Publié dans Société

Circulation urbaine - La fluidité surprend…

Publié le vendredi, 06 septembre 2019

Plus de peur que de mal. La plupart des citadins s'attendaient à des embouteillages monstres dans la journée d'hier, tant en centre-ville que dans les périphéries d'Antananarivo. Pourtant, ce n'était pas le cas, vu la fluidité surprenante de la circulation. « C'est incroyable ! J'ai quitté la maison à 8h du matin pour éviter les embouteillages, mais je suis arrivée au bureau vers 8h 45. D'habitude, le trajet Vinany, Ampitatafika, Anosizato, Fasan'ny Karàna, Ankadimbahoaka dure plus de 2h en "taxi-be", mais nous l'avons fait en trois quart d'heure aujourd'hui.

Tout les passagers étaient à la fois étonnés et ravis. Certains se sont même dits que l'arrivée attendue du Pape François a déjà occasionné un miracle, notamment au niveau de la circulation », témoigne Hoelisoa Niaina, mère de famille résidant dans l'Atsimondrano mais qui travaille à Soanierana. Tiana Ralay, cadre dans une grande entreprise située à Andraharo, partage cette joie. « Je suis parti plus tôt de chez moi à Namontana aujourd'hui, vers 5h30, pour arriver à l'heure au bureau. Pourtant, j'y suis depuis 7h alors que je rentre à 8h. C'est la première fois que j'arrive de si bonne heure, j'en suis moi-même étonné », confie le jeune homme.

La fluidité de la mobilité urbaine a été constatée depuis jeudi dernier dans certains axes de la Capitale et périphéries, à l'exemple de Behoririka vers Antanimena, de Tanjombato vers Ankadimbahoaka ou encore d'Ambohibao vers 67Ha. Cette situation pourrait s'expliquer par le fait que bon nombre de citadins ont pris des mesures face aux éventuels embouteillages attendus depuis le début de cette semaine. A cela s'ajoute la présence massive des éléments des Forces de l'ordre assurant la circulation. Certains habitants ont préféré des journées sans voiture, en privilégiant la marche à pied. D'autres ont fait appel aux « taxis-motos ». Des citadins ont également changé de trajet pour éviter les bouchons. Hier, ceux qui n'étaient pas mobilisés à accueillir le Pape ont préféré rentrer directement chez eux et suivre les retransmissions en direct à la radio ou à la télé. Il y a aussi ceux qui ont quitté la ville pour démarrer un week-end en famille, d'autant plus que l'après-midi d'hier a été décrété férié, chômé et payé. Cette fluidité de la circulation pourrait changer ce jour, avec la coupure provisoire de plusieurs axes depuis Ivandry jusqu'à Iavoloha, en passant par By Pass…

Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • La Vérité de la semaine
  • Saisie de 22,5 kg d’or aux Seychelles - Soupçons de laxisme au sein des organes de contrôle malagasy
  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cas désespéré !
    Quand quelqu’un détruit un des biens personnels à la maison, il est à plaindre. Mais quand il s’amuse à démolir sa propre maison en sapant irrémédiablement les fondations, il est malade voire un cas désespéré !Les désastres par le feu continuent. Des incendies ravageurs se déclarent un peu partout sur le territoire national presque au même moment. Des feux involontaires ou actes criminels ? Les résultats des enquêtes nous fixeront sur les détails. Dans tous les cas de figure, l’incendie détruit à jamais ! Des crimes de sang à la destruction totale des patrimoines nationaux en passant l’anéantissement d’une partie non négligeable des zones protégées pour en finir aux habitations humaines et d’animaux d’élevage défraient les chroniques. Des villages entiers disparaissent avec ce que cela suppose de dégâts humains, matériels et d’ordre moral. Des familles perdent en un seul moment tout ce qu’elles ont durement épargné des années. Tout récemment,…

A bout portant

AutoDiff