Publié dans Société

Inscriptions aux examens officiels - Des responsables soutirent de l’argent aux écoles privées

Publié le mercredi, 03 avril 2019

Les inscriptions aux examens du Certificat d’études primaires élémentaires (CEPE), du Brevet  d’études  du premier cycle ( BEPC), du Certificat  d’aptitude à l’enseignement dans  les  écoles primaires  ( CAE/EP) et du Certificat  d’aptitude  pédagogique  dans les écoles  primaires  (CAP/EP) sont gratuites, d’après la décision du ministère en charge de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle. Bon nombre d’écoles privées ont déjà terminé l’inscription. Ils ont pris cette décision afin d’éviter les confusions de dernière minute. Pourtant, beaucoup d’établissements font face à des difficultés lors de la remise des fiches d’inscription au sein du Collège d’enseignement général concerné, notamment ceux en dehors de la Capitale. D’après le ministère de tutelle, aucun frais ne devra être exigé aux candidats. Pourtant, il y a encore des  responsables de ces écoles publiques qui soutirent une somme d’argent aux écoles privées. Selon leur explication, cette somme est demandée afin de payer les indemnités des membres du jury et d’autres dépenses. Il est à noter que c’est le ministère, lui-même, qui couvre toutes les dépenses avant, durant et après les examens du CEPE et du BEPC. Malgré la gratuité des inscriptions, des responsables malveillants ne ratent en aucun cas une occasion pour chercher leur intérêt personnel.


Pour l’examen du baccalauréat, les inscriptions ont débuté le 25 février dernier et ne prendront fin que le 30 avril prochain. Pour ce premier examen universitaire, les droits d’inscription sont maintenus à 15 000 ariary pour les candidats d’écoles, 50 000 ariary pour candidats libres et 100 000 ariary pour ceux de nationalité étrangère. Les frais d’inscription au BEP de l’enseignement technique sont de 3 000 ariary. En rappel, l’examen du CEPE  aura lieu le mardi 27 août 2019. Le concours d’entrée en 1ère année du Lycée technique se déroulera les 2 et 3 septembre 2019. Le concours du CFA aura lieu du 9 au 11 septembre 2019. Les épreuves du BEPC se dérouleront du lundi 9 au jeudi 12 septembre 2019. Les examens du BEP auront lieu du lundi 16 au jeudi 19 septembre 2019. Les examens du CAP, pour leur part, auront lieu du lundi 23 au jeudi 26 septembre 2019 et ceux du CAE/EP se tiendront le mardi 29 et le mercredi 30 octobre 2019. Le concours d’entrée en 1ère année du Centre de formation professionnelle (CFP) aura lieu le mercredi 6 et le jeudi 7 novembre 2019. Les examens du CAP/EP se tiendront le mardi 26 et le mercredi 27 novembre 2019. Et enfin, les examens du baccalauréat général et la première session du baccalauréat technique et technologique vont se dérouler du 30 septembre au 4 octobre 2019. La seconde session du bacc technique, quant à elle, sera prévue du 7 au 10 octobre prochain.
Recueillis par Anatra R.

Fil infos

  • Débordement du barrage d’Antelomita - Evacuation immédiate des riverains de l’Ikopa
  • Dégâts des intempéries sur la Route nationale - Les stocks de carburant suffisants pour la Capitale
  • Rajoelina dans les bas-quartiers - Le courant passe toujours !
  • Inondations à Antananarivo - La nécessité d’une nouvelle ville devient pressante 
  • Gestion des catastrophes - L’Exécutif appelle le BNGRC à une meilleure anticipation
  • Impôt - Le GEM suggère d’assouplir les incitations fiscales
  • Montée des eaux à Antananarivo - Le BNGRC pris de court ?
  • Président Rajoelina aux côtés des sinistrés - « Nous devons rester unis dans les moments difficiles »
  • Sinistrés des intempéries à Antananarivo - Le Président Rajoelina appelle à la solidarité de tous 
  • Drame maritime de Soanierana-Ivongo - L'armateur demeure introuvable !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Transparence oblige !
    L'autre fois, il a été question que nous jugions impérieux de livrer à travers la colonne ci-présente un sujet responsable : l'obligation à l'austérité. Un concept qui fâche mais c'est un passage obligé vers la bonne gouvernance. Autrement, la culture de la tempérance, de la sobriété et de la modération doit être inculquée à tous les niveaux du pouvoir. Il fut un temps où l'on avait inculqué aux élèves de l'Ecole officielle, l'ancêtre de l'Ecole primaire publique (EPP), en cours d'instruction civique, la notion de « tempérance », de « sobriété » et de « modération ».

A bout portant

AutoDiff