Publié dans Société

Lalatiana Rakotondrazafy - « Je ne suis que le capitaine, j’ai besoin de l’effort de tous pour avancer »

Publié le vendredi, 25 janvier 2019

Un Gouvernement misant sur la rapidité et l’efficacité. La cérémonie de passation de service entre la nouvelle ministre de la Communication et de la Culture, Lalatiana Rakotondrazafy Andriantongarivo et l’ancienne ministre de la Culture, de la Promotion de l’artisanat et de la Sauvegarde du patrimoine sortante, Johasy Eléonore, a été effectuée hier à la Bibliothèque municipale d’Anosy, également le siège du ministère de la Culture. Une transmission de pouvoir qui s’est déroulée dans le calme et sur une note positive puisque les deux ministres, avant tout des femmes malagasy, se sont fait preuve de respect et de fraternité notamment pendant leur discours respectif. 

Après la signature et l’échange des documents de passation, la ministre sortante a pris la parole et a souligné que c’était un vrai honneur pour elle d’avoir servi le pays en occupant pendant quelques mois seulement la place du ministre de la Culture. « J’étais satisfaite du travail que moi et toute mon équipe avions fait pendant ces quelques mois. Je n’aurais pas réussi à exercer ma fonction et à mener à bien les projets sans l’aide de mes collaborateurs. Actuellement, nous arrivons à un autre stade. Nous avons élu notre nouveau Président et avec cette nouvelle aventure, je pense que nous pouvons arriver encore plus loin et réussirons à promouvoir cette domaine que nous aimons tous : la Culture. Je tiens également à féliciter la nouvelle ministre pour sa nomination. Un devoir difficile l’attend, mais je pense qu’elle est déjà prête à relever le défi », confie la ministre sortante Johasy Eléonore durant son discours.

 

Développement

De son côté, la ministre Lalatiana Rakotondrazafy Andriantongarivo a annoncé son dévouement dans l’accomplissement de ses tâches, bien sûr aux côtés des professionnels dans le domaine. « La culture est pour moi une passion. Comme tout le monde, je pense qu’elle joue des rôles importants dans le développement d’un pays. Je pense qu’une Nation qui n’a pas sa propre culture et qui ne fait pas tout pour la promouvoir sera le plus pauvre pays du monde. Mon objectif, ainsi que tous ceux qui travaillent dans ce ministère, est de faire en sorte que la culture unisse tous les Malagasy. Parmi les grands projets qui débuteront très prochainement figure la mise en place d’une Académie nationale des arts et de la culture », confie la ministre de la Communication et la Culture. Elle a d’ailleurs ajouté que ce ne sont pas les talents malagasy qui manquent… Il manque juste leur accompagnement. « Nous allons construire ce centre pour les talents malagasy dont l’Etat lui-même assurera d’octroyer des bourses pour eux, et ce dans différentes disciplines. La danse, le théâtre, la musique, les arts plastiques, le cinéma et bien d’autres domaines seront à promouvoir », continue-t-elle. Par ailleurs, elle a voulu encourager toute son équipe pour le début des travaux et d’avoir des bons résultats d’ici peu. « Une coopération sincère, c’est ce je demande à tous. Je ne suis que le capitaine d’équipe. Mais ensemble, nous effectuerons avec succès nos devoirs  ». 

Tahiana Andrianiaina

Fil infos

  • Corruption - 19 magistrats traduits en Conseil de discipline en 2020
  • Police nationale - Dotation de 550 nouveaux fusils
  • Campagne de vaccination anti-Covid-19 - Une dernière journée mouvementée
  • Fête nationale - Rappel à l'ordre nécessaire
  • Tanamasoandro - Les tracés débutent à Imerintsiatosika
  • Pont d’Ampasika - L’infrastructure menacée par l’extraction de sable
  • Examen du CEPE - Une évaluation finale avant la session officielle
  • Stade « Barea » - Le Président Andry Rajoelina réussit son pari !
  • Météo de la semaine - Température minimale à 3° Celsius pour les Hautes terres
  • Appui supplémentaire pour le Sud de Madagascar - Les Etats – Unis offrent 40 millions de dollars

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Consternation générale !
    L’Union européenne fait savoir par le biais de l’Ambassade de France qu’elle ne reconnait pas le vaccin Covishield. L’accès dans le territoire Schengen est formellement interdit à ceux ou celles qui présentent le passeport vaccinal portant le cachet Covishield. Seuls les vaccins Moderna, Pfizer, AstraZeneca et Johnson & Johnson sont accordés. Coup de bluff ou coup vache ? En tout cas, c’est la consternation générale ! Anxiété et inquiétude se mêlent dans les esprits. Madagasikara, l’un des pays ayant opté pour cet indésirable vaccin et qui vient d’achever la première phase, se trouve dans une situation d’embarras indescriptible. Evidemment, il faut s’attendre à une réaction sans détour de l’Etat malagasy. Il demande des explications à l’endroit de l’OMS et de l’UNICEF. Rappelons que Madagasikara s’inscrit dans l’initiative COVAX recommandée par les instances onusiennes ainsi que les partenaires européens. D’ailleurs, le choix a été fait en collaboration et sous la « …

A bout portant

AutoDiff