Publié dans Société

Assassinat d’une octogénaire à Ambodiafontsy - Le domestique comme principal suspect

Publié le vendredi, 13 septembre 2019

Mercredi soir, une mère de famille de 80 ans fut assassinée chez elle à Ambodiafontsy, dans la Commune d’Ampitatafika. Elle avait été étranglée avec son propre foulard. Actuellement, le soupçon pèse sur le jeune domestique de 20 ans. Sa fuite nourrit cette suspicion sur sa personne, selon un membre de la famille de la victime. D’autant plus que la clé de la porte d’entrée principale de la maison, a disparu en même temps que lui. La trop grande brièveté de la période où il a travaillé chez ses employeurs, alimente également leur méfiance. En effet, il a à peine travaillé quinze jours chez cette famille, et voilà qu’il a pris la fuite après le constat de décès de cette dame. « Tous les gestes et comportements du jeune homme l’ont trahis. En présence du couple, il feint toujours de se montrer docile et très travailleur. Mais lorsqu’il est seul avec la dame âgée, il s’était souvent montré insolent voire menaçant. Parfois, il s’est disputé avec la victime », explique notre interlocuteur. Il n’existe aucune pièce d’identité susceptible de le retrouver. Il fut embauché par l’entremise d’un « mpanera » à Antsirabe où la victime habitait de temps en temps. Seul le numéro de téléphone de cet intermédiaire, est l’élément permettant de remonter la piste du fugitif. L’appartement qui est situé à l’étage où loge l’octogénaire, avait été mis sens dessus-dessous. On dirait comme on l’avait fouillé fébrilement dans l’objectif de trouver un quelconque objet de convoitise. La disparition d’une somme de 100 000 ariary, d’un poste radio ainsi que d’autres objets, avait été signalée.

Pour le moment, nul n’est en mesure de connaître le scénario exact du crime. Le seul renseignement qui a filtré de cette affaire, c’est l’étonnement des enfants de la victime de ne pas la voir se manifester comme à ses habitudes à leur retour du travail, vers 19h. « Généralement, c’est le domestique qui accourait ouvrir le portail quand la voiture des époux pointe devant la propriété. Ce mercredi soir-là, personne de l’intérieur n’est venu leur ouvrir ce portail après le klaxon », commente notre source. Il a alors fallu utiliser une échelle pour se frayer un passage à travers une fenêtre de l’appartement de la victime. Et à l’intérieur, ses enfants l’ont trouvée gisant inerte sur le parquet. A en voir de plus près, elle a été étranglée. Sa langue était sortie et son foulard est encore fixé solidement sur le cou. Bien qu’il existe cette zone d’ombre, notre interlocuteur ne cache pas non plus que ce triste évènement avait un lien avec l’ancien domestique, un homme de 22 ans. « Ce dernier avait aussi l’habitude de se disputer avec la victime. Un jour, il avait même menacé de la tuer », déclare-t-il. On ne sait donc si les deux employés seraient de connivence ou non. Seuls les enquêteurs pourront confirmer le fondement de l’hypothèse.
F. Roland

Fil infos

  • Descente inopinée à la maison de force de Tsiafahy - Le traitement de faveur de Mbola Rajaonah démasqué
  • Lutte contre la malnutrition - L'usine promise par le Président de la République embarquée
  • Assassinat de Danil Radjan - Des révélations de la famille en vue 
  • Sénatoriales - Sans surprise, le parti TIM officialise son boycott
  • Extradition de Raoul Arizaka Rabekoto - La partie malagasy attend la réaction des autorités françaises et suisses
  • Encadrement juridique des élections - La CENI avance des « amendements »
  • Détournements à la CNAPS - L’Exécutif amorphe contre Raoul Arizaka Rabekoto
  • Palais d'Iavoloha - L'ambassadeur « malgachophone » fait ses adieux
  • Carburants - L’Etat doit encore 83 milliards d’ariary aux pétroliers
  • KMF-CNOE – Etat malagasy - Le Conseil d’Etat se déclare incompétent

La Une

Editorial

  • En avant, la relance !
    Le pays suffoque. L'économie s'agenouille. La pandémie de Covid-19, la faucheuse, menace toujours. C'est dans une telle atmosphère moribonde que le peuple malagasy est appelé à avancer, à relever ensemble le défi de la relance. L'Etat desserre l'étau du confinement. Apparemment, le bilan de la Covid s'améliore au fil des jours. Le nombre de décès diminue considérablement jusqu'à descendre à zéro ces derniers jours. Certes, le bilan des nouveaux cas de contamination continue à garder son rythme mais les chiffres restent modérés jusqu'alors. Raison pour laquelle les décideurs politiques au niveau de l'Etat osent prendre des mesures courageuses dans le sens du déconfinement. Il en faut bien du fait que tout le pays risque de payer trop cher le coût d'un confinement continu.

A bout portant

AutoDiff