Publié dans Société

Enseignement supérieur - Les enseignants-chercheurs encouragés à l’excellence

Publié le vendredi, 27 décembre 2019

2 584 enseignants-chercheurs et chercheurs-enseignants recensés à Madagascar. Les premiers travaillent auprès des universités et instituts supérieurs tandis que les seconds exercent auprès des centres nationaux de recherche. 1 203 d’entre eux sont des assistants ou assistants de recherche, titulaires d’un diplôme de Master II ou DEA. « Les enseignants-chercheurs ont une obligation d’excellence. A l’exemple des assistants, ils ne devraient pas y rester jusqu’à la retraite et ensuite demander un maintien en activité. Ils devraient plutôt finir leurs recherches pour avoir leur Doctorat et devenir des Maîtres de conférences. Ces derniers devront quant à eux poursuivre les recherches pour l’obtention d’une HDR (habilitation à diriger des recherches).

Dans cette voie, l’encadrement et le niveau des étudiants vont s’améliorer », encourage Blanche Nirina Richard, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (MESUPRES). Selon les informations recueillies, les Maîtres de conférences ou Maîtres de recherches, ayant leur Doctorat, se chiffrent à 844. A cela s’ajoutent les directeurs associés et directeurs associés de recherche, disposant d’une HDR, au nombre de 241, ainsi que les 296 professeurs titulaires et directeurs de recherches. Ils sont les hauts gradés de l’enseignement supérieur, ayant effectué d’autres travaux ou des encadrements considérables.

Actuellement, un enseignant-chercheur encadre jusqu’à 40 étudiants pour l’obtention du diplôme de Licence. Cette situation détériore à la fois la qualité et l’excellence. Mais avec l’application du système LMD, l’obtention de la Licence se fait sur des contrôles continus et un examen final, non seulement à Madagascar mais aussi dans tous les autres pays du monde. L’absence d’encadrement et de soutenance ne devraient pas créer la polémique, d’après la ministre de tutelle.

Par ailleurs, le numéro Un du MESUPRES n’a pas manqué d’apporter des explications sur les revendications du syndicat des enseignants-chercheurs (SECES). « 6 revendications sur 7 sont actuellement résolues. Il ne reste plus que les étapes et les procédures à suivre avant qu’ils obtiennent les résultats tangibles de leurs requêtes. La seule revendication non résolue reste la régularisation des arriérés d’indemnités entre 2009 et 2015, s’élevant jusqu’à 307 milliards d’ariary. Le Gouvernement continue d’étudier la faisabilité du paiement », évoque la ministre de tutelle. Pour information, près de 10 rencontres se sont tenues entre les membres du SECES et les responsables auprès du MESUPRES en vue de résoudre les problèmes, à travers le dialogue social. Aussi, l’assemblée générale du Collectif des professeurs a pu sortir des propositions d’amélioration du monde de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Recueillis par Patricia Ramavonirina

Fil infos

  • Nécrologie - Le Père Sylvain Urfer décède en France à l’âge de 80 ans
  • La Vérité de la semaine
  • Lutte contre la Covid-19 - Les mesures prises par Madagascar font école
  • Projets de développement - Le Président sollicite le soutien et l'expertise allemande
  • Le Gouvernement Ntsay face aux députés - Les sujets socio-économiques au menu !
  • Approvisionnement en eau à Antananarivo  - La qualité et la distribution reviendraient à la normale
  • Destruction de forêt - Six individus déférés à Moramanga
  • Hausse des cas de Covid-19 - Des gouverneurs bousculent les mauvaises habitudes
  • Restrictions mondiales liées à la Covid-19 - L’assistante d’Antonio Guterres annule sa mission à Madagascar
  • Marc Ravalomanana - Précampagne sous couvert de redynamisation

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • La CENI opérationnelle !
    Enfin, les neuf nouveaux membres de la CENI entrent en fonction. Comme l’exige la loi, ils ont prêté serment devant la Cour suprême ce mercredi 1er décembre et ce en présence du Chef de l’Etat Rajoelina Andry et du ministre de la Justice Imbiky Herilaza.Arrivés au terme de leur mandat, les anciens commissaires électoraux durent plier bagage. Me Hery Rakotomanana et son équipe cèdent la place à Dama Andrianarisedo Retaf Arsène, Randrianarivonantoanina Tiana Ifanomezantsoa, Ravalitera Jacques Michael, Andriamazaray Andoniaina, Razafindrabe Guy Georges, Abdallah Houssein, Razafimamonjy Laza Rabary, Fidimiafy Roger Marc, Ralaisoavimanjaka Andriamarotafikatohanambahoaka. Victime de certain dysfonctionnement dans le mécanisme interne, l’ancienne Instance d’Alarobia chargée d’organiser les élections à Madagasikara avait dû se débattre durement pour esquiver les boulets rouges de certains acteurs politiques. Me Rakotomanana dut user de son talent d’Avocat pour plaider la cause de ses anciens confrères. Il fallait défendre à tout prix l’intégrité et la crédibilité de…

A bout portant

AutoDiff