Publié dans Société

Sécurité routière - Visite technique des véhicules de la Gendarmerie nationale

Publié le dimanche, 10 novembre 2019

La visite technique des véhicules appartenant à l’Etat est obligatoire selon le décret numéro 71-138 datant du 23 mars 1971, article R124 dans le paragraphe 5, et R 260 dans le paragraphe 3. Ces derniers  ont été renforcés par le Conseil du Gouvernement datant du 18 septembre dernier.  Pour la Gendarmerie nationale, elle a procédé depuis jeudi dernier à une visite technique de tous ses véhicules en fonction au sein de ce département. Outre la sécurité publique et la lutte contre les accidents de la circulation, cette campagne a été menée afin de donner un exemple au citoyen.

Ce n’est que la première étape, mais elle sera effectuée dans tout le territoire national. La visite technique sera obligatoire à partir du 15 novembre prochain et  à titre gratuit. Elle est ainsi réalisable dans tous les centres annexes, comme Betongolo, By- pass et Ivato pour Antananarivo. Pour un rendez- vous, le responsable du véhicule pourra donc contacter le centre qui leur est proche.

Outre la visite technique, les contrôles inopinés se poursuivent dans les rues d’Antananarivo et les  routes nationales. La collaboration entre la Police et la Gendarmerie nationale a permis de mettre en place cette stratégie afin de lutter contre les gabegies de la circulation. Depuis sa réalisation, des véhicules inaptes sont mis en fourrière et des papiers ont été confisqués. En rappel, une nouvelle organisation est placée au sein de la direction générale de la  sécurité routière (DGSR) à Alarobia. D’après le responsable de ce centre, celui-ci a déjà fermé ses portes à la visite et la réception technique. Ainsi, la visite technique a été transférée à l’annexe Betongolo, Alasora et Ivato, tandis que le centre de réception technique à Alasora. Seul le service des opérations et contrôles routiers reste à Alarobia.

Anatra R. 

Fil infos

  • La Vérité de la semaine
  • Saisie de 22,5 kg d’or aux Seychelles - Soupçons de laxisme au sein des organes de contrôle malagasy
  • Famine dans le Sud  - Le Président aborde l’urgence avec les partenaires internationaux
  • Trouble et insécurité - Mise en garde du ministère de la Justice
  • Lutte contre les trafics de ressources - Le ministre des Transports rappelé à l'ordre !
  • Aéroport international Ivato - Un Français extradé tente de se mutiler
  • Tentative d'exportation illicite - Des pierres précieuses d'une valeur de 500 000 dollars interceptées
  • Assemblée nationale - Vers un nouveau face-à-face houleux avec l’Exécutif 
  • Accident dans le cortège présidentiel - Le petit Tsihoarana succombe à ses blessures
  • Forêt d’Ankarafantsika - Au moins 3 250 hectares ravagés par le feu

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Cas désespéré !
    Quand quelqu’un détruit un des biens personnels à la maison, il est à plaindre. Mais quand il s’amuse à démolir sa propre maison en sapant irrémédiablement les fondations, il est malade voire un cas désespéré !Les désastres par le feu continuent. Des incendies ravageurs se déclarent un peu partout sur le territoire national presque au même moment. Des feux involontaires ou actes criminels ? Les résultats des enquêtes nous fixeront sur les détails. Dans tous les cas de figure, l’incendie détruit à jamais ! Des crimes de sang à la destruction totale des patrimoines nationaux en passant l’anéantissement d’une partie non négligeable des zones protégées pour en finir aux habitations humaines et d’animaux d’élevage défraient les chroniques. Des villages entiers disparaissent avec ce que cela suppose de dégâts humains, matériels et d’ordre moral. Des familles perdent en un seul moment tout ce qu’elles ont durement épargné des années. Tout récemment,…

A bout portant

AutoDiff