Publié dans Société

Inscriptions aux examens officiels - Des responsables soutirent de l’argent aux écoles privées

Publié le mercredi, 03 avril 2019

Les inscriptions aux examens du Certificat d’études primaires élémentaires (CEPE), du Brevet  d’études  du premier cycle ( BEPC), du Certificat  d’aptitude à l’enseignement dans  les  écoles primaires  ( CAE/EP) et du Certificat  d’aptitude  pédagogique  dans les écoles  primaires  (CAP/EP) sont gratuites, d’après la décision du ministère en charge de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle. Bon nombre d’écoles privées ont déjà terminé l’inscription. Ils ont pris cette décision afin d’éviter les confusions de dernière minute. Pourtant, beaucoup d’établissements font face à des difficultés lors de la remise des fiches d’inscription au sein du Collège d’enseignement général concerné, notamment ceux en dehors de la Capitale. D’après le ministère de tutelle, aucun frais ne devra être exigé aux candidats. Pourtant, il y a encore des  responsables de ces écoles publiques qui soutirent une somme d’argent aux écoles privées. Selon leur explication, cette somme est demandée afin de payer les indemnités des membres du jury et d’autres dépenses. Il est à noter que c’est le ministère, lui-même, qui couvre toutes les dépenses avant, durant et après les examens du CEPE et du BEPC. Malgré la gratuité des inscriptions, des responsables malveillants ne ratent en aucun cas une occasion pour chercher leur intérêt personnel.


Pour l’examen du baccalauréat, les inscriptions ont débuté le 25 février dernier et ne prendront fin que le 30 avril prochain. Pour ce premier examen universitaire, les droits d’inscription sont maintenus à 15 000 ariary pour les candidats d’écoles, 50 000 ariary pour candidats libres et 100 000 ariary pour ceux de nationalité étrangère. Les frais d’inscription au BEP de l’enseignement technique sont de 3 000 ariary. En rappel, l’examen du CEPE  aura lieu le mardi 27 août 2019. Le concours d’entrée en 1ère année du Lycée technique se déroulera les 2 et 3 septembre 2019. Le concours du CFA aura lieu du 9 au 11 septembre 2019. Les épreuves du BEPC se dérouleront du lundi 9 au jeudi 12 septembre 2019. Les examens du BEP auront lieu du lundi 16 au jeudi 19 septembre 2019. Les examens du CAP, pour leur part, auront lieu du lundi 23 au jeudi 26 septembre 2019 et ceux du CAE/EP se tiendront le mardi 29 et le mercredi 30 octobre 2019. Le concours d’entrée en 1ère année du Centre de formation professionnelle (CFP) aura lieu le mercredi 6 et le jeudi 7 novembre 2019. Les examens du CAP/EP se tiendront le mardi 26 et le mercredi 27 novembre 2019. Et enfin, les examens du baccalauréat général et la première session du baccalauréat technique et technologique vont se dérouler du 30 septembre au 4 octobre 2019. La seconde session du bacc technique, quant à elle, sera prévue du 7 au 10 octobre prochain.
Recueillis par Anatra R.

Fil infos

  • Corruption - 19 magistrats traduits en Conseil de discipline en 2020
  • Police nationale - Dotation de 550 nouveaux fusils
  • Campagne de vaccination anti-Covid-19 - Une dernière journée mouvementée
  • Fête nationale - Rappel à l'ordre nécessaire
  • Tanamasoandro - Les tracés débutent à Imerintsiatosika
  • Pont d’Ampasika - L’infrastructure menacée par l’extraction de sable
  • Examen du CEPE - Une évaluation finale avant la session officielle
  • Stade « Barea » - Le Président Andry Rajoelina réussit son pari !
  • Météo de la semaine - Température minimale à 3° Celsius pour les Hautes terres
  • Appui supplémentaire pour le Sud de Madagascar - Les Etats – Unis offrent 40 millions de dollars

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Consternation générale !
    L’Union européenne fait savoir par le biais de l’Ambassade de France qu’elle ne reconnait pas le vaccin Covishield. L’accès dans le territoire Schengen est formellement interdit à ceux ou celles qui présentent le passeport vaccinal portant le cachet Covishield. Seuls les vaccins Moderna, Pfizer, AstraZeneca et Johnson & Johnson sont accordés. Coup de bluff ou coup vache ? En tout cas, c’est la consternation générale ! Anxiété et inquiétude se mêlent dans les esprits. Madagasikara, l’un des pays ayant opté pour cet indésirable vaccin et qui vient d’achever la première phase, se trouve dans une situation d’embarras indescriptible. Evidemment, il faut s’attendre à une réaction sans détour de l’Etat malagasy. Il demande des explications à l’endroit de l’OMS et de l’UNICEF. Rappelons que Madagasikara s’inscrit dans l’initiative COVAX recommandée par les instances onusiennes ainsi que les partenaires européens. D’ailleurs, le choix a été fait en collaboration et sous la « …

A bout portant

AutoDiff