Publié dans Sport

Qualification des Barea à la CAN 2019 - Reconnaissance totale envers Ahmad

Publié le mardi, 02 juillet 2019

L’euphorie de la qualification des Barea au second tour de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) estompée, les regards se tournent vers les acteurs de cette prouesse. Ahmad, le président actuel de la Confédération Africaine de Football (CAF) demeure un des précurseurs de cette première participation de Madagascar à la phase finale de la CAN. Une fois élu, à la tête de l’instance suprême du ballon rond africain, il a effectué un profond changement quant au nombre des participants en le passant de 16 à 24 équipes. Et ce dans le but d’élargir et de donner plus d’ampleur à la plus prestigieuse compétition du continent.  Si auparavant la qualification directe à la phase finale revenait uniquement aux premiers des groupes, la nouvelle formule a également ouvert la porte aux seconds de la phase éliminatoire. Un changement bénéfique à certaines nations qui y accèdent pour la première fois à l’instar de la Mauritanie, du Burundi et de Madagascar.  « Nous étions toujours en course à la CAN mais bloqués toujours à la seconde place à la fin des éliminatoires. Si ce format était appliqué auparavant, c’est plus que certain que l’équipe nationale malagasy aurait déjà pris part au moins deux fois à la phase finale » soupire Fidy Rasoanaivo, un des grands joueurs de la sélection malagasy à l’époque. Avec la génération de Claude Kely, son défunt frère Haja et bien d’autres, Fidy, devenu entraîneur à l’île Maurice, estime que la formation de la sélection nationale d’antan n’a rien à envier de celle d’aujourd’hui.

Cependant, il reconnaît que le niveau actuel du football africain n’est pas égal à celui de son époque avec la présence massive des expatriés et des nouvelles technologies utilisées durant les entraînements, avant, pendant et après chaque rencontre.  Au- delà de ce changement apporté par la CAF et salué par les observateurs bien que plus d’un soit réticent au départ, la qualification des Barea s’est réalisée grâce en grande partie à des travaux préliminaires et une longue préparation entrepris par Ahmad au temps  où il occupait encore la présidence de la Fédération malagasy de football (FMF). En effet, l’ossature de cette sélection qui fait ce parcours formidable à la CAN était tous des joueurs locaux ayant défendu la couleur nationale dans différentes compétitions et catégories avant d’évoluer à l’étranger. Sur le palmarès de ces joueurs figure la victoire au Cosafa Cup des moins de  20 ans, une place dans le carré final de cette compétition de l’Afrique australe chez les seniors, une finale des Jeux des îles de l’Océan Indien.  Il s’agit entre autres de Lalaina Nomenjanahary, Voavy Paulin, Carolus Andriamahitsinoro, Razakanantenaina Pascal, Randrianarisoa Mamy Gervais, Ibrahim Am ada et Faneva Ima. La présidence d’Ahmad à la FMF, n’en déplaise aux détracteurs, a grandement fait à l’éclosion de ces joueurs internationaux tout comme le gardien  remplaçant Leda. Il ne faut pas également oublier que c’est le président Ahmad en personne qui a  déniché, à travers ses relations, le coach des Barea, Nicolas Dupuis. Venu pour tâter le  terrain avec son compatriote Lionel Charbonnier en 2016, le technicien français a accepté de diriger la sélection malagasy et ce en dépit des faibles moyens de la FMF. Un pari gagné pour Nicolas Dupuis qui, en cas de qualification des Barea en quart de finale, verra sa cote de popularité monter de plusieurs crans. Reconnaissant envers le président Ahmad, l’équipe nationale et son staff lui ont réservé un accueil chaleureux dans leur vestiaire lors de sa visite de « courtoisie » à la fin de la rencontre contre le Nigéria…
La Rédaction

Fil infos

  • Maharante Jean de Dieu - Un présumé auteur de détournement accueilli comme un VIP
  • Massacre à Iabohazo-Farafangana - Le chef de bande éliminé
  • Tanamasoandro-Tsimahabeomby - L’abattoir aux normes inauguré
  • Circulation dans la Capitale - 16 cas d’accidents mortels en un mois
  • Série de kidnappings - L’Alaotra-Mangoro toujours sur le qui-vive
  • Développement local - Descente du Premier ministre dans l’Atsimo-Atsinanana
  • 3e décennie du développement de l’industrie en Afrique - Le Président Rajoelina adoubé par l’ONUDI
  • Massacre à Farafangana  - 7 enfants tués à coups de couteau
  • Massacre à Ankazobe - Elimination d’un présumé meurtrier dangereux
  • Projet « cuisson propre et reboisement » - Andry Rajoelina et Abdulhamid Alkhaifa sur la même longueur d’onde

La Une

Pub droite 1

Editorial

  • Paradis des faux prophètes !
    La Grande île serait-elle l’endroit idéal pour l’épanouissement des activités des charlatans religieux ? En réalité, l’Afrique francophone et anglophone confondue est le dépotoir des faux prophètes !Un confrère titrait un jour son Edito « Les faux prophètes pullulent dans les rues ». Effectivement, le pays grouille d’escrocs qui s’autoproclament pasteurs et qui s’enrichissent sur le dos pauvres gens. Ce jeune vendeur d’appareils de sonorisation d’occasion dans les Arcades, au début des années 90, qui devient par magie pasteur. Trente ans après, il se trouve à la tête d’une puissante église nommée « Apokalypsy ». Mailhol André Christian Dieudonné, car il s’agit de lui, membre d’un nébuleux groupe « Eksodosy », ex- fidèle de l’église adventiste qui, par la suite, se dit prophète continue d’embobiner des milliers de fidèles malgré le ratage de sa prophétie annonçant qu’il sera Président de la République, selon la volonté divine, en 2013. Sa communauté…

A bout portant

AutoDiff