Publié dans Société

Faux billets de banque - L’équivalent de 32,8 millions ar saisis en trois mois

Publié le lundi, 28 octobre 2019

La période comprise entre les mois d’août et de décembre, est toujours propice aux activités illégales des contrefacteurs fiduciaires pour faire circuler leurs fausses coupures de banque dans le pays. Ainsi entre août 2019 et octobre 2019, le réseau de faux-monnayeurs local  a tenté de faire circuler près de 32 830 000 ariary. La plupart de ces faux billets sont en général constitués de 20 000 ariary.  Les cas les plus récents enregistrés remontent dans un laps de temps compris entre le mois d’août et le mois d’octobre. Fénerive Est, Région Analanjirofo et Sambava pour le Nord-est, ont été choisies par  les faux- monnayeurs  pour opérer. Dans cette dernière ville, trois autres personnes ont  été placées en garde à vue à Sambava, dans la Région de SAVA. Ces trois individus sont soupçonnés d’avoir participé  à une distribution de faux billets, soit un montant total de 10 millions d’ariary. Selon les informations reçues auprès de la Police nationale, ils auraient également fait des victimes parmi les opérateurs de vanille de la Région. Le 2 août dernier, toujours à Sambava, 220 000 ariary ont été pris sur trois jeunes lors d’une manifestation culturelle. Le 15 octobre dernier, les Forces de l’ordre à Fénerive-Est ont confisqué une somme de 20 millions d’ariary en faux billets   transportés dans un 4x4 pick-up.

5 personnes ont été arrêtées dans le cadre de cette affaire. Bien que les Hautes terres ne soient pas le terrain de prédilection des faussaires, des cas s’y produisent. Une somme de 2 millions d’ariary de faux billets de 20 000 ariary a été saisie par la Police le 26 octobre dernier au 67 ha. Un suspect  chargé de commercialiser ou de les échanger  contre des vrais billets a été interpellé. Le mois d’avant, c’est à Andoharanofotsy que les Forces de l’ordre appréhendaient 5 personnes dont le cerveau présumé  sur qui 830 000 ariary en faux billets ont été découverts.
Généralement, le réseau sévit dans les Régions du Nord-est, de l’Est et du Sud-est, c’est-à-dire celles qui produisent  le plus des produits agricoles d’exportation à forte valeur ajoutée : letchis, vanille ou girofle, etc. Ils chercheraient à acheter ces produits d’exportation à forte valeur ajoutée avec ces fausses coupures de banque auprès des producteurs des Régions. Vu que les cours s’envolent parfois sur le marché international comme notamment dans le cas de la vanille, il est donc logique que ces bandits se ruent à corps perdu sur la filière, espérant y trouver le moyen pour spéculer sur les prix si jamais ils réussissent à duper les victimes.
Franck Roland

Fil infos

  • Loi sur la communication médiatisée - Les acteurs dans les Régions mis au parfum
  • Pension de retraite pour les députés - Razanamahasoa Christine précise
  • Fonctionnaires fantômes - La coupure des salaires effective
  • Lutte contre la corruption - « La volonté politique est primordiale »
  • Lutte contre la Covid-19 - Roland Ratsiraka veut encore semer le chaos
  • Port du masque à Antananarivo - Les sanctions sont tombées pour des récalcitrants
  • Lalatiana Andriatongarivo - La prolongation du mandat des sénateurs est inconstitutionnelle
  • Députés de Madagascar - Rien que des faveurs personnelles
  • Visite à Ambatondrazaka - Andry Rajoelina encourage les écoliers
  • Création de nouvelles Régions - Le plateau de Mahafaly et le Mangoro dans la liste d’attente

La Une

Editorial

  • Approche à revoir
    Quatre professionnels du média défraient la chronique ces derniers jours. A la Une des journaux, ils font couler beaucoup d'encre. Sabrina, animatrice d'antenne de Kolo TV, accusée de propagation de fausses nouvelles troublant l'ordre public, fut placée sous mandat de dépôt à Antanimora. Après un séjour d’un mois, elle bénéficia d'un relax suite à une décision présidentielle. Arphine Helisoa, une autre journaliste poursuivie pour propagation de fausses nouvelles et incitation à la haine à l'encontre de la personne du Président de la République, séjourna trente jours à Antanimora. Elle retrouva également sa liberté grâce à un geste du Président Rajoelina Andry.

A bout portant

AutoDiff