Publié dans Société

Résultats médiocres du BEPC - Enseignants, parents et élèves au banc des accusés

Publié le vendredi, 20 septembre 2019

Taux de réussite catastrophique presque généralisé. La plupart des Circonscriptions scolaires (CISCO) qui ont sorti les résultats de l’examen du BEPC (Brevet d’étude du premier cycle) affichent un taux de réussite de moins de 50 %. C’est le cas pour les CISCO des grandes villes, à commencer par Antananarivo affichant un taux de 36,91 %. L’on note une baisse de 12 % du taux réussite, par rapport à celui de 2018. Les villes de Toamasina, Fianarantsoa et Antsiranana enregistrent respectivement un taux de 26,81 %, 35,87 % et 44,32 %. D’autres CISCO enregistrent même des résultats plus que médiocres, à l’exemple de Sambava. Cette ville affiche un taux de réussite de 11,5 %, dont 17 établissements publics et privés s’en sortent avec 0 %. Andapa, Vohémar et Antalaha notent respectivement un taux de 18,74 %, 18,93 % et 20,23 %.

 

Les résultats médiocres du BEPC de cette année constituent ces derniers jours un sujet vif de débats, non seulement dans les communautés et les institutions mais aussi sur les réseaux sociaux. Toutes les parties prenantes, à savoir les autorités éducatives, les enseignants, les parents et les élèves, s’accusent de cet échec flagrant. Pourtant, ils se trouvent chacun sur les bancs des accusés, à en tenir compte des résultats. « Le faible niveau de certains enseignants, n’ayant ni les diplômes ni les compétences et non moins les formations requises, constitue le fond de ce problème », pointe du doigt Verohanitra R., mère de famille dont la fille a échoué au second examen officiel. « La principale faute revient aux parents. Bon nombre d’entre eux sont tellement occupés par la difficulté de la vie quotidienne qu’ils négligent l’éducation et le suivi de la scolarité de leurs enfants. Quasiment absents, d’autres n’arrivent plus à cerner leurs enfants, dont la délinquance s’agrandit de jour en jour », se désole Minosoa R., professeur de français au sein d’un établissement public d’Antananarivo.

Mais la plupart des critiques vont à l’encontre des élèves. « Ils ne font qu’à leur tête, notamment avec les mauvaises fréquentations et l’influence négative de l’Internet, surtout les réseaux sociaux dont Facebook. Sans le suivi des parents et l’indifférence des enseignants, la situation s’empire », s’exprime Mario A., chef d’une micro-entreprise à Itaosy. « Les mauvaises influences des réseaux sociaux se sont reflétées durant les examens du BEPC, pendant lesquels certains candidats ont utilisé les langages SMS notamment dans les épreuves littéraires. Les élèves ne s’intéressent guère à la lecture de nos jours », constate une enseignante dans une école privée, voulant garder l’anonymat. « Le pire, c’est que certains parents n’hésitent pas à porter plainte contre les enseignants dès que leurs enfants ont des problèmes au niveau des notes ou des comportements en classe, sans même demander ce qui se passe. C’est déplorable !… », ajoute-t-elle. Quoi qu’il en soit, chacun a sa part de responsabilité dans ce taux de réussite en chute libre !

Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu
  • Norbert Lala Ratsirahonana - “ Non à l’impunité ! ”
  • Gouverneur de Betsiboka - La lutte contre le grand banditisme érigée en priorité
Pub droite 1

Editorial

  • L’inévitable rappel !
    La Présidence fonce dans le tas. Conscient du degré alarmant du laxisme dans certains secteurs de l’administration, le sommet de l’Etat se décide, enfin, à prendre la situation en main. Un ministre fait même l’objet d’un rappel à l’ordre de la Présidence. Il fallait à tout prix prendre le taureau par les cornes.

A bout portant

AutoDiff