Publié dans Société

Articles et repas de fête - Une multitude de choix selon le budget

Publié le vendredi, 13 décembre 2019

Friandises, jouets, articles d'habillement, volailles ou encore sapin de Noël et décorations sont inséparables avec la fête de la Nativité et de fin d'année. Depuis le début de ce mois, les commerçants se sont concentrés sur la fête autant que les clients. Concernant le sapin de Noël, toute la famille peut en avoir selon sa préférence et son budget. A Analakely par exemple, le prix du sapin varie entre 15 000 à 200 000 ariary selon sa qualité et sa dimension. Les articles de décoration comme les guirlandes, lampes, boules présentent également de multiples choix.

D'après les commerçants, les produits ont connu une légère hausse de prix cette année. Et pour les artisans malagasy, cette augmentation est due à la pénurie des matières premières, ainsi que la concurrence avec les articles d'importation. Or, bon nombre des artisans ont limité leur production dans la contrainte de subir une énorme perte. « Actuellement, ce sont seulement les grandes entreprises et les églises qui sont nos fidèles clients », avance Raharinirina, artisan. Comme cadeau de Noël, ce dernier souhaite un traitement de faveur de la part des responsables concernés, comme la limitation des produits importés qui tuent à petit feu l'artisanat malagasy.

Par ailleurs, les volailles sont aussi devenues une tradition pour la famille à chaque période de fête. Cette année, une hausse de 1 000 à 5 000 ariary est constatée aux marchés d'Isotry et d'Ambodin'Isotry. A quelques semaines des fêtes de fin d'année, le prix de l'oie varie entre 50 000 à 80 000 ariary, si la dinde coûte aux alentours de 100 000 à 160 000 ariary. En ce qui concerne le canard et la poule, ils se vendent à partir de 20 000 à 40 000 ariary. Cette augmentation de prix provient des fournisseurs et d'ici quelques jours, ces chiffres vont encore augmenter.

Le traditionnel « Bazar de Noël » à Analakely

Comme à l'accoutumée, le 1er Arrondissement de la Capitale organise un « Bazar de Noël » qui se tient jusqu'au 5 janvier prochain. Cet évènement rassemble plus d'une centaine de stands avec toutes les catégories de marchandises confondues, notamment les articles vestimentaires, les accessoires, l'art malagasy, les produits de la haute technologie, sans oublier les nourritures. Des rues sont donc coupées à cette occasion dont une partie de la rue Andrianampoinimerina ou encore l'avenue de l'Indépendance. Ainsi, afin de décongestionner la ville, une nouvelle organisation a été mise en place par la Commune urbaine d'Antananarivo. Il s'agit du renforcement des contrôles au niveau des arrêts bus et le changement d'itinéraire pour certains véhicules de transport en commun. Des agents de la Police municipale et nationale seront mobilisés dans les zones rouges en termes d'embouteillage dans la Capitale.

Recueillis par A.R.

Fil infos

  • Coopération - Des émissaires de la JICA à Ambohitsorohitra
  • Révélation au procès de Mbola Rajaonah - L’Etat spolié de 125 milliards d’ariary
  • Décentralisation - Beaucoup de Communes en infraction
  • Travailleurs migrants - Régulation stricte des sorties du territoire
  • Fihariana - Intervention d’experts en génétique pour la filière laitière
  • Président Rajoelina à Ihosy - « Un homme politique pense aux élections, un homme d’Etat pense aux futures générations »
  • Blocage des routes à Taolagnaro - Des agents des Forces de l’ordre séquestrés puis relâchés
  • Désinformation - Des outils de vérification à la portée de tous
  • La « Vérité » de la semaine
  • Réhabilitation de la RN13 - Feu vert de l’Union européenne !

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Le jeune prodige !
    Phénomène Oboy ! Quart de siècle tapant, Oboy séduit mieux encore et enivre les jeunes. A travers ses textes et de par son style, Oboy est unique en son genre. Succès phénoménal en France et sur le plan international, le jeune prodige force l’admiration mais également suscite la jalousie ! En effet, Oboy fait des jaloux même dans son propre pays, Madagasikara. Son tout récent passage à Tanà explose l’enthousiasme et déchaine les fantasmes dans tous ses états. Oboy a fait vibrer le mythique Palais des sports et de la culture de Mahamasina.D’un parcours atypique, le jeune prodige gravite et entre, sans coup férir, dans la cour des grands. Né le 6 janvier 1997 à Madagasikara, Mihaja Ramiarinarivo de son nom d’Etat civil, Oboy grandit à Val-de-Marne, plus précisément à Villeneuve-Saint-Georges. Il se lance dans le rap, cette danse urbaine moderne en 2015, à l’âge de 18 ans. Très vite,…

A bout portant

AutoDiff