltrations et le sol gorgé d’eau à cause des fortes pluies sont à l’origine de l’écroulement d’une maison, qui s’écrase à son tour sur trois autres, en contrebas. Des membres de familles ont payé de leur propre vie, des proches sont accablés par la disparition de leurs proches, mais surtout d’autres habitants des mêmes lieux sont anxieux de ce qui pourront leur arriver prochainement, étant donné que leurs maisons sont également menacées par l’effondrement. « Nous habitons ici depuis plusieurs années, nous n’avons pas d’autres chez-nous, ni d’autres endroits qui peuvent nous accueillir. Nous sommes conscients de ce qui pourra arriver mais nous n’avons pas de solution. L’état pourra-t-il nous donner un nouveau logement ? Il faudrait quand-même proposer des solutions avant de faire évacuer les familles vivant dans les zones à risques », confie une mère de famille vivant sur la Haute ville d’Antananarivo.


Solutions
Effectivement des solutions devront êtres proposés et cela ne devrait pas attendre. Et puisque plusieurs hauts responsables du gouvernement sont déjà venus sur place,  pour un premier point de situation, les propositions de solutions ne devront pas tarder. Par contre, avec ces pluies incessantes, et parce que plusieurs bâtisses datent de presque un siècle à Antananarivo, les risques d’éboulement sont partout. Ceux qui vivent dans les zones à risques d’effondrement devront au plus vite quitter les lieux étant donné que la pluie n’arrêtera pas de s’abattre dans la Capitale à cause du cyclone qui peut s’approcher à tout moment vers la Grande Ile. Ainsi, après l’effondrement de samedi, plusieurs endroits se situant sur la Haute ville de la Capitale sont également menacé par l’effondrement. Les habitants notamment de Ambohimitsimbina, Ankadilalana, Manjakamiadana, Fort Voyron, Ambohipotsy, Manjakamiadana (versant Ouest) ou encore Tunnel Ambanidia  et Ambohijatovo Avaratra devront être prudents et devront prendre au plus vite des décisions car ces zones sont classés zone rouges d’éboulement. « Si quitter leur domicile pourra empêcher d’autres drames se produire, qu’ils le fassent ! », appelle un citoyen sur facebook. Des responsabilités du Ministère des travaux publics devront être également prises notamment l’enlèvement des gros rochers pouvant causer des dégâts si possibles. A noter que parmi les solutions figure les mises en place d’un anti-éboulement par maille métallique.
Tahiana Andrianiaina

Fil infos

  • Corruption - 19 magistrats traduits en Conseil de discipline en 2020
  • Police nationale - Dotation de 550 nouveaux fusils
  • Campagne de vaccination anti-Covid-19 - Une dernière journée mouvementée
  • Fête nationale - Rappel à l'ordre nécessaire
  • Tanamasoandro - Les tracés débutent à Imerintsiatosika
  • Pont d’Ampasika - L’infrastructure menacée par l’extraction de sable
  • Examen du CEPE - Une évaluation finale avant la session officielle
  • Stade « Barea » - Le Président Andry Rajoelina réussit son pari !
  • Météo de la semaine - Température minimale à 3° Celsius pour les Hautes terres
  • Appui supplémentaire pour le Sud de Madagascar - Les Etats – Unis offrent 40 millions de dollars

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Consternation générale !
    L’Union européenne fait savoir par le biais de l’Ambassade de France qu’elle ne reconnait pas le vaccin Covishield. L’accès dans le territoire Schengen est formellement interdit à ceux ou celles qui présentent le passeport vaccinal portant le cachet Covishield. Seuls les vaccins Moderna, Pfizer, AstraZeneca et Johnson & Johnson sont accordés. Coup de bluff ou coup vache ? En tout cas, c’est la consternation générale ! Anxiété et inquiétude se mêlent dans les esprits. Madagasikara, l’un des pays ayant opté pour cet indésirable vaccin et qui vient d’achever la première phase, se trouve dans une situation d’embarras indescriptible. Evidemment, il faut s’attendre à une réaction sans détour de l’Etat malagasy. Il demande des explications à l’endroit de l’OMS et de l’UNICEF. Rappelons que Madagasikara s’inscrit dans l’initiative COVAX recommandée par les instances onusiennes ainsi que les partenaires européens. D’ailleurs, le choix a été fait en collaboration et sous la « …

A bout portant

AutoDiff