Publié dans Sport

Athlétisme - Nécrologie - Henri Roger achève sa course

Publié le lundi, 14 novembre 2022


Henri Roger, le grand homme s’en est allé. C’est la triste nouvelle partagée hier dans la matinée dans le cercle du milieu sportif, surtout celui de l’athlétisme. Le nom d’Henri Roger est effectivement le synonyme de la renaissance de la discipline de base de la Grande île.
Dix ans à la tête de la Fédération nationale, Henri Roger y a laissé ses empreintes en réalisant un parcours sans faute marqué par la course de renouveau, une de ses trouvailles, comme le marathon international de Tanà, pour relancer l’athlétisme malagasy, en léthargie. Durant ses mandats, les athlètes locaux rayonnaient non seulement au niveau de la région de l’océan Indien mais également sur le continent africain. L’athlétisme malagasy trustait la première place aux Jeux des îles de l’océan Indien tout comme les athlètes qui, à titre individuel, brillaient dans les championnats d’Afrique. Mieux, c’est à son époque que des athlètes malagasy se qualifient aux Jeux olympiques, non pas grâce au « wild card », mais à leur chrono ou leur performance sur terrain. Il n’est pas étonnant que ses pairs dans le milieu sportif l’aient choisi pour présider le Comité olympique malagasy (COM). C’était l’ère où les sportifs malagasy, toutes disciplines confondues, faisaient la fierté de la Nation. « C’est grâce à lui que l’athlétisme national a atteint le haut niveau et que des athlètes ont fait une carrière », témoigne Rosa Rakotozafy, très affectée par la disparition de celui qu’elle considère comme un père.
La notoriété d’Henri Roger a dépassé les frontières malagasy. A preuve, jusqu’à l’heure actuelle, il est le seul malagasy à avoir présidé le Conseil international des Jeux des îles de l’océan indien (CIJ) de 1995 à 2003.
Ancien haut cadre de la compagnie aérienne malagasy (Air Madagascar), Henri Roger a su allier ses talents de négociateur pour que l’athlétisme local atteigne sa vitesse de croisière.
A toute sa famille, la rédaction sportive du journal La Vérité présente ses sincères condoléances.
Rata


Fil infos

  • Christian Ntsay - "La priorité de l'Etat est la population"
  • Ville de Moramanga - Parfum d’abus de fonction et de corruption
  • Vanille - Les fossoyeurs de la filière démasqués !
  • Pacte national pour l’alimentation et l’agriculture - Le Président Rajoelina convainc et obtient 534 millions de dollars des partenaires
  • Conjoncture politique - L’Opposition concocte un plan machiavélique
  • Sommet sur l’alimentation en Afrique - Le Président Rajoelina défend la cause des agriculteurs
  • Exportation de crabes - Redevances quadruplées en une année
  • Maroc - Le Parlement décide de reconsidérer ses relations avec le Parlement européen
  • Embardée d’un taxi-brousse sur la RN5 - Un bébé décède sur le coup
  • Présidentielle - Le vote de la diaspora malagasy se dessine

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Du déjà entendu !
    Redite. Ibidem. Récidive. La communauté internationale revient à la charge avec quelques nuances près. Une subtile note qui sonne après tout en litanie ou refrain du déjà entendu et qui, passez-nous les termes, frise à certains égards l’arnaque !SEM Arnaud Guillois, l’ambassadeur de France, en résidence à Antananarivo, au cours d’une conférence de presse tenue ce lundi 23 janvier à la Résidence de France, devait s’étaler au moins sur deux sujets essentiels relatifs aux défis et enjeux de l’année en cours. En fait, sur les deux thèmes majeurs évoqués à savoir l’élection (présidentielle) et les îles Eparses, Arnaud Guillois annonçait la couleur concernant la position officielle affichée par le Quai d’Orsay.De l’élection, notamment présidentielle, qui se tiendra normalement au cours du dernier trimestre de l’année 2023, l’ambassadeur Arnaud Guillois a bien voulu émettre son avis qui devait, soulignons-le encore une fois, légitimement refléter la position officielle de la France dont…

A bout portant

AutoDiff