Publié dans Société

Faux billets de banque - L’équivalent de 32,8 millions ar saisis en trois mois

Publié le lundi, 28 octobre 2019

La période comprise entre les mois d’août et de décembre, est toujours propice aux activités illégales des contrefacteurs fiduciaires pour faire circuler leurs fausses coupures de banque dans le pays. Ainsi entre août 2019 et octobre 2019, le réseau de faux-monnayeurs local  a tenté de faire circuler près de 32 830 000 ariary. La plupart de ces faux billets sont en général constitués de 20 000 ariary.  Les cas les plus récents enregistrés remontent dans un laps de temps compris entre le mois d’août et le mois d’octobre. Fénerive Est, Région Analanjirofo et Sambava pour le Nord-est, ont été choisies par  les faux- monnayeurs  pour opérer. Dans cette dernière ville, trois autres personnes ont  été placées en garde à vue à Sambava, dans la Région de SAVA. Ces trois individus sont soupçonnés d’avoir participé  à une distribution de faux billets, soit un montant total de 10 millions d’ariary. Selon les informations reçues auprès de la Police nationale, ils auraient également fait des victimes parmi les opérateurs de vanille de la Région. Le 2 août dernier, toujours à Sambava, 220 000 ariary ont été pris sur trois jeunes lors d’une manifestation culturelle. Le 15 octobre dernier, les Forces de l’ordre à Fénerive-Est ont confisqué une somme de 20 millions d’ariary en faux billets   transportés dans un 4x4 pick-up.

5 personnes ont été arrêtées dans le cadre de cette affaire. Bien que les Hautes terres ne soient pas le terrain de prédilection des faussaires, des cas s’y produisent. Une somme de 2 millions d’ariary de faux billets de 20 000 ariary a été saisie par la Police le 26 octobre dernier au 67 ha. Un suspect  chargé de commercialiser ou de les échanger  contre des vrais billets a été interpellé. Le mois d’avant, c’est à Andoharanofotsy que les Forces de l’ordre appréhendaient 5 personnes dont le cerveau présumé  sur qui 830 000 ariary en faux billets ont été découverts.
Généralement, le réseau sévit dans les Régions du Nord-est, de l’Est et du Sud-est, c’est-à-dire celles qui produisent  le plus des produits agricoles d’exportation à forte valeur ajoutée : letchis, vanille ou girofle, etc. Ils chercheraient à acheter ces produits d’exportation à forte valeur ajoutée avec ces fausses coupures de banque auprès des producteurs des Régions. Vu que les cours s’envolent parfois sur le marché international comme notamment dans le cas de la vanille, il est donc logique que ces bandits se ruent à corps perdu sur la filière, espérant y trouver le moyen pour spéculer sur les prix si jamais ils réussissent à duper les victimes.
Franck Roland

Fil infos

  • Covid-19 - Le rebond de l’épidémie à l’étranger doit interpeller les Malagasy
  • Session ordinaire de l’Assemblée nationale - Les dossiers transmis par la HCJ au menu
  • Tournée présidentielle dans le Nord - Sambava, premier bénéficiaire du CVO plus
  • Renforcement du système de santé à Madagascar - Deux hélicoptères médicaux de la Russie
  • Axe Ambilobe - Vohémar - L'inauguration prévue dans 8 mois
  • Arrestation du député Leva - Son épouse parlementaire en flagrant délit
  • Fin de mandat - Rivo Rakotovao rêve d’une prolongation utopique
  • Palais d’Anosikely - Des sénateurs récalcitrants veulent rester à tout prix !
  • Rapatriement - Arrivée d’une énième vague
  • Manifestation populaire à Vohilava - La CNIDH interpelle les autorités étatiques

La Une

Editorial

  • Dans le top 10
    L’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU) consacra la date du 15 septembre en « Journée internationale de la démocratie ». Madagasikara, pays membre, tenait à la célébrer et ce en dépit des restrictions imposées par la pandémie de Covid-19.En 2016, sur la base de « l’indice de démocratie », Madagasikara se positionnait au 103ème rang mondial sur 167 pays. En janvier 2020, selon le nouveau rapport établi par l’« Economist Intelligence Unit » (EIU), la Grande île a gagné 6 points, ce qui le place dans le top 10 des pays africains. A l’issue des élections de 2018-2019 et en se basant sur le processus électoral, Madagasikara s’est attribué la mention de « bon élève » et obtient la note de 7,92 sur 10 alors qu’entre 2009 et 2014, le pays avait en dessous de 4. Des progrès notables ont été constatés mais beaucoup d’efforts restent encore à…

A bout portant

AutoDiff