Publié dans Société

Ampandrana Ankadivato - Un trentenaire émasculé, une passante violée

Publié le dimanche, 03 mars 2019

Une soudaine explosion d’insécurité meurtrière a endeuillé une petite famille résidant à Ampandrana Ouest le week-end dernier. Vers 8h du matin samedi 2 mars dernier, un père de famille de 32 ans devait  succomber à la suite d’une agression barbare. Son ou ses agresseurs l’avaient d’abord  chloroformé puis émasculé. Il avait été retrouvé en sang et la bouche encombrée d’un chiffon imbibé de ce produit dans les buissons (ala fatàka) d’un escalier mal famé situé  juste en amont de la résidence Orchidée (près de l’ex-Kyou) à Ampandrana-Ankadivato. “C’était une passante qui l’a retrouvé dans cet endroit-là. Il put lui encore dire son adresse et lui prier d’informer sa famille”, explique une source auprès des proches de la victime.

La somme de 1,2 million ariary qu’il avait sur lui avait été volée. Transporté à l’hôpital, le malheureux a finalement rendu l’âme quelques moments à peine après les ultimes tentatives des médecins pour le maintenir en vie. C’est  là que tout le mystère sur cette affaire réside. “Nous ne comprenons toujours pas  pourquoi il s’était rendu justement à cet endroit, qui n’était pas prévu dans son itinéraire”, s’alarme sa tante. En réalité, le trentenaire a envisagé de se rendre à Anosizato pour prendre le taxi-brousse, qui devait le transporter à Arivonimamo ce samedi matin-là. Il avait rendez-vous pour affaire, explique-t-on encore.

Toujours samedi, la Brigade criminelle Anosy était saisie de l’affaire. En attendant les tenants et les aboutissants de son enquête, ses proches ont un soupçon  sur les relations d’affaires de la victime. “Nous craignons que les assassins l’auraient attiré dans un piège pour l’éliminer afin de voler l’argent qu’il avait sur lui. Nous supposons que  la personne qui a fait ça aurait eu connaissance de son emploi du temps du samedi matin dernier et aurait lui demandé de venir dans ce secteur d’Ankadivato pour l’éliminer”, affirme notre interlocutrice. Le trentenaire qui faisait du business a laissé une veuve et deux fillettes.

Le lendemain au même endroit une autre agression semant le doute des riverains s’est produite. Une jeune femme, « modèle photo » de son état y était violée et poignardée. Au moment de son évacuation à l’hôpital, la victime respirait encore. Actuellement, on ne connait rien encore de son sort.

 Franck Roland

Fil infos

  • Meurtre d’un opérateur économique français - Le principal suspect extradé de Madagascar
  • AG des Nations unies - Renforcement des capacités pharmaceutiques de l’Afrique souhaité
  • 332 millions $ d’aide non remboursable du FMI - La plaidoirie de Rajoelina fait mouche
  • Membres du Gouvernement - La descente sur le terrain continue
  • Lu sur le Net - Madagascar, pays sans Covid et sans dictature vaccinale
  • Andry Rajoelina sur les îles Eparses - Appel à une veille « bienveillante et cohérente » des Nations unies
  • Acte de banditisme à Tsiazotafo - La propriétaire d’un magasin délestée d’1 million Ar
  • Assemblée générale des Nations unies - Le President Rajoelina rencontre le SG Antònio Guterres
  • Midongy- Atsimo - Quarante-cinq morts dans un affrontement
  • Assemblée générale des Nations Unies - Une première pour le Président élu Andry Rajoelina

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Projets délirants ?
    Fous ! Chimériques ! Utopiques ! Tels sont les termes signifiant comment les sceptiques voient les projets présidentiels. Des projets pharaoniques, impossibles disent les uns. Fruits de la rêverie d’un jeune visionnaire ironisent les autres. En effet, étant vu les capacités matérielles limitées de la Grande île, compte tenu des ravages de la pandémie et considérant les besoins nécessaires pour la relance économique, les concrétisations de grands projets dans un contexte pareil relèvent de la délire, un pari inaccessible ! Contre toute appréhension et en dépit des doutes, lesdits projets prennent forme l’un après l’autre. Du moins en phase d’être pour certains cas.Projet « Tanamasoandro » à Antananarivo et environs. Quand le roi Andrianjaka (1610-1630) investit la colline d’Analamanga en 1610 et fonda la « Cité des Mille » (guerriers) en chassant les Vazimba, la plaine d’en-bas (Plaine d’Antananarivo) n’était qu’un espace désert. Il a fallu le transformer en zone…

A bout portant

AutoDiff